En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus et gérer ces paramètres[OK]

Études / Bilans

19 novembre 2021 à 16:07

Bilan 2020 des films français à l'international

UniFrance publie les résultats des longs-métrages français dans les salles étrangères et analyse leur présence sur les plateformes et au sein de 10 festivals internationaux en 2020. Sont également dévoilés les résultats des ventes des courts-métrages français et des œuvres en réalité virtuelle (VR) françaises hors Hexagone en 2020.

L’année 2020 a marqué une rupture violente dans nos vies et dans nos activités professionnelles. Il en a été de même pour le cinéma, et pour le cinéma français à l’étranger. La crise sanitaire, longue et persistante, a tout bouleversé. La fermeture des salles, quasiment partout dans le monde, a sidéré l’industrie du cinéma. Pourtant, durant cette période dévastatrice, le cinéma français a tenu son rang et s’est même singularisé par une résistance remarquable aux circonstances. Face au retrait des blockbusters hollywoodiens, attendant des jours meilleurs pour réapparaître en salles, le cinéma français s’est montré présent pour permettre aux distributeurs et aux exploitants de proposer au public encore frileux une offre de qualité dans ces moments difficiles. Il a aussi répondu aux attentes des plateformes, tout à coup au centre de la diffusion des œuvres, apportant ainsi une plus grande hétérogénéité artistique sur les petits écrans. Les festivals internationaux, privés de tapis rouges et de films récents, ont pu compter sur notre production hexagonale pour maintenir le lien avec le public, localement ou en ligne. Enfin, le chiffre d’affaires généré par l’exportation des courts-métrages et de la réalité virtuelle (VR) français se révèle le plus élevé jamais recensé. C’est donc sans surprise que les films français ont occupé une place relative plus importante sur le marché mondial en 2020, par rapport à 2019. Structuré et soutenu sur son territoire, le cinéma français a fait preuve de sa capacité d’adaptation, affichant ainsi son influence auprès des distributeurs, des exploitants et de la presse étrangère.

Depuis sa création en 1994*, le Bilan annuel d’UniFrance récolte et analyse les résultats des films français à l’international, et son contenu s’est enrichi au fil des années. En 2020, le nombre de territoires dans lesquels un recensement exhaustif des films français s’élève à 70. Même si l’accès aux données des plateformes reste inversement proportionnel à leur diffusion, une dizaine de fiches pays intègrent une page dédiée à l’analyse de la SVOD. Réalisée et intégrée pour la première fois l’an dernier, la partie consacrée à la présence des films hexagonaux dans les principaux festivals internationaux vient compléter cette publication avec les analyses de l’exportation des courts-métrages et des œuvres en réalité virtuelle (VR) français. Parmi toutes les cinématographies existantes, aucune ne peut se prévaloir d’un tel ouvrage, qui est unique en son genre.

Documents à télécharger

Ouverts à tous : l’introduction sur les résultats des longs-métrages français en salle + la présence des longs-métrages dans les festivals internationaux

Accès réservé aux adhérents : le Bilan 2020


Les longs-métrages français en salle à l’international en 2020

746 films français sont exploités sur les écrans étrangers et génèrent :

  • 1 683 nouvelles sorties
  • 16,1 millions d’entrées
  • 101,7 millions d’euros de recettes
  • 77,2 % des entrées sont générées par les films en langue française, un record !

Le box-office hexagonal à l’international baisse de plus de 60 %.

3 titres cumulent plus de 1 million de spectateurs, dont le plus gros succès de production majoritaire de l’année :

  1. Portrait de la jeune fille en feu
  2. J'accuse
  3. Hors normes
  4. Les Misérables
  5. La Belle Époque

Les genres les plus plébiscités sont la comédie / comédie dramatique (32,6 % des entrées), le drame (24,4 %) et l’animation (16 %).

Quant aux zones géographiques, l’Europe occidentale capte 49,3 % des spectateurs du cinéma français, suivie de l’Europe centrale et orientale (20,9 %) et de l’Asie (13,3 %).

Pour la première fois, la Russie s’impose comme le territoire leader en nombre d’entrées, suivie de deux gros marchés européens incontournables : l’Espagne et l’Allemagne.


Les longs-métrages français dans les festivals internationaux en 2020

163 productions hexagonales sont sélectionnées dans 10 festivals internationaux majeurs** et elles représentent 19,5 % de leur offre globale en 2020.

53 titres français sont dévoilés à Rotterdam, tandis que Cannes, via le « Label Cannes 2020 », leur offre leur part la plus étoffée (63,8 %). Toronto, Cannes et Busan forment le trio des festivals qui a sélectionné le plus grand nombre d’œuvres hexagonales depuis 10 ans.

Parmi les 163 films identifiés, 128 sont des coproductions et les principaux partenaires étrangers sont la Belgique et l’Allemagne. L’anglais et l’arabe sont les langues les plus parlées après le français.

Pour terminer, 27 % des 163 titres sont signés par des réalisatrices.


L’exportation des courts-métrages français en 2020

Cette étude est basée sur une enquête à laquelle ont participé des dizaines de sociétés de production françaises

  • 1 126 courts-métrages français exportés
  • 2 709 ventes
  • 722 348 € de chiffre d’affaires
  • 602 acheteurs étrangers

Une année record !

La fiction remonte sur la première place du podium en part de chiffre d’affaires (58,4 %), tandis que l’animation conserve son leadership en part de volume de ventes (56,2 %).

Quant aux zones géographiques, l’Europe occidentale demeure le 1er marché des courts français, suivie de l’Amérique du Nord et de l’Europe centrale et orientale.

Le Royaume-Uni redevient le 1er pays d’exportation des courts français, suivi des États-Unis et de l’Espagne.


L’exportation de la réalité virtuelle (VR) française en 2020

Cette étude est basée sur une enquête à laquelle ont participé une vingtaine de sociétés de production françaises

  • 36 œuvres en réalité virtuelle françaises exportées
  • 117 ventes
  • 538 826 € de chiffre d’affaires
  • 49 acheteurs étrangers

Soit des chiffres globalement en progression par rapport à 2019.

L’animation représente 38,5 % du chiffre d’affaires annuel, devançant de quelques points le documentaire qui génère le plus grand nombre de ventes (50)

L’Asie demeure le 1er marché de la VR française, suivie de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale.

Les États-Unis sont le nouveau 1er pays d’exportation de la VR française, suivis de la Chine et de l’Islande.

* Le Bilan n’a pas été réalisé entre 2003 et 2007.

** BAFICI, Berlin, Busan, Cannes, Locarno, Rotterdam, San Sebastián, Sundance, Toronto et Venise.

Auteur : Andrea Sponchiado

Dernière mise à jour : 22 novembre 2021 à 16:07 CET

Etude (3)

Lié à cette actualité

Films liés (5)

Zones géographiques (12)