En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus et gérer ces paramètres[OK]

Études / Bilans

03 décembre 2020 à 18:00

Bilan 2019 des films français à l'international

UniFrance publie les résultats des longs-métrages français dans les salles étrangères et analyse leur présence au sein de 10 festivals internationaux, mais aussi les résultats des ventes des courts-métrages français et des œuvres en réalité virtuelle françaises à l’international en 2019.

À l’heure actuelle, nous savons déjà que 2020 sera une année qui marquera à jamais le secteur du cinéma. Revenir sur l’année qui la précède est donc à la fois sidérant – car nous savons que la circulation du cinéma français dans le marché mondial que détaille ce Bilan ne sera plus jamais telle que décrite – et réconfortant – car ce panorama complet restitue également la force, la richesse, la présence des productions hexagonales à travers les cinq continents et l’attachement des professionnels et des publics étrangers, qui ne sont pas perdus, et constitueront des atouts lors de la reprise progressive des activités.

Depuis sa création en 1994*, le Bilan annuel d’UniFrance récolte et analyse les résultats des films français à l’international, et son contenu s’est enrichi au fil des années. En 2019, le nombre de territoires dans lesquels un recensement exhaustif des films français est réalisé passe à 70. Même si l’accès aux données des plateformes reste inversement proportionnel à leur diffusion, une dizaine de fiches pays intègrent une page dédiée à l’analyse de la SVOD. Une nouvelle partie consacrée à la présence des films hexagonaux dans les principaux festivals internationaux voit le jour et vient s’ajouter au palmarès des longs-métrages français, paru pour la première fois au sein de cet ouvrage l’année dernière. Les analyses de l’exportation des courts-métrages et des œuvres en réalité virtuelle français complètent cette publication.
Parmi toutes les cinématographies existantes, aucune ne peut se prévaloir d’un tel ouvrage, qui est unique en son genre. Sa mise en page graphique a également évolué : cette année, elle est rafraîchie pour assurer une consultation et une lecture plus confortables et intuitives.

Documents à télécharger

Ouverts à tous : l’introduction sur les résultats des longs-métrages français en salle + la présence des longs-métrages dans les festivals internationaux

Accès réservé aux adhérents : le Bilan 2019
 

Les longs-métrages français en salle à l’international en 2019

869 films français (un record !) sont exploités sur les écrans étrangers et génèrent :

2 836 nouvelles sorties

45,3 millions d’entrées

275,6 millions d’euros de recettes

Soit des chiffres dans la lignée de ceux de 2016 et de 2018.

7 titres cumulent plus de 1 million de spectateurs, dont les 5 plus gros succès de l’année :

  1. Anna
  2. Mia et le lion blanc
  3. Qu'est-ce qu'on a (encore) fait au bon Dieu ?
  4. Astérix - Le Secret de la potion magique
  5. Minuscule 2 – Les Mandibules du bout du monde

Les genres les plus plébiscités sont la comédie / comédie dramatique (31,4 % des entrées), le thriller / aventures (23,5 %) et le drame (23,1 %).

Quant aux zones géographiques, l’Europe occidentale capte 46,2 % des spectateurs du cinéma français, suivie de l’Europe centrale et orientale (qui progresse de 23,5 % par rapport à 2018) et de l’Amérique latine (qui, à l’inverse, perd 19,4 %).

L’Italie conserve son rôle de territoire leader en nombre d’entrées, suivie de deux gros marchés européens incontournables : l’Allemagne et l’Espagne.
 

Les longs-métrages français dans les festivals internationaux en 2019

199 productions hexagonales sont sélectionnées dans 10 festivals internationaux majeurs** et elles représentent 19 % de leur offre globale en 2019.

45 titres français sont dévoilés à Rotterdam et à Cannes. Ce dernier festival leur offre leur part la plus étoffée (49,5 %) et, avec Busan et Toronto, forme le trio des festivals qui ont sélectionné le plus grand nombre d’œuvres hexagonales depuis 10 ans.

Parmi les 199 films identifiés, 145 sont des coproductions et les principaux partenaires étrangers sont la Belgique et l’Allemagne. L’anglais et l’arabe sont les langues les plus parlées après le français.

Pour terminer, 30 % des 199 titres sont signés par des réalisatrices.
 

L’exportation des courts-métrages français en 2019

Cette étude est basée sur une enquête à laquelle ont participé 295 sociétés de production françaises

733 courts-métrages français exportés

1 687 ventes

523 872 € de chiffre d’affaires

519 acheteurs étrangers

Soit des chiffres dans la lignée de ceux de 2018.

La part des ventes réalisées par les distributeurs français progresse et atteint 85,7 % du total.

C’est une année en or pour l’animation, car elle ravit la 1re place à la fiction en part de chiffre d’affaires (59,3 %), tout en conservant son leadership en volume de ventes (59,6 %).

Quant aux zones géographiques, l’Europe occidentale demeure le 1er marché des courts français, suivie de l’Amérique du Nord (qui recule légèrement par rapport à 2018) et de l’Asie (qui, à l’inverse, progresse).

Les États-Unis sont le nouveau 1er pays d’exportation des courts français, suivis du Royaume-Uni et de l’Espagne.
 

L’exportation de la réalité virtuelle (VR) française en 2019

Cette étude est basée sur une enquête à laquelle ont participé 22 sociétés de production françaises

33 œuvres en réalité virtuelle françaises exportées

174 ventes

479 252 € de chiffre d’affaires

99 acheteurs étrangers

Soit des chiffres globalement en progression par rapport à 2018.

L’animation, grâce à 10 ventes, représente 80 % du chiffre d’affaires annuel.

L’Asie devient le 1er marché de la VR française et remplace l’Europe occidentale.

La Chine est le nouveau 1er pays d’exportation de la VR française, suivie des États-Unis et de la Corée du Sud.
 

*Le Bilan n’a pas été réalisé entre 2003 et 2007.

**BAFICI, Berlin, Busan, Cannes, Locarno, Rotterdam, San Sebastián, Sundance, Toronto et Venise.


Territoires liés : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Biélorussie, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Chine, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica, Côte d'Ivoire, Croatie, Danemark, Égypte, Équateur, Émirats arabes unis, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, Grèce, Hong Kong, Hongrie, Inde, Indonésie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Lettonie, Liban, Lituanie, Luxembourg, Malaisie, Maroc, MexiqueNigeria, Norvège, Nouvelle-Zélande, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Philippines, Pologne, Portugal, Québec, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Serbie, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Taïwan, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam.

Zones géographiques liées : Afrique, Amérique du Nord, Amérique latine, Asie, Europe centrale et orientale, Europe occidentale, Monde, Moyen-Orient, Océanie.

Auteur : Andrea Sponchiado

Dernière mise à jour : 22 décembre 2020 à 18:00 CET

Etude (3)

Lié à cette actualité

Films liés (5)

Sociétés liées (1)

media

UniFrance

Activités :  Production Déléguée

Activités hors film :  Organisme culturel / professionnel

Filmographie récente : Jean-Paul Belmondo, 4 X D

Zones géographiques (82)