En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Les Amours d'Astrée et de Céladon

Les Amours d'Astrée et de Céladon

Un Long métrage de Éric Rohmer

Produit par Compagnie Éric Rohmer, Rezo Productions

Sortie en France : 05/09/2007

    Synopsis

    Dans une forêt merveilleuse, au temps des druides, le berger Céladon et la bergère Astrée s'aiment d'amour pur. Trompée par un prétendant, Astrée congédie Céladon qui, de désespoir, se jette dans une rivière. Elle le croit mort, mais il est secrètement sauvé par des nymphes.
    Fidèle à sa promese de ne pas réapparaître aux yeux de sa belle, Céladon devra surmonter les épreuves pour briser la malédiction. Fou d'amour et de désespoir, convoité par les nymphes, entouré de rivaux, contraint de se déguiser en femme pour côtoyer celle qu'il aime, saura-t-il se faire reconnaître sans briser son serment ? Une carte du tendre semée de doutes, d'embûches, et de délicieuses tentations.

    Acteurs (17)

    Production et distribution (4)

    Productions Déléguées :

    Compagnie Éric Rohmer, Rezo Productions

    Exportation / Vente internationale :

    Rezo

    Productions Étrangères :

    Bim Distribuzione, Alta Films

    Distribution France :

    Rezo Films

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (12)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue

    Les Amours d'Astrée et de Céladon est une adaptation de L'Astrée, roman pastoral d'Honoré d'Urfé, un récit-fleuve de 5 000 pages, dont la première partie fut publiée en 1607. Elle inspira nombre de tableaux vivants pour les fêtes galantes ainsi que les peintres de l'époque.

    Rohmer coupe dans les quarante histoires et les centaines de personnages (bergers, bergères, druides du Vème siècle) qui sont contenus dans cette oeuvre-clé de l'histoire de la littérature française pour ne conserver que les trajectoires contrariées de Céladon et d'Astrée avant qu'ils ne se retrouvent, les vaines tentatives de séductions de Semyre, Amynthe puis de Galathée et Léonide et enfin les controverse philosophique du XVIIème français sur l'amour et sur la religion.

    Rohmer annonce dans les cartons introductifs qu'il est très sensible à la beauté de la nature et que c'est à regret qu'il a renoncé au décor d'origine du Forez, aujourd'hui dévasté par les moyens de transports modernes. Il annonce aussi que la pastorale d'Urfé apparaît dès l'origine comme maniérée et artificielle dans sa description des amours des gaulois du Vème siècle.

    Ces deux soucis de vérité, être au plus près de la nature et accepter le maniérisme du texte semblent indiquer son projet esthétique : redonner une réalité sensuelle à la pastorale par la saisie sensible du réel dont est capable la caméra : filmer tout à la fois une nature souriante avec son herbe grasse, ses fleurs multicolores et ses feuillages d'arbres frémissant dans le vent tout en respectant le texte avec ses sentiments théâtraux mais aussi son humour et sa philosophie.

    Certains se moqueront de la pauvreté des costumes ou du jeu des acteurs. Il s'agit probablement là d'une réticence à accepter des conventions qu'ils auraient très bien admis sur une scène de théâtre mais pas dans la nature.

    Or c'est précisément là que se loge l'art d'enchanteur du quotidien de Rohmer. C'est là qu'il appartient toujours à la Nouvelle vague qui inscrit son lyrisme forcené dans les avènements les plus quotidiens et les plus banals : un lever de soleil, une marche en forêt, la contemplation d'un tableau et qui se satisfait de l'érotisme simple du dévoilement de la chair lorsqu'il appelle d'irrésistibles baisers pleins d'un désir contenu à grand peine (sur les rochers, la fin).

    Enchanteurs aussi cette façon de distribuer des surprises esthétiques : poème gravé sur l'arbre ou sur bois à l'entrée du temple, portait d'Astrée sur le médaillon ou en bergère dans le temple, chevelures savantes, simple costume blanc des bergers et bergères.

    Ce jeu entre l'artificialité d'un texte et la possibilité de l'incarner par le cinéma reste bien plus présent que le principe habituel de la mise en scène de Rohmer basée sur le décalage entre l'imaginaire des personnages et la réalité telle qu'elle peut être saisie par la caméra. Rohmer s'y essaie pourtant avec l'épisode du baiser volé derrière l'arbre. Trop éloignée de Céladon, Astrée n'entend pas les protestations de celui-ci et ne voit que les caresses prodiguées par Amynthe.

    Mais le lyrisme de la nouvelle vague s'accompagne toujours d'une inquiétude quant à la nature de l'amour. Rohmer s'amuse à en trouver des échos dans le texte d'Urfé. La joute philosophique l'exprime sur un ton ludique :

    Pour Lycidas, l'amant fidèle de Phillis, l'amour est éternel parce que, en l'autre on aime ce qui est en soi puisqu'en aimant deux être ne font plus qu'un. Hylas, partisan de l'amour libre lui répond qu'au contraire on ne désire que ce qui est hors de soi. Ce à quoi Lycidas réplique que l'autre forme un cercle avec soi et qu'avec ce cercle dynamique l'amour est bouclé, éternel. Hylas lui répond qu'il est donc une femme puisque semblable à Phillis. Lycidas croit vaincre en lui répondant que seules les âmes sont devenues semblables. Hylas lui fait alors la proposition de garder l'âme de Phillis et de lui prêter le reste, son corps, pour voir qui sera le plus heureux.

    Hylas, merveilleusement interprété par Rodolphe Pauly, est aussi le héros des deux autres épisodes burlesques : le travestissement des commandements de l'amour pur ou sa tentative de séduire celle qu'il croit être la naïve Alexie.

    Mais l'amour emprunte souvent des chemins bien plus détournés que les positions qui se croient droites et pures d'Astrée et de Céladon. Sous la voix de Céladon se cache celle fragile d'Alexie (merci l'Ircam) qui toujours peut être renvoyée dans l'ombre ou bannie à jamais.

    Rohmer nous offre ainsi ici une ode à l'éternelle fidélité des amants sans masquer ce qu'un tel message suppose de fragiles équilibres entre nature et artifice, entre droiture du sentiment et refoulé du désir, entre joie simple du quotiden et miracle toujours attendu. Un condensé de son oeuvre en somme.

    Jean-Luc Lacuve le 10/09/2007

    Source : cineclubdecaen.com

    Photos (6)

    Générique détaillé (15)

    Producteurs délégués :

    Jean-Michel Rey, Philippe Liégeois, Françoise Etchegaray

    Auteur de l'œuvre originale :

    Honoré D'Urfé

    Directrice de la photo :

    Diane Baratier

    Directeur de production :

    Christian Paumier

    Monteuse :

    Mary Stephen

    Auteur de la musique :

    Jean-Louis Valero

    Danseur :

    Les Brayauds

    Régisseur général :

    Hadrien Bichet

    Assistant à la réalisation :

    Hadrien Bichet

    Scénariste :

    Éric Rohmer

    Ingénieur du son :

    Pascal Ribier

    Attaché de presse (film) :

    François Hassan Guerrar

    Scripte :

    Bethsabée Dreyfus

    Costumier :

    Pierre-Jean Larroque

    Narrateur :

    Alain Libolt

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie dramatique

    Thèmes :

    Couple

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Espagne, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Espagne, Italie)

    Année de production :

    2006

    Sortie en France :

    05/09/2007

    Durée :

    1 h 49 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    112.709

    Visa délivré le :

    26/07/2007

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    16 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,85

    Format son :

    Digital dts

    Interdiction :

    Aucune

    Affiches (6)

    Réalisateur

    Actualités (3)

    Sélections en festivals (16)

    CoLCoA - 2008

    CoLCoA (Etats-unis, 2008)

    Sélection

    Sélection longs-métrages

    Festival du Film d'Istanbul - 2008

    Festival du Film d'Istanbul (Turquie, 2008)

    Sélection

    Selection films français hors compétition

    Festival international du film de Rotterdam - 2008

    Festival international du film de Rotterdam (Pays-bas, 2008)

    Sélection

    Sélection officielle long-métrage

    Festival international du film de Stockholm - 2007

    Festival international du film de Stockholm (Suède, 2007)

    Sélection

    Compétition internationale

    Festival du film de New York (NYFF) - 2007

    Festival du film de New York (NYFF) (Etats-unis, 2007)

    Sélection

    Films sélectionnés

    Festival international du film de Rio de Janeiro - 2007

    Festival international du film de Rio de Janeiro (Brésil, 2007)

    Sélection

    Panorama du cinéma mondial

    TIFF - 2007

    TIFF (Canada, 2007)

    Sélection

    Masters

    Mostra internationale de cinéma de Venise - 2007

    Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 2007)

    Sélection

    Compétition Officielle

    Délégations (3)

    Dossier de presse