En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus et gérer ces paramètres[OK]

Chiffres à l'international

26 mai 2021 à 16:52

Box-office international des films français - Avril 2021

Malgré le contexte actuel, en avril 2021, plus de 120 productions françaises ont défilé sur les écrans à l’international et ont généré 860 000 entrées et 5,1 M€ de recettes.

Antoinette dans les Cévennes est le film le plus vu et 3 autres titres comptabilisent plus de 10 000 entrées hors Hexagone.

# Titre Entrées Recettes (€) Copies Nombre
pays
Cumul
entrées
Cumul
recettes
1 Antoinette dans les Cévennes 31 201 270 292 53 5 136 656 1 167 416
2 Les Vétos 18 920 110 995 114 1 36 941 287 515
3 Les Traducteurs 15 093 92 677 135 3 340 549 2 232 876
4 La Daronne 10 403 61 957 128 3 212 349 1 698 161
5 Les Misérables 8 524 51 918 97 1 697 680 4 797 042
6 Sous les étoiles de Paris 4 837 28 021 74 2 5 940 39 697
7 Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait 4 546 29 448 21 2 9 147 68 969
8 Adieu les cons 2 637 32 645 17 2 31 700 301 480
9 Cuban Network 1 629 17 230 29 1 63 469 287 043
10 Seules les bêtes 1 604 11 082 12 3 35 707 271 827

Depuis plus d’un an, la pandémie impacte le secteur du cinéma dans le monde entier. En mars 2020, les annonces des fermetures des salles tombaient les unes après les autres, et ce sur tous les continents. Plus d’un an après, la majorité des marchés sont encore à l’arrêt, mais la cartographie révèle des situations très différentes à travers la planète.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande font figure d’exception car, malgré certaines mesures gouvernementales encore en vigueur, les cinémas sont ouverts à travers les pays avec des jauges allant de 75 % à 100 %, et chaque jeudi l’offre s’enrichit de nouveaux films. Les marchés asiatiques semblent moins effervescents qu’en début d’année, entre le durcissement des mesures (Corée du Sud) et de nouveaux coups d’arrêt (Cambodge, Inde et Thaïlande). Alors que l’activité de l’exploitation repartait en Amérique latine, le rideau baisse à nouveau sur une large part du subcontinent. Les écrans d’Amérique du Nord voient principalement défiler les candidats aux Oscars, tandis que les studios jouent la prudence et attendent la saison estivale, propice aux guichets dans cette partie du monde, pour présenter leurs blockbusters. Situation stable en Afrique et au Proche et au Moyen-Orient, entre salles toujours ouvertes (pays du Golfe, Égypte) et grands absents (Israël, Liban et Maroc). En Europe, les Italiens, les Portugais et les Suisses peuvent à nouveau se rendre au cinéma sous certaines conditions et pas de façon homogène dans l’ensemble des pays. Ces premiers pas seront imités en mai, quand une grande partie des marchés européens devraient pouvoir repartir, comme le danois et le hongrois (mais seulement les porteurs d’un certificat vaccinal ou d’un test négatif seront admis en salle), ou encore le britannique et le polonais, tandis que les mesures devraient être assouplies en Scandinavie.

Il ne faut pas oublier qu’une première phase de réouverture a déjà eu lieu pendant l’été dernier : malgré les strictes mesures d’accueil mises en place et une baisse traditionnelle saisonnière de la fréquentation, elle a su prouver que le public a envie de retrouver le plaisir du cinéma en salle.

La réouverture des salles françaises aura comme conséquence le lancement de nouveaux titres, qui se font de plus en plus rares hors de nos frontières. Leur absence a eu une forte répercussion sur la place du cinéma hexagonal à l’international, mais il pourra à nouveau revenir sur le devant de la scène.

 Le film de production majoritairement française le plus vu d’avril 2021 à l’international est Antoinette dans les Cévennes, tirant profit de 2 démarrages réussis. En Australie, après plusieurs mois d’avant-premières, la comédie arrive sur une vingtaine d’écrans et génère plus de 7 000 AU$ de recettes en moyenne par copie (500 spectateurs environ), la plus forte de la semaine. Fin avril, le film dépasse les 700 000 AU$ et les 50 000 entrées, soit les débuts les plus prometteurs d’une fiction en langue française en Australie depuis La Vérité en 2019. Antoinette poursuit sa belle lancée au Québec : 101 000 CA$ et 10 000 tickets sont déjà dans la poche. Actuellement, il détient la palme de la production majoritaire la plus vue en 2021 (70 000 spectateurs).

 Trois autres films réunissent plus de 10 000 cinéphiles hors Hexagone. Une fois de plus, le marché espagnol propose l’offre de titres français la plus élevée et de nouveaux films débutent sur les écrans. Ce mois-ci, La Daronne et Les Vétos parviennent à fédérer plus de 10 000 cinéphiles pendant leur première semaine d’exploitation. De son côté, Les Traducteurs continue de charmer les Espagnols et ses compteurs affichent désormais 43 000 billets vendus, plus gros cumul pour une production majoritaire française depuis l’été dernier dans le pays ibérique.

Malgré le contexte actuel, en avril 2021, plus de 120 productions françaises ont défilé sur les écrans à l’international et ont généré 860 000 entrées et 5,1 M€ de recettes. La fréquentation du cinéma français fait un bond par rapport à celle de mars et affiche +70 %, ce qui fait d’avril le mois le plus riche en entrées depuis le début de l’année ! Cette progression doit pourtant être relativisée, car elle porte sur le succès d’un seul film, l’oscarisé The Father. La coproduction minoritaire franco-britannique est exploitée sur plus de 20 marchés étrangers sur les 5 continents, où elle est à l’origine de 665 000 entrées, soit 3 spectateurs sur 4 du cinéma hexagonal en avril. Le drame franchira le cap du million en mai. L’italo-français Pinocchio est programmé dans plus de 10 territoires et ajoute 57 000 tickets à sa longue carrière qui va bientôt atteindre les 2 millions d’entrées. 

Les productions majoritaires réunissent à nouveau plus de 100 000 spectateurs, mais elles montrent des signaux de détresse car, depuis janvier, le seuil symbolique des 200 000 entrées n’est jamais franchi. Leur part, initialement d’un tiers du total, se réduit drastiquement à 13 %. Les nouvelles sorties qui accompagneront la réouverture des salles françaises prendront ensuite le chemin de l’international, où l’offre tricolore de titres inédits se fait rare.

La répartition selon le genre en ressort modifiée par rapport aux mois précédents. Si le drame conforte son leadership en se taillant une part écrasante de 80,5 %, tout particulièrement grâce à The Father, la comédie revient sur le devant de la scène (3 films du top 5 ci-dessous) et est à l’origine de 9 % des entrées du mois, suivie du fantastique à hauteur de 7 % (Pinocchio).

--> Cette analyse est téléchargeable en format PDF ci-dessous
(version française uniquement).

 


Cette analyse est rédigée sur la base des résultats recensés au 6 mai. Les chiffres étant constamment consolidés, le graphique créé automatiquement par le site va différer par rapport au tableau présent dans cette actualité.

Auteur : Andrea Sponchiado

Dernière mise à jour : 02 juin 2021 à 16:52 CEST

Etude

Lié à cette actualité

Films liés (13)

Zones géographiques (22)