En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Les Quatre Cents Coups

Les Quatre Cents Coups

Un Long métrage de François Truffaut

Produit par Les films du Carrosse, Societé d'Exploitation et de Distribution de Films (SEDIF)

Sortie en France : 11/10/1959

  • Sommaire

Acteurs (41)

Production et distribution (3)

Exportation / Vente internationale :

mk2

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (9)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Antoine Doinel est un jeune garçon de 13 ans. Il habite aux environs de la place de Clichy, dans un petit appartement inconfortable, entre sa mère, Gilberte, une femme maussade qui ne l'aime pas, et l'homme qui lui a donné son nom mais n'est pas son père, un être falot qui pourrait l'aimer s'il n'était si inconsistant. Avec l'âge, Antoine supporte de moins en moins cette situation et rêve d'un avenir meilleur. Il découvre bientôt les joies de l'école buissonnière avec son ami René, rentre tard, essuie sans broncher les remontrances de ses parents et, un jour, enfin, pour excuser une absence en classe, annonce que sa mère est morte...

Propos

Analyse de Anne Gillain (in "François Truffaut, le secret perdu", ed. Hatier, 1991)

Analyse de Anne Gillain : visuellement, "Les 400 coups" s'organise selon une élégante opposition binaire qui opère tout au long du film : dans les scènes en intérieur, le récit est composé de gros plans fixes, tandis qu'à l'extérieur les plans mobiles et éloignés dominent. Cette alternance confère au film son rythme puissant de tension et de détente. Prisonnier à l'intérieur, Antoine redevient enfant libre de vagabonder à l'extérieur. Le flot ininterrompu de désastres qui s'abattent sur lui à la maison, à l'école et au pénitencier est soudain endigué, suspendu. Au-dedans, madame Doinel crie, menace, punit; au dehors, elle restera muette et apeurée quand son fils la surprendra dans les bras de son amant.

En situant la première scène dans une salle d'école, Truffaut dénonce immédiatement l'échec d'une institution dont la fonction est de faciliter l'adaptation de l'enfant à la réalité sociale. Il met également en valeur les qualités d'initiative et de créativité d'Antoine dont le comportement tranche avec celui des autres enfants. La fatale photo de pin-up circule tranquillement dans la classe jusqu'à ce qu'elle tombe sur son bureau. D'une plume vengeresse, il agrémente son visage d'une moustache. Cette agression contre le féminin lui vaut d'être isolé, au coin, première représentation d'un espace carcéral qui ne fera que se rétrécir autour de lui. Loin d'y demeurer passif, il y compose illico un poème dont la fraîcheur autobiographique contraste avec cette sinistre caricature de la littérature qu'est "le lièvre", poésie recopiée par le maître sur le tableau noir.

Dans le déclin et la chute d'Antoine Doinel, l'écriture joue le rôle du péché originel: dès qu'Antoine prend la plume, les désastres s'abattent sur lui. Dans ce contexte, la décision absurde de voler la machine à écrire est tout à fait logique, quand on sait l'importance du langage chez Truffaut. Dans la sphère des activités transitionnelles, l'écriture est un des moyens les plus efficaces pour affirmer son identité et sa maîtrise sur le monde extérieur, ou, pour reprendre une terminologie lacanienne, le langage représente la passage de l'imaginaire au symbolique, du passé au présent, d'une relation duelle dominée par la mère à une réalité ou intervient la médiation paternelle. Dans les 400 coups, cette voie royale de la communication et de la créativité adulte est d'emblée barrée à Antoine.

(...)

Intégralité de l'analyse sur cineclubdecaen.com

Videos

20/11/2014

Les Quatre Cents Coups

Bande annonce (english subtitles)

Photos (9)

Générique détaillé (17)

Assistants à la réalisation :

Philippe de Broca, Robert Bober, Francis Cognany

Dialoguiste :

Marcel Moussy

Scénariste :

François Truffaut

Directeur de la photo :

Henri Decaë

Assistant opérateur :

Alain Levent

Monteuses :

Marie-Josèphe Yoyotte, Cécile Decugis

Décorateur :

Bernard Evein

Auteur de la musique :

Jean Constantin

Régisseur général :

Robert Lachenay

Adaptateurs / Dialoguistes :

François Truffaut, Marcel Moussy

Producteur :

François Truffaut

Voix off :

Jean-Luc Godard

Ingénieurs du son :

Jean Labussière, Jean-Claude Marchetti

Cadreur :

Jean Rabier

Scripte :

Jacqueline Parey

Assistant décorateur :

Raymond Le Moigne

Photographe de plateau :

André Dino

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie dramatique

Thèmes :

Enfance, Délinquance

Langue de tournage :

Français

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français

Année de production :

1959

Sortie en France :

11/10/1959

Durée :

1 h 33 min

Etat d'avancement :

Numéro de visa :

21.414

Visa délivré le :

16/05/1959

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Noir & blanc

Format son :

Mono

Affiches (12)

Réalisateur

Actualités (3)

Sélections en festivals (8)

Golden Horse Film Festival de Taïpei - 2014

Golden Horse Film Festival de Taïpei (Taiwan, 2014)

Sélection

A tribute to François Truffaut

The Alliance Française French Film Festival (Australie) - 2014

The Alliance Française French Film Festival (Australie) (Australie, 2014)

Sélection

Tribute to a master : François Truffaut

Festa do Cinema Francês - 2013

Festa do Cinema Francês (Portugal, 2013)

Sélection

Paris no Cinema

Festival international du film de Shanghai - 2012

Festival international du film de Shanghai (Chine, 2012)

Sélection

Compétition officielle

Festival International du Film de Moscou - 2007

Festival International du Film de Moscou (Russie, 2007)

Sélection

Liste de Miikhalov

Oscars du Cinéma - 1960

Oscars du Cinéma (Etats-unis, 1960)

Sélection

Nomination Oscar du Meilleur scénario original : Marcel Moussy, François Truffaut

Festival international du film de Cannes - 1959

Festival international du film de Cannes (France, 1959)

Sélection

Compétition officielle

Palmarès (2)

Prix Méliès - 1959

Prix Méliès (1959)

Prix

Prix Méliès