En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus et gérer ces paramètres[OK]

Votre avis

Unifrance

29 novembre 2013 à 15:35

La FNCF dévoile sa nouvelle opération tarifaire en faveur des jeunes

Exclu - La Fédération nationale des cinémas français dévoile  sa nouvelle opération tarifaire à destination des moins de 14 ans qui démarrera le 1er janvier 2014. Rencontre avec Richard Patry, son président (photo), et les premières réactions, celles des pouvoirs publics.

Suite à l'annonce en septembre de la décision du gouvernement de baisser la TVA sur la billetterie des salles, et alors que les parlementaires vont en décider très prochainement dans le cadre de la 2e lecture du projet de loi de finances pour 2014, le président de la FNCF nous révèle la teneur de cette nouvelle opération dans un court entretien. 

Vous aviez annoncé une opération tarifaire à destination du jeune public lors du dernier Congrès de la FNCF. Quelle forme celle-ci va-t-elle finalement prendre ?

Nous allons proposer un tarif unique de 4 € tous les jours à toutes les séances aux spectateurs de moins de 14 ans, et cela à partir du 1er janvier 2014. Au-delà de l’aspect tarifaire, c’est d’une véritable action citoyenne des salles de cinéma dont il est question ici. Cette opération est évidemment rendue possible grâce à la baisse de la TVA sur les places de cinéma qui ne doit pas profiter aux exploitants mais aux spectateurs.

Pourquoi vous adresser uniquement au jeune public en dessous de 14 ans ?

Une opération à destination des jeunes concerne forcément tous les publics. Les moins de 14 ans ne vont pas seuls au cinéma, mais en famille, avec leurs parents, leurs grands-parents. Et puis, c’est aussi une manière de nous adresser au public de demain. Il faut savoir transmettre le goût du cinéma sur grand écran afin que celui-ci puisse perdurer et se perpétuer. Les gens vont moins au cinéma, à nous de leur donner les moyens d’y revenir, et notamment les enfants et les jeunes ados qui représentent, selon les périodes, 8% à 9% de la fréquentation nationale.

Comment allez-vous communiquer auprès du public ?

Nous allons d’abord établir une charte graphique afin d’unifier cette communication. Il s’agira ensuite de concevoir un déroulant à l’intention des salles qui pourra être projeté dès le 1er janvier. À partir de février, nous mettrons en place une vraie campagne avec un film-annonce dans les salles et une forte présence dans les médias. Il n’est pas question de concentrer nos efforts sur quelques semaines, l’idée est d’accompagner cette opération tout au long de l’année en nous dotant des moyens nécessaires. Je suis également convaincu que le CNC et les pouvoirs publics seront très intéressés par cette opération qui concerne tout le monde.

Avez-vous déjà eu des retours des distributeurs ?

Nous n’en avons pas discuté avec eux, mais il s’agit avant tout d’une opération qui vise à relancer la fréquentation à une période où personne ne peut dire que nous faisons trop d’entrées. Il en va de l’intérêt général que nous puissions reconquérir le public. Si les entrées remontent, c’est toute la filière qui en profitera, y compris les distributeurs, et parmi eux ceux qui travaillent tout particulièrement le jeune public et les familles.

Comment voyez-vous la fréquentation d’ici à la fin de l’année ?

La fréquentation n’avait rien perdu en octobre, en revanche, elle a continué de baisser en novembre. Du coup, et même si le mois de décembre est plus fort cette année, nous devrions terminer 2013 entre 190 et 195 millions d’entrées.

Les réactions des pouvoirs publics

La ministre de la Culture et de la Communication accueille naturellement très favorablement cette opération de la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) : "La jeunesse constituant la priorité du Gouvernement français et le public adolescent étant très désireux d'accéder à la culture dans des conditions plus accessibles et en particulier aux salles de cinéma", Aurélie Filippetti salue ainsi "l'initiative de démocratisation prise par les adhérents de la FNCF" et "remercie les exploitants des salles d'avoir conçu cette offre tarifaire...".

Elle estime que "par cet engagement, le réseau de salles français continuera de participer à créer du lien social sur nos territoires, et la projection cinématographique en salles d'oeuvres que nous souhaitons tous, diverses, originales, et exigeantes  à nous faire vivre, dès le plus jeune âge, des émotions souvent inoubliables".

Pour la présidente du Centre national du cinéma, "l’annonce d’une opération nationale de grande ampleur en faveur des jeunes au cinéma....est une formidable initiative de  tous les cinémas français. C’est une excellente nouvelle pour tous les enfants, tous les jeunes, qui pourront aller au cinéma voir les films qu’ils aiment pour 4€ seulement."

"Cette opération nationale va permettre à tous les jeunes spectateurs et cinéphiles de demain de partager le plaisir et l’émotion uniques du cinéma en salle, poursuit Frédérique Bredin. Elle s’adresse aussi aux familles, pour que le cinéma soit toujours un loisir populaire et l’occasion de se rassembler entre générations. Ce pari sur l’avenir que réalisent les salles de cinéma illustre la vitalité et la confiance dans l’avenir d’un secteur tout entier".

"C’est une belle réponse à la décision du Gouvernement de baisser le taux de TVA sur les salles de cinéma. Une réponse généreuse, une main tendue aux jeunes spectateurs pour le cinéma de demain, ajoute la présidente, qui conclut : Le CNC sera aux côtés de tous les exploitants de salle pour que cette action soit une réussite pleine et entière". 

Sarah DROUHAUD et Anthony BOBEAU

Auteur : Service Communication

Dernière mise à jour : 26 juin 2018 à 15:35 CEST