En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Beau Serge

Le Beau Serge

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par Ajym Films

Sortie en France : 10/01/1959

    Synopsis

    Après dix ans d'absence, François rentre au pays de son enfance, un village de la Creuse. Il a gardé le souvenir d'un ami, Serge, qu'il voyait paré de toutes les qualités et à qui un brillant avenir devait sourire. Mais au village, François apprend que Serge est un ivrogne ; il a épousé une fille du pays, Yvonne, dont la jeune soeur, Marie, fut sa maîtresse... comme elle l'est de tous les garçons du pays. Serge, lui aussi, se souvient de François. Il voudrait justifier sa conduite, expliquer sa déchéance dont il a conscience... Un jour, les deux anciens amis se retrouvent au bord de l'étang où ils aimaient se baigner autrefois... Serge confesse à François que sa femme Yvonne vaut mieux qu'eux tous et qu'il n'est pas digne d'elle... Marie, en vraie petite garce, n'a pas eu de mal à séduire François ; au cours d'un bal Serge, ivre une fois de plus, poursuit sa belle-soeur et quand François tente de l'en empêcher, une bagarre éclate.

    Acteurs (10)

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    Ajym Films

    Distribution France :

    Les Films Marceau

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Le Beau Serge est considéré comme étant le premier film de la Nouvelle Vague.

    Prix Jean Vigo 1959.

    Point de vue

    Le Beau Serge est, naturellement, un titre ironique. Serge s'avère être tout sauf beau quand François, son vieil ami, revient de Paris dans sa ville natale de la Creuse (le vrai village s'appelle Sardent, et les habitants sont remerciés de leur coopération au début du film - une autre ironie?).

    Rapidement, François découvre que les dix ans passés n'ont pas été tendres avec ses anciennes connaissances. A son arrivée, un long et splendide plan-séquence, il voit de loin son vieil ami et tente de de se faire reconnaitre. Mais en vain. Michel, le boulanger, lui explique: "Il ne reconnait jamais personne quand il est ivre"

    François est revenu à son village natal pour une convalescence. Il avait souffert d'une maladie très grave et vient chercher le repos et la tranquilité. Mais il ne trouve rien de tout cela. La vie de son ami s'est dégradée fortement. Serge est marié à Yvonne, qui l'adore, mais qu'il méprise injustement, en raison de leur premier enfant, mort-né mongolien.

    Il boit presque san arrêt en compagnie d'un homme plus âgé appelé Glomaud, qui peut ou peut ne pas être le père de Marie, la sirène locale. La propriétaire de la pension de François lui indique que Marie se " fiance" avec un homme différent chaque jour. Marie est joué par Bernadette Lafont qui réussit, malgré ses 19 ans au moment du tournage, à rendre crédible ce rôle de bombe sexuelle.

    Chaque événement ajoute à l'incomprehension entre François et les villageois. Lors d'un bal, il s'oppose soudainement au traitement qu'inflige Serge à Yvonne. Il suit Serge dans la rue et ils se battent. Obstinément, François reste dans le village pour exécuter ce qu'il croit être une action redemptrice.

    Il commence à neiger. Une nuit, avec Serge presque ivre-mort, François est au chevet d'Yvonne qui est en train d'accoucher de son deuxième enfant. Il se dépense sans compter pour faire venir le docteur puis pour retrouver Serge.

    Le docteur est pessimiste sur la survie de l'enfant. Apparemment affaibli par le froid, François sort une fois de plus pour trouver Serge. Il le trouve dans une grange et doit le traîner dans la neige. Une fois arrivé, il réveille Serge avec une poignée de neige dans son visage, au moment où les cris de son fils brisent le silence. François, peut-être s'évanouissant (ou s'effondrant?), crie ses derniers mots, "j'ai cru." Serge, entendant les cris de son fils en bonne santé, pleure de joie.

    On trouve en germe dans ce premier film tout ce qui allait faire le style de Chabrol, son regard acide et tendre. Mais le beau Serge ne peint pas le monde de la bourgeoisie, mais celui d’un petit village. Par ailleurs, au travers du personnage de François, le film est fortement connoté par une sorte d’humanisme chrétien, et même christique, qui conduira parfois Claude Chabrol à renier son premier long métrage. Le beau Serge n’en est pas moins un très beau film, fidèle à l’esthétique de la Nouvelle Vague : tourné en extérieurs avec une équipe légère, la mise en scène tire parti des décors naturels et n’hésite pas à faire appel à des non-acteurs.

    Dans ce film concerté, tout se réfère à une symbolique (le papier de la chambre à coucher, le cimetière, la place de l’église, les cigarettes, les lunettes). En cela se reconnaît la fascination qu’exerce sur Chabrol, son maître Hitchcock. Qu’importe si nous ne parvenons à ouvrir toutes les portes, l’important est de nous laisser entraîner par eux vers les chemins de l’onirisme.

    Le Beau Serge se présente en effet comme une suite de scènes subjectives que des actes rendent objectives. Tout comme chez Hitchcock, nous sommes plongés dans le monde du désir, désir informulé, latent, qui soudain se réalise. Il est un moment, l’un des plus beaux du film, qui permet d'aprocher le travail de l’imagination du cinéaste. Serge, affalé sur le trottoir, cuve son vin près de la place du village. Des enfants, un peu plus loin, jouent au football. Dans le brouhaha des cris, on entend confusément l’un des gosses crier à celui qui a le ballon : « A moi François, François à moi. » Serge se lève furibond, chasse la meute des gamins qui s’enfuient, puis, comme poussé par une force intérieure dont il ne se sent pas le maître, il part à la recherche de François. Et, par bouffées, nous parviennent ses propos, véritable confession, qui tous appellent François à l’aide. Il a suffi d’une phrase indifférente et lointaine, juste perçue par son subconscient, pour déclencher toute une conduite incontrôlée, somnambulique mais réelle, celle-là seule qu’aime à capter la caméra de Chabrol.

    En fin de compte, Le Beau Serge, c’est l’histoire d’une réanimation dans le sens de « rendre le souffle », « rendre à la vie » . Dans ce village qui se meurt, François vient apporter malgré lui une bouffée d’oxygène. La place de l’église est comme un cœur d’où les êtres affluent ou refluent, selon le rythme de la respiration. Par ailleurs, Chabrol a donné à chaque scène le tempo d’un halètement. Et la photo crée, elle aussi, l’impression d’un besoin d’air, à travers la froideur et la grisaille nue de ces sévères paysages. Ce thème de l’air trouvera son expression achevée dans les admirables images finales, par l’échange du souffle, dans l’acception à la fois vitale et mystique du terme. Dans le même temps que le bébé pousse ses premiers vagissements, François, exténué, s’affaisse comme s’il rendait son dernier souffle, tandis que Serge, fou de bonheur, retrouve enfin son âme et la joie de vivre.

    Source : ann.ledoux.free

    Générique détaillé (15)

    Assistants à la réalisation :

    Charles Bitsch, Philippe de Broca, Claude de Givray

    Scénariste :

    Claude Chabrol

    Ingénieur du son :

    Jean-Claude Marchetti

    Assistants opérateurs :

    Pierre Ginet, Alain Levent

    Directeurs de production :

    Jean Cotet, Jean Lavie

    Monteur :

    Jacques Gaillard

    Scripte :

    Jacqueline Parey

    Photographe de plateau :

    André Dino

    Producteur :

    Claude Chabrol

    Directeur de la photo :

    Henri Decaë

    Assistant son :

    Jean Labussière

    Cadreur :

    Jean Rabier

    Attachée de presse (film) :

    Annick Rougerie

    Assistante monteuse :

    Gisèle Chézeau

    Auteur de la musique :

    Emile Delpierre

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1957

    Sortie en France :

    10/01/1959

    Durée :

    1 h 37 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    20793

    Visa délivré le :

    19/09/1958

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono