Le Mariage de Chiffon - Poster France

Le Mariage de Chiffon

Un Long-métrage de Claude Autant-Lara

Produit par Sirius Films

Sortie en France : 06/08/1942

  • Sommaire

Acteurs (22)

Production et distribution (3)

Production Déléguée :

Sirius Films

Distribution France :

Industrie Cinématographique

Exportation / Vente internationale :

Télédis

Synopsis

Peinture attendrie d'une petite ville de garnison avant la Grande Guerre. Chiffon, adolescente de seize ans, est en révolte constante contre le milieu provincial et aristocratique où elle vit. Sa mère, la mondaine marquise de Bray, voudrait lui voir épouser le duc d'Aubieres, colonel du régiment de dragons. Chiffon aime celui qu'elle appelle oncle Marc, frère de son beau-père avec l'affectueuse complicité du colonel, elle finit par l'épouser.

Propos

Point de vue

Adapté d’un roman de Gyp, Le mariage de Chiffon est un film moderne réalisé à partir d’éléments désuets. Les personnages sont peints par petites touches et la narration est quasi-impressionniste dans sa première partie.  Claude Autant-Lara et Jean Aurenche, dont c’est la deuxième collaboration, ont une légère et saine distance par rapport à leur sujet. D’où une tonalité tendrement ironique qui n’a rien à voir avec l’aigreur dont ils feront preuve dans leurs films d’après-guerre. Pas encore académique, le style du réalisateur est ici superbement classique. La perfection des décors, des costumes et de la photo n’empêchent le rythme d’être enlevé ni n’étouffent le dynamisme et l’inventivité de la mise en  scène qui abonde en détails concrets et réalistes (l’ouverture de la portière d’une voiture de la Belle-Epoque!).

Odette Joyeux quoique douze ans trop vieille pour le rôle ne manque pas de fraîcheur. Les seconds rôles hauts en couleur sont délectables. Citons  Robert Le Vigan en huissier pris de remords et Larquey en majordome bienveillant. La consistance de leur caractérisation prolonge parfois l’intrigue de ramifications nouvelles. L’histoire traite, mine de rien, des débuts de l’aviation tout autant que de la transformation d’une jeune fille en femme. Le tout aboutit à une gentille célébration des élans anticonformistes. Ce qui, outre le dynamisme de la mise en scène, distingue Le mariage de Chiffon des films d’Autant-Lara des années 50 fustigés par Truffaut est l’amabilité de l’ensemble des personnages (à l’exception certes de la mère crispée sur sa position sociale). Même le désir du colonel pour une femme qui pourrait être sa fille n’est pas montré comme sordide. Tout est léger, élégant, guilleret (et sauvé de l’inconséquence par la parfaite rigueur de l’écriture).

Le talent classique qui éclate dans cette brillante fantaisie annonce le chef d’oeuvre dramatique Douce que le cinéaste réalisera un an plus tard avec la même actrice: Odette Joyeux.

Source : films.nonutc.fr

Générique détaillé (10)

Adaptateurs / Dialoguistes :

Jean Aurenche, Maurice Blondeau

Producteur :

Pierre Guerlais

Ingénieur du son :

Robert Yvonnet

Monteur :

Raymond Lamy

Auteur de la musique :

Roger Desormière

Auteur de l'œuvre originale :

Gyp

Directeurs de la photo :

Jean Isnard, Philippe Agostini

Directeur de production :

René Montis

Décorateur :

Jacques Krauss

Costumier :

Claude Autant-Lara

Mentions techniques

Long-métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie sentimentale

Langue de tournage :

Français

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français

Année de production :

1942

Sortie en France :

06/08/1942

Durée :

1 h 43 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

231

Visa délivré le :

23/09/1942

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Noir & blanc

Format son :

Mono

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals

Festival du Film français en Israël  - 2005

Festival du Film français en Israël (Israel, 2005)

Sélection

Sélection Officielle