Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Artemisia

Artemisia

Un Long métrage de Agnès Merlet

Produit par Première Heure

Sortie en France : 10/09/1997

  • Sommaire

Acteurs (9)

Production et distribution (5)

Production Déléguée :

Première Heure

Productions Étrangères :

Schlemmer Film, 3 Emme Cinematografica

Distribution France :

Polygram

Coproduction :

France 3 Cinéma

Exportations / Ventes internationales :

FTD International Cinéma, Orange Studio

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (25)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Italie, 1610. Artemisia Gentileschi a dix-sept ans. Son père, Orazio, peintre reconnu, lui a transmis sa passion de la peinture. Passion interdite parce qu'une femme n'a pas le droit de suivre les cours de l'Académie ni celui de faire poser un modèle masculin nu. Artemisia s'obstine. Elle cherche à peindre des corps. Une quête anatomique à laquelle vient se mêler, de manière impalpable, les prémices du désir sexuel. Un jour, sur la plage, Artemisia aperçoit un homme, Agostino Tassi, artiste rompu aux dernières techniques de l'art de peindre. Elle est troublée et effrayée par cet homme arrogant qui pratique volontiers la débauche. Orazio partage avec Tassi une commande de fresques religieuses dans une église. Artemisia obtient de son père qu'Agostino lui enseigne ce qu'elle ignore encore, l'art de la perspective. Peu à peu les leçons entre le maître et l'élève prennent une autre forme. Ce n'est pas la peinture qu'Agostino pouvait enseigner à Artemisia, déjà maître de son talent, c'est la passion. Vient la première étreinte, violente, qui bouleverse Artemisia encore vierge. Le corps n'est plus ce motif immobile qu'on observe pour le peindre, mais ce lieu vivant de désir, de souffrance, de plaisir...

Propos

"Artemisia" raconte l'histoire d'une double initiation, l'art de peindre et l'art d'aimer. Son père, Orazio, se sert de sa fille pour se procurer des richesses. Trop préoccupé par ses affaires, il néglige le lien affectif avec Artemisia. Il la trahit pour réussir dans la vie professionnelle et sociale. Pour se sauver, Artemisia reprend contact avec la créativité qui lui vient des entrailles et reprend en main sa propre destinée. Cela peut rappeler les contes de fées comme dans celui des frères Grimm ''La jeune fille sans mains'' . Ce sont toujours les héroïnes qui se font couper les mains et jamais les héros. Parce que c'est la créativité au féminin qui a été réprimée par la culture patriarcale. Agostino de son côté lui fait découvrir une nouvelle forme de liberté en l'initiant à la perspective, mais aussi une autre manière de jouer avec son corps. C'est à travers la quête anatomique à laquelle elle se livre qu'elle découvre le désir sexuel. Ce qui m'a intéressée, c'est de travailler sur ce sentiment trouble qu'on ressent au moment de la naissance de la sexualité et qui peut aboutir à la création artistique. Elle découvre l'amour et la réalité du sexe d'une manière brutale, sur le chemin d'un apprentissage artistique, dans une sorte d'inconscience. Et cela la transforme. (Agnès Merlet)

Générique détaillé (10)

Producteur délégué :

Patrice Haddad

Directeur de la photo :

Benoît Delhomme

Attachée de presse (film) :

Laurence Granec

Monteur son :

Pierre Choukroun

Costumier :

Dominique Borg

Scénaristes :

Agnès Merlet, Christine Miller

Ingénieur du son :

François Waledisch

Monteur :

Guy Lecorne

Décorateur :

Antonello Gelleng

Photographe de plateau :

Umberto Montiroli

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Allemagne, Italie

EOF :

Oui

Nationalité :

Majoritaire français (France, Allemagne, Italie)

Année de production :

1997

Sortie en France :

10/09/1997

Durée :

1 h 38 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

87.831

Visa délivré le :

05/09/1997

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,85

Affiches (3)

Réalisatrice

Sélections en festivals (2)

Les César du Cinéma Français - 1998

Les César du Cinéma Français (France, 1998)

Sélection (2)

Meilleurs costumes : Dominique Borg

Meilleure photo : Benoît Delhomme

Acapulco - Festival du Film Francais - 1997

Acapulco - Festival du Film Francais (Mexique, 1997)

Sélection

Longs Métrages français