En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Diaboliquement vôtre

Diaboliquement vôtre

Un Long métrage de Julien Duvivier

Produit par Société Nouvelle de Cinématographie (SNC)

Sortie en France : 22/12/1967

    Synopsis

    Georges Campo est devenu amnésique à la suite d'un accident de voiture. Il est soigné par sa femme Christiane, son domestique Kiem et le docteur Launay, un ami de la famille rentré, avec les Campo, de Saigon. Dans son subconscient, Georges sent revenir peu à peu des souvenirs confus et un nom, Pierre Lagrange, le hante... Mais Frédéric le soigne avec amitié, Kiem lui est dévoué et Christiane est ravissante, meme si elle se refuse à lui, par "ordre médical". Georges attend donc sa guérison, mais des incidents dont il aurait pu etre victime, les médicaments qu'on lui prescrit, une tension mentale qui semble s'accroitre dans son sommeil, amènent peu à peu l'amnésique à un état d'angoisse qui frole la folie. Il pense à fuir ; l'absence de téléphone le coupe du monde extérieur et un chien féroce est laché dans le parc. Or, dans ce parc, Georges découvre un jour un cadavre dans une décharge. Ce soir-là, il jette le somnifère qu'il doit prendre comme d'habitude et, feignant le sommeil, voit Cristiane mettre en action un magnétophone miniature placé sous le sommier du lit. Il se relève alors, fonce vers la chambre de la jeune femme et la contraint à se donner à lui. Christiane avoue la machination. Oui, il s'appelle Pierre Lagrange, petit aventurier découvert par Frédéric qui, après avoir tué le vrai Georges Campo, avait besoin d'un cadavre "propre" pour permettre à Christiane, sa maitresse, de toucher l'héritage avec lequel ils espéraient vivre ensemble. L'accident de voiture avait raté, mais l'amnésie de pierre leur avait offert une autre solution, convaincre Pierre qu'il était Georges, par un procédé d'hypnopédie, d'où le magnétophone destiné à dominer dans l'inconscient de la victime ses vrais souvenirs et à le convaincre de se suicider...

    Acteurs (10)

    Production et distribution (6)

    Production Déléguée :

    Société Nouvelle de Cinématographie (SNC)

    Coproductions :

    Les Films Copernic, Lira Films, Comacico

    Exportation / Vente internationale :

    StudioCanal Films Limited

    Production Associée :

    Eichberg-Film

    Productions Étrangères :

    Igor Film, Eichberg-Film

    Distribution France :

    Valoria Films

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Générique détaillé (16)

    Assistant à la réalisation :

    Michel Romanoff

    Auteur de l'œuvre originale :

    Louis C. Thomas

    Producteurs associés :

    Maurice Jacquin, René Pignières, Gérard Beytout

    Ingénieur du son :

    René Sarazin

    Assistants opérateurs :

    Robert Schneider, François Lauliac, Jean-Paul Cornu

    Monteur :

    Paul Cayatte

    Auteur de la musique :

    François de Roubaix

    Costumière :

    Georgette Fillon

    Adaptateurs / Dialoguistes :

    Roland Girard, Jean Bolvary, Julien Duvivier

    Producteur :

    Raymond Danon

    Directeur de la photo :

    Henri Decaë

    Assistant son :

    Paul Pauwels

    Directeur de production :

    Ralph Baum

    Scripte :

    Betty Elvira

    Chef décorateur :

    Léon Barsacq

    Orchestrateur de la musique :

    Éric Demarsan

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Allemagne, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Allemagne, Italie)

    Année de production :

    1967

    Sortie en France :

    22/12/1967

    Durée :

    1 h 33 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    33348

    Visa délivré le :

    20/12/1967

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Mono