En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Max et les ferrailleurs

Max et les ferrailleurs

Un Long métrage de Claude Sautet

Produit par Sonocam SA, Lira Films, Fida Cinematografica

Sortie en France : 17/02/1971

  • Sommaire

Acteurs (26)

Production et distribution (3)

Exportation / Vente internationale :

StudioCanal Films Limited

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Max, officier de police principal, était autrefois un juge. N'ayant pu faire condamner un prévenu alors qu'il était sûr de sa culpabilité, mais les preuves lui ayant manqué, il est obsédé par l'idée de prendre les auteurs de méfaits en flagrant délit. C'est pourquoi d'ailleurs il est entré dans la police. Un jour, Max rencontre Abel, un ancien copain de régiment qu'il n'a pas vu depuis dix-huit ans. Abel, qui semble ému de cette reprise de contact, lui avoue qu'il n'est qu'un petit truand râté qui, dans la zone, fait le trafic de voitures volées. Il appartient à la bande des Ferrailleurs de Nanterre. Max va mettre à profit cette rencontre pour réaliser son idée fixe : il fait la connaissance de l'égérie du groupe, une prostituée nommée Lily, qui est aussi la maîtresse d'Abel. Il l'invite chez lui, dans un studio qu'il a loué pour elle, lui donne de l'argent sans rien lui demander en échange et se fait passer pour un banquier. Habilement, il lui suggère d'amener la bande des Ferrailleurs à commettre un hold-up dans « sa » banque. Il lui indique le jour où les coffres seront pleins. La machination marche admirablement : les truands tombent dans le piège et sont arrêtés. Mais le commissaire du district de Nanterre veut incarcérer également Lily : Max, qui est devenu amoureux fou d'elle, ne peut supporter cette idée et assassine le commissaire. Arrêté, il est maintenant dans la même situation que ceux qu'il voulait taire prendre.

© Fiches du Cinéma

Propos

Premier opus de la « série des noms », des films auxquels Claude Sautet donne pour titre le nom d’un ou plusieurs des personnages principaux, Max et les ferrailleurs est l'histoire policière d’un inspecteur qui, tiraillé par ses échecs et son désir d'être utile à la société, devient l’instigateur d'un hold-up. C’est aussi l’analyse d’une relation amoureuse fondée sur la frustration qui conduit le personnage de Max jusqu'à une fin tragique.

La structure du scénario est claire et relativement linéaire, axée sur la préparation minutieuse du piège tendu par l'inspecteur. Les éléments se mettent en place avec vraisemblance, laissant toujours la possibilité d'un basculement, comme quand Max se décide subitement à téléphoner à Abel. La tension monte progressivement et atteindra son acmé dans l'une des scènes finales, quand l'inspecteur constate que le prix de son succès est de perdre dans la honte la femme dont vient de tomber amoureux. Cette structure permet au spectateur de prendre le temps de faire connaissance avec le milieu assez particulier des "ferrailleurs", riche en personnages hauts en couleurs.

On retrouve le duo des Choses de la vie avec Michel Piccoli dans le rôle d’un Max, puritain et compassé, et Romy Schneider, dans celui de Lily, la jeune prostituée.

Comme on le sait, Claude Sautet remonte la plupart de ses films. Il touche cependant très peu à celui-ci qui était l’un de ses préférés. Le film connut pourtant un succès modéré (393 400 entrées à Paris).

Source : Wikipedia

Générique détaillé (17)

Producteur délégué :

Raymond Danon

Auteur de l'œuvre originale :

Claude Néron

Coproducteurs :

Roland Girard, Jean Bolvary

Ingénieur du son :

René Longuet

Assistants opérateurs :

Jean-Paul Cornu, François Lauliac

Directeur de production :

Ralph Baum

Monteuse son :

Noelle Balenci

Auteur de la musique :

Philippe Sarde

Photographe de plateau :

Claude Mathieu

Adaptateurs / Dialoguistes :

Claude Sautet, Claude Néron, Jean-Loup Dabadie

Producteurs étrangers :

Edmondo Amati, Maurizio Amati

Directeur de la photo :

René Mathelin

Assistant son :

Pierre Davoust

Cadreur :

Charles-Henri Montel

Monteuse :

Jacqueline Thiedot

Scripte :

Geneviève Cortier

Mixeurs :

Jean Nény, Alex Pront

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Drame

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1970

Sortie en France :

17/02/1971

Durée :

1 h 50 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

37319

Visa délivré le :

04/02/1971

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,66

Format son :

Mono