En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Mépris

Le Mépris

Un Long métrage de Jean-Luc Godard

Produit par Les Films Marceau, Rome-Paris Films

Sortie en France : 20/12/1963

    Synopsis

    Après avoir été un modeste auteur dramatique, Paul Javal est devenu un scénariste à succès qui vit heureux avec sa femme Camille. Il écrit le scénario d'un film sur "L'Odyssée" qui doit etre réalisé par Fritz Lang et produit par l'américain Jeremy Prokosh. Tandis que le premier veut tourner une oeuvre psychologique, le second souhaite réaliser un film épique. Quant à Paul, davantage préoccupé par les problèmes financiers, il flatte l'un et l'autre, favorisant meme le flirt que Jeremy ébauche avec Camille.

    Acteurs (8)

    Production et distribution (4)

    Productions Déléguées :

    Les Films Marceau, Rome-Paris Films

    Exportation / Vente internationale :

    STUDIOCANAL

    Coproduction :

    Compagnia Cinematografica Champion

    Distribution France :

    Cocinor

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (10)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue de la critique
    Jean-Louis Bory écrit1 : « Le véritable Et Dieu… créa la femme, c'est Godard qui l'a tourné, et cela s'appelle Le Mépris. Je ne cherche pas à démêler — et peu m'importe — si Godard a respecté ou non le roman de Moravia, ou si Losey eût fabriqué un film plus moravien que Godard. Le Mépris que nous voyons, c'est du pur Godard, et, je m'empresse de le dire, de l'excellent Godard. Le prétexte, l'objet du film, plus que le roman italien, c'est BB. Ce que Vadim a imaginé dans son premier film, mais n'a plus été capable de réaliser, ce que Louis Malle a raté dans Vie privée, Godard l'a réussi. Le Mépris est le film de Bardot, parce qu'il est le film de la femme telle que Godard la conçoit et telle que Bardot l'incarne. Si le phénomène Bardot doit représenter plus tard quelque chose dans l'histoire du cinéma, au même titre que Garbo ou Dietrich, c'est dans Le Mépris qu'on le trouvera. Je ne sais dans quelles conditions le tournage a eu lieu ni si Bardot et Godard se sont bien entendus. Le résultat est là : il y a rarement eu entente aussi profonde (consciente ou non — consciente, je suppose, chez Godard) entre une actrice et son metteur en scène. »

    Autour du film
    Contrairement à une opinion couramment répandue, ce n'est pas Jean-Luc Godard qui dit le générique en voix off au début du film.
    Le film comprend des dialogues en français, anglais, italien et allemand.
    Le dernier mot du film est « Silenzio ! » (Silence !), et est prononcé par Godard, en tant qu'assistant de l'équipe de tournage. Ce mot de clôture a été repris par David Lynch dans son film Mulholland Drive.
    Georges Delerue signe ici une de ses partitions les plus connues, citée ou reprise dans plusieurs autres films, notamment Casino de Martin Scorsese.
    Le Mépris est un exemple de film contenant un film.
    Histoire de la première scène :
    La première version du film n'a pas du tout plu aux producteurs américains... En effet, la présence de Brigitte Bardot étant un atout majeur pour la production américaine, il était dès lors incompréhensible et inacceptable que le final-cut de Godard ne comprenne pas de scènes de nu de l'actrice française... Jean-Luc Godard, furieux, revoit alors sa copie...
    Raoul Coutard, directeur de la photographie3 : « Ça a été un drame parce que Jean-Luc a été obligé de retourner un certain nombre de plans pour que les Américains finissent de payer le dernier versement et c'est Alain Levent qui les a tournés parce que moi j'étais sur un autre film à ce moment-là. Cela s'est passé complètement à la fin, c'est-à-dire qu'on avait fait l'étalonnage du film. On avait envoyé le film à Sam Levine et ensuite il a dit : Non, non, ça ne va pas, je veux voir le c.. de Bardot. »
    Un extrait du film, joué par Bardot, a été repris dans le morceau Nantes (album The Flying Club Cup) du groupe américain Beirut.

    Source : Wikipedia

    Photos (9)

    Générique détaillé (13)

    Producteurs délégués :

    Georges de Beauregard, Carlo Ponti, Joseph E. Levine

    Auteur de l'œuvre originale :

    Alberto Moravia

    Directeurs de la photo :

    Raoul Coutard, Alain Levent

    Assistant opérateur :

    Joe D'Amato

    Monteurs :

    Agnés Guillemot, Lila Lakshmanan

    Auteurs de la musique :

    Georges Delerue, Piero Piccioni

    Chef maquilleuse :

    Odette Berroyer

    Assistant à la réalisation :

    Charles Bitsch

    Scénariste :

    Jean-Luc Godard

    Ingénieur du son :

    William-Robert Sivel

    Directeurs de production :

    Philippe Dussart, Carlo Lastricati

    Scripte :

    Suzanne Schiffman

    Costumière :

    Tanine Autré

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Langue de tournage :

    Français, Anglais, Allemand, Italien

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Oui

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1963

    Sortie en France :

    20/12/1963

    Durée :

    1 h 43 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    27.515

    Agrément :

    Oui

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    2,35

    Format son :

    Mono

    Affiches (9)

    Réalisateur

    Actualités

    Sélections en festivals (3)

    Festival international du film de Shanghai - 2015

    Festival international du film de Shanghai (Chine, 2015)

    Sélection

    Retrospective Jean-Luc Godard

    Berlinale - 2001

    Berlinale (Allemagne, 2001)

    Sélection

    Rétrospective