En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Chère Louise

Chère Louise

Un Long métrage de Philippe de Broca

Produit par Les Films Ariane

Sortie en France : 06/09/1972

    Synopsis

    Professeur, la quarantaine, Louise arrive à Annecy. Après son divorce, elle a vécu avec sa mère. Celle-ci décédée, Louise est partie en brûlant tous ses souvenirs. A Annecy, elle rencontre un jour un jeune italien d'une vingtaine d'années, sans travail, qui mendie distraitement. Elle lui donne quelque argent, il la suit. Il va s'installer chez elle et c'est l'engrenage. Louise a beau dire et beau faire, Luigi lui apporte une chaleur, un semblant d'amour dont elle a désespérément besoin. Bientôt, on la montre du doigt, ses collègues la chapitrent. Luigi, lui, est bien : nourri, logé, habillé... Il cherche mollement du travail, vole un peu, rencontre des filles de son âge, veut une moto. Après une rencontre avec une fille, et le scandale que déclenche Louise, il disparaît. Louise se retrouve seule, tente de se suicider, et finit par retrouver sa solitude...

    Acteurs (9)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Les Films Ariane

    Production Étrangère :

    Compagnia Cinematografica Champion

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    C'est un bon sujet que celui de Jean-Louis Curtis, et c'est une bonne adaptation qu'en a fait Jean-Loup Dabadie. Mais c'est le type même du "faux" bon sujet : Philippe de Broca – auteur, ne l'oublions pas, de films subtils et doux-amers comme L'Amant de 5 jours ou Le Roi de coeur – a choisi cette histoire parce qu'elle est dans son ton et dans son goût. Mais c'est trop difficile, aujourd'hui, même si l'histoire est possible et vraie, de "faire croire" à cette rencontre. Et quelque admiration que l'on ait pour Jeanne Moreau, cette grand actrice tue toute émotion. Ses réactions sont prévues – donc prévisibles – au quart de millimètre. Elle fascine, mais ôte toute émotion au film. impossible de croire à sa tentative de suicide : jouée merveilleusement c'est vrai, mais "jouée". Alors le film perd toute âme, toute crédibilité. Dommage..

    © Guy Allombert, "La Saison Cinématographique 1972".

    Générique détaillé (12)

    Assistant à la réalisation :

    Denis Amar

    Auteur de l'œuvre originale :

    Jean-Louis Curtis

    Scénariste :

    Jean-Loup Dabadie

    Directeur de la photo :

    Ricardo Aronovich

    Monteuse :

    Françoise Javet

    Décorateur :

    Constantin Mejinsky

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Jean-Loup Dabadie

    Producteurs :

    Georges Dancigers, Alexandre Mnouchkine

    Producteur étranger :

    Carlo Ponti

    Ingénieur du son :

    Jean-Louis Ducarme

    Scripte :

    Suzanne Durrenberger

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie dramatique

    Thèmes :

    Solitude, Amour

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1971

    Sortie en France :

    06/09/1972

    Durée :

    1 h 45 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    39168

    Visa délivré le :

    29/05/1972

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Format son :

    Mono

    Interdiction :

    Aucune

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    Festival international du film de Cannes - 1972

    Festival international du film de Cannes (France, 1972)

    Sélection

    Compétition officielle