En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Monde du silence

Le Monde du silence

Un Long métrage de Jacques-Yves Cousteau, Louis Malle

Produit par Filmad

Sortie en France : 26/05/1956

    Synopsis

    Premier grand film en couleurs sur les explorations sous-marines réalisé par le Commandant Cousteau et Louis Malle, à bord du navire-laboratoire, la « Calypso ». L'équipe des plongeurs dirigée par le Commandant Cousteau nous fait découvrir les étranges beautés de ce « monde du silence », nouvelle conquête des hommes du xxe siècle. Grâce à leurs scooters sous-marins, à leurs lampes électriques jetant une lumière éblouissante sur ces ténèbres jusqu'alors inviolées, les plongeurs, munis des caméras les plus perfectionnées, nous font pénétrer dans cet univers étrange, ou la flore arborescente ne fleurit jamais, mais où la faune revêt les plus éclatantes couleurs de nos fleurs terrestres. L'émotion n'est pas absente de ce long reportage sur la vie sous-marine, lorsqu'un plongeur, ayant repéré l'épave d'un cargo anglais échoué dans l'Océan Indien par trente mètres de fond, décape la cloche du bord de son conglomérat de coquillages, et la fait tinter, lugubre appel à ceux qui ne sont plus ! Le Commandant Cousteau nous livre l'étude étonnante faite par un de ses observateurs sur la ponte des tortues géantes dans les sables chauds des plages tropicales. Les oeufs éclosent et donnent le jour à des minuscules tortues se dirigeant d'instinct vers la mer. La Calypso aperçoit un couple de cachalots, suivis de leur progéniture. Le petit cachalot - de six mètres - désobéissant comme tous les enfants nous dit le commentaire, batifole dangereusement autour du navire. Il est gravement blessé par l'hélice. Aussitôt est enregistré le son émis par les parents affolés (petit cri de souris) et des dizaines de cachalots surgissent de tous les points de l'horizon venus secourir le jeune blessé. Soutenu par les siens, il tente de fuir, mais ne tarde pas à abandonner la lutte et se laisse dériver, à bout de forces. Son sang teinte la mer et les requins accourent à leur tour, mystérieusement prévenus de la présence d'une proie à dévorer. Le film devient tragique et on applaudit à la chasse frénétique que poursuivent les marins de la Calypso piquant de leurs tridents tous les requins qu'ils peuvent saisir et les assommant sur le pont du navire.

    © Fiches du Cinéma

    Participant

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Filmad

    Exportation / Vente internationale :

    Amaya distribution sa

    Production Étrangère :

    Titanus Produzione

    Distribution France :

    Rank

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Après son bac, Louis Malle poursuit des études commerciales, fait Science-Po puis entre à l'IDHEC qui, de son propre aveu, ne lui a rien appris. Avant d'achever sa seconde année, il remplace un ami sur le bateau de Jacques-Yves Cousteau et apprend la technique du cinéma. Louis Malle voyage alors pendant quatre ans à bord de la "Calypso" et se retrouve à 23 ans co-réalisateur du Monde du silence, qui obtint la Palme d'or au Festival de Cannes 1956.

    Source : cineclubdecaen.com

    ---

    Le Monde du silence est un film documentaire coréalisé en 1955 par Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle, qui était alors un jeune étudiant de cinéma de 23 ans. Pour sa version en anglais, la narration du film fut adaptée du français vers l'anglais par James Thomas Dugan. Le film ne reprend pas les contenus du livre homonyme de 1953, mais uniquement les explorations sous-marines réalisées à bord de la Calypso en 1955. Les scènes sous-marines furent entièrement tournées grâce à deux équipements : les détendeurs CG45, brevetés par Cousteau et Gagnan dix ans auparavant, et les caméras sous-marines conçues par André Laban. Grâce aux caméras de Laban, Le Monde du silence fut le deuxième film à montrer des images en couleurs du monde sous-marin et le premier à montrer des images tournées à 75 mètres de profondeur.

    Le film commence avec une voix-off récitant le texte suivant : « À cinquante mètres de la surface, des hommes tournent un film. Munis de scaphandres autonomes à air comprimé, ils sont délivrés de la pesanteur. Ils évoluent librement. »

    Se déplaçant à bord de la Calypso, l'équipe de plongeurs tourna pendant des centaines d'heures dans la Mer Méditerranée, le Golfe Persique, la Mer Rouge et l'Océan Indien. Les 25 kilomètres de pellicule furent réduits à 2 500 mètres au montage final du film. Les acteurs et figurants du film furent les mêmes marins qui constituaient l'équipage de la Calypso : Jacques-Yves Cousteau (commandant de bord, plongeur, réalisateur, prises de vue), Louis Malle (assistant de direction, prises de vue), François Saout (second de bord au grade de capitaine), Frédéric Dumas (plongeur, prises de vue), Albert Falco (plongeur, prises de vue), André Laban (plongeur, ingénieur chimiste), Denis Martin-Laval (médecin de bord) et Henri Plé (chef de quart). Les autres membres de l'équipage furent Étienne Puig, Albert Raud, Emile Robert, René Robino, André Bourne-Chastel, Marcel Colomb, Simone Cousteau, Jean Delmas, Jacques Ertaud, Norbert Goldblech, Fernand Hanae, Maurice Leandri, Paul Martin et Jean-Louis Teicher. Un autre héros du film, qui persiste encore dans les mémoires, fut Jojo le mérou.

    Le Monde du silence obtint la Palme d'or 1956 du Festival de Cannes et un Oscar du cinéma aux États-Unis. Jusqu'en 2004 (date à laquelle le film Fahrenheit 9/11 de Michael Moore reçut la même distinction) il est resté le seul film documentaire à avoir obtenu cette récompense suprême. Il a aussi reçu le Prix Méliès (prix de la critique pour le meilleur film français) et le prix du National Board of Review pour le meilleur film étranger (Best Foreign Film) en 1956 ainsi qu'un Oscar du cinéma en 1957 pour le meilleur long métrage documentaire (Best Documentary Feature).

    Informations complémentaires

    Suite au succès du film de 1955, les mots "le monde du silence" sont devenus une façon courante de faire référence au monde sous-marin.

    Dans le film de 1955 quelques scènes sont particulièrement critiquables aux yeux du public du XXIe siècle : massacre de requins, pêche à la dynamite, lacération de cachalots, destruction de corail, conduites mettant en danger des tortues marines en les empêchant de remonter respirer, ... Mais il faut replacer tout ceci dans le contexte de la découverte de l'univers marin par le grand public et bien avant les débats sur l'écologie et la protection des espèces marines. Parmi les autres scènes étonnantes, le doublage d'un indigène des Maldives ou des Seychelles en « français petit-nègre », et deux plongeurs pêchant la langouste à 60 mètres de fond : au retour, l'un est envoyé au caisson de décompression pour remontée d'une immersion à grande profondeur sans respect du palier de décompression, et l'autre... va manger les langoustes avec le reste de l'équipage.

    La rencontre du Commandant Cousteau (en 1944) avec James Thomas Dugan fut ce qui décida ce dernier à se lancer dans la vulgarisation océanographique. Il aida le Commandant à éditer non seulement les livres intitulés "Le Monde du silenc"e (deux livres différents qui n'ont de commun que le titre, l'un de 1953 et l'autre de 1957) mais aussi "Le Monde sans soleil" (1964), livre et film documentaire (tous les deux de Cousteau) qui retracent les expériences scientifiques Précontinent I et Précontinent II.

    Albert Falco, l'un des douze plongeurs de la Calypso, devint plus tard capitaine de ce même navire. Le programme de recherches Précontinent I fut réalisé au large de l'île de Frioul près de Pomègues et château d'If dès le 14 septembre 1962 dans le but d'étudier les séjours humains prolongés sous la mer. Au cours de ce premier programme de recherches Albert Falco devint, avec Claude Wesly, l'un des deux premiers « océanautes » de l'histoire après avoir subi un séjour sous-marin de jusqu'à sept jours.

    Le film de 1955 montra au public les premiers scooters sous-marins tout comme Le Monde sans soleil (1964) montra les premières soucoupes plongeantes.

    Le film de 1955 fut pour Louis Malle sa première expérience de réalisation cinématographique (en tant qu'assistant de Cousteau). Cousteau s'était adressé à l'IDHEC pour obtenir un assistant de direction et sur les quelques étudiants qu'on lui proposa son choix se porta sur Malle. Ce dernier eut par la suite une longue et prolifique carrière en tant que réalisateur de films, mais il n'était pas vraiment un plongeur, il se blessa les tympans lors de l'une des plongées du tournage et ne replongea plus jamais.
     

    Source : Wikipedia

    Générique détaillé (9)

    Voix off :

    Jean-Henri Chambois, Jean Clarieux, Jean Daurand, Georges Aminel

    Ingénieur du son :

    Jacques Carrère

    Monteur :

    Georges Alépée

    Auteur de la musique :

    Yves Baudrier

    Participant :

    Jacques-Yves Cousteau

    Directeur de la photo :

    Edmond Séchan

    Cadreurs :

    Louis Malle, Jacques-Yves Cousteau, Albert Falco

    Auteur du commentaire :

    Jacques-Yves Cousteau

    Narrateur :

    Roland Menard

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Documentaire

    Sous-genres :

    Reportage

    Thèmes :

    Mer

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1955

    Sortie en France :

    26/05/1956

    Durée :

    1 h 26 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    17926

    Visa délivré le :

    14/02/1956

    Agrément :

    Inconnu

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Format son :

    Mono

    Interdiction :

    Aucune

    Affiches (1)

    Réalisateurs (2)

    Sélections en festivals (2)

    Oscars du Cinéma - 1957

    Oscars du Cinéma (Etats-unis, 1957)

    Sélection

    Nomination Oscar du Meilleur documentaire

    Festival international du film de Cannes - 1956

    Festival international du film de Cannes (France, 1956)

    Sélection

    Compétition officielle

    Palmarès (3)

    Oscars du Cinéma - 1957

    Oscars du Cinéma (Etats-unis, 1957)

    Prix

    Oscar du Meilleur documentaire

    Prix Méliès - 1956

    Prix Méliès (1956)

    Prix

    Prix Méliès