En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Cerveau

Le Cerveau

Un Long métrage de Gérard Oury

Produit par Gaumont

Sortie en France : 07/03/1969

    Synopsis

    Tandis que se répand à Londres une nouvelle à sensation concernant "Le Cerveau", génial et insaisissable auteur du hold-up du train postal Glasgow-Londres, à Paris, un petit malfaiteur du dimanche réussit à s'évader de prison, grâce à la complicité de l'un de ses anciens camarades d'Indochine - déménageur de son état - quatre jours avant la fin de sa peine. Arthur donne à son ami Anatole la raison de cette évasion prématurée. Il s'agit d'un gigantesque coup qu'ils ont juste le temps de préparer et de réaliser. Or ce qu'ignorent nos deux amis, c'est que l'homme de Londres, "Le Cerveau", projette de réaliser le même coup, mais avec les moyens gigantesques dont il dispose.

    Acteurs (49)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Gaumont

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Production Étrangère :

    Dino De Laurentiis Cinematografica

    Distribution France :

    Gaumont

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Propos
    En mai 1968, alors que les étudiants s'attaquaient au bitume parisien, Gérard Oury, lui, s'inquiétait de savoir s'il allait pouvoir tourner son sixième long métrage: Le Cerveau. C'est l'histoire de deux gagne-petit du crime (Bourvil et Jean-Paul Belmondo) qui veulent attaquer un train transférant les fonds de l'OTAN, alors qu'un as britannique du braquage surnommé le Cerveau est déjà sur le coup. "Un film plein d'idées chères", comme le dit aujourd'hui la fille de Gérard Oury, coscénariste du film. Mais le roi du rire est riche de ses deux précédents succès. Aussi peut-il s'offrir le luxe de faire un film en Scope, avec des stars françaises, mais aussi anglo-saxonnes – David Niven (dans le rôle titre) et Eli Wallach (un parrain de la mafia italienne)-, une séquence animée, des effets spéciaux, des cascades, des milliers de figurants, une copie de la statue de la Liberté, et même des images de la vraie, filmées à New York du pont du paquebot France! Pour financer cette folie des grandeurs, la Gaumont (et son producteur Alain Poiré) s'est associée à la Paramount, qui compte sortir ce film à dimension internationale aux États-Unis. Cela oblige dans un premier temps les scénaristes, Danièle Thompson et Marcel Jullian, à équilibrer l'importance des rôles entre vedettes locales et étrangères, puis Gérard Oury à filmer en même temps une version en français et une autre en anglais… Fin juillet 1968, les étudiants sont rangés des barricades et le tournage du Cerveau commence enfin. Il dure trente semaines ! Mais dans la bonne humeur. Un jour qu'Alain Poiré est de passage sur le plateau, Oury lui dit : "C'est fou ce que je m'amuse." Ce à quoi le producteur lui répond: "Tu as des amusements coûteux." Certes. Mais qui rapportent aussi. Sorti en France le 7 mars 1969, Le Cerveau est un carton avec plus de 5,5 millions de spectateurs ! Rien de tel aux États-Unis. Déstabilisée par l'échec de La kermesse de l'ouest, une comédie musicale avec Clint Eastwood, la Paramount sort The Brain dans une version amputée, sans y croire. C'est l'échec.

    Anecdotes
        Calqué sur un fait divers réel, l'attaque du train postal Glasgow-Londres.
        Un tournage au long cours qui passe par New York, Paris, Rome et Le Havre.
        On peut voir le paquebot "France" dans le port du Havre.
        On voit à la fin du film, lors du générique, les constructions des tours Sud et Nord du World Trade Center en construction depuis 1966.
        On peut voir l'affiche du film " Le Cerveau " à New York intitulé " The Brain " dans le 1er film d'Arnold Schwarzenegger " Hercule à New York " de 1970 ( la scène finale sur le char dans les rue de New York devant le Radio City Music Hall ). Le nom de Bourvil est " Bouvil " ! à côté de Niven et Wallach .
        Moyens techniques considérables : deux trains blindés, une dizaine de wagons et des kilomètres de voie ferrée fournis par la SNCF, des voitures radio, des hélicoptères et une escouade de motards fournis par la gendarmerie, la Statue de la Liberté et divers véhicules fournis par la Régie Renault.
        La Statue de la Liberté que l'on voit dans le film trône actuellement sur le rond-point de la zone d'aménagement concerté du Mesnil-Roux à Barentin, en Seine-Maritime.
        Le pont sur lequel s'arrête le wagon contenant les fonds de l'OTAN est en réalité situé dans la vallée de la Conie, en Beauce, sur la route départementale reliant les villages de Villeneuve-sur-Conie (45) et Péronville (28).
        C'est le dernier film du duo Gérard Oury-Bourvil.
        C'est le deuxième et dernier film du duo Belmondo-Bourvil, 10 ans avant ce film ils avaient tourné Un drôle de dimanche.
        C'est le premier film du duo Belmondo-Gérard Oury. Le suivant sera L'As Des As, en 1982.
        Le Cerveau est le plus gros succès de Jean-Paul Belmondo au cinéma français, avec 5 547 305 entrées.
        Le Cerveau est le deuxième plus gros succès au box-office français de 1969.
        C'est la A1A-A1A 68514 de la SNCF qui a été mise à disposition du film. Les ambiances ferroviaires sont assez fantaisistes pour qui s'y connait un minimum. Ainsi la Gare du Nord est en réalité la Gare de l'Est, la signalisation de la voie unique est un mélange de signaux de double voie, voie d'évitement, travaux, cantons courts... qui font simplement office de décor. Enfin, la rupture d'attelage du train est un bel effet cinématographique, mais peu vraisemblable en France sur le réseau SNCF (puisque dans ce cas, l'air comprimé qui relâche les freins en marche n'arrivant plus aux voitures, celles-ci devraient freiner immédiatement et non pas s'éloigner paisiblement les unes des autres).

    Source : Wikipedia

    Générique détaillé (21)

    Assistants à la réalisation :

    Gérard Guerin, Marc Monnet, Madeleine Billeaud, Bernard Mongourdin, Jean-Marie Poiré, Jean-Claude Sussfeld

    Producteur :

    Alain Poiré

    Producteur étranger :

    Dino De Laurentiis

    Directeur de la photo :

    Armand Thirard

    Assistants son :

    Vartan Karakeusian, Marcel Corvaisier

    Attachée de presse (film) :

    Paulette Andrieux

    Monteurs son :

    Dominique Amy, Colette Leloup

    Scripte :

    Colette Crochot

    Assistants décorateurs :

    Théobald Meurisse, Marc Desages

    Cascadeur :

    Rémy Julienne

    Régisseurs généraux :

    Paulette Boréal, Jacques Pignier, Margot Capelier

    Dialoguistes :

    Marcel Jullian, Danièle Thompson, Gérard Oury

    Scénaristes :

    Gérard Oury, Danièle Thompson, Marcel Jullian

    Voix :

    Roger Carel

    Ingénieur du son :

    Jean Rieul

    Directeur de production :

    Paul Joly

    Monteur :

    Albert Jurgenson

    Assistant monteur :

    Laurence Leininger

    Décorateur :

    Jean André

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Costumière :

    Tanine Autré

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie, Policier, Aventure

    Thèmes :

    Escroquerie

    Langue de tournage :

    Français, Allemand, Anglais

    Origines :

    Italie, France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (Italie, France)

    Année de production :

    1969

    Sortie en France :

    07/03/1969

    Durée :

    1 h 50 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    34081

    Visa délivré le :

    06/03/1969

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    Scope

    Format son :

    Mono