En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Nuits de feu

Nuits de feu

Un Long métrage de Marcel L'Herbier

Produit par Ciné Alliance

Sortie en France : 16/04/1937

    Synopsis

    Le procureur Andreiv requiert sévèrement contre un criminel qui a tué l'amant qui le trompait. Andreiv prétend que dans cette infortune le mari devait disparaître. Or, voici qu'une situation semblable se réalise au foyer du procureur. Il découvre l'amour que se portent mutuellement un jeune avocat, Serge Rastoff, et sa femme, Lisa. Après une discussion, le procureur disparaît au bord de la Neva. On repêche son corps défiguré, et une lettre d'Andreiv indique son intention de disparaître. On conclut au suicide. Mais un jaloux substitut, sur certains indices, accuse Serge et Lisa d'avoir tué le procureur. Ils comparaissent aux Assises et vont être condamnés lorsque Andreiv reparaît. Il s'est engagé dans l'armée. Son témoignage innocente Lisa et Serge, et il repart aux tranchées chercher la mort dans le combat.

    © Fiches du Cinéma

    Acteurs (35)

    Production et distribution (2)

    Production Déléguée :

    Ciné Alliance

    Exportation / Vente internationale :

    Roissy Films

    Propos

    Propos

    Patrick Brion présente 'Nuits de Feu' de Marcel L'Herbier :

    ‘Nuits de feu’ écrivait Marcel L’Herbier, dans son livre de souvenir ‘La Tête qui Tourne’ :

    «C’est hélas, paré de ce titre racoleur plutôt que du titre originaire de l’œuvre prenante de Tolstoï, d’où il était tiré : ‘Le Cadavre Vivant’. Pourquoi ?  Parce que le pauvre Lucacevitch préférait trahir son romancier national pour ne pas risquer d’apeurer le public payant des cinémas et malgré une erreur d’appréciation qui discrédite en partie le film, je garde, je l’avoue», poursuivait L’Herbier.

    «Un souvenir consolant de ces images réalistes d’un conflit parfois surréel surtout qu’il était interprété à ravir par une Gaby Morlay, tendre de toutes ses tendresses, un Signoret intelligemment cavaleur, un très beau Georges Rigaud, un Victor Francen au meilleur d’un jeu éloquemment retenu, enfin par la magnifiquement jeune Madeleine Robinson, promise de loin au cri de ‘L’Adorable Julia’ et très captivante déjà dans ces élans fougueuses de presque débutante».

    Générique détaillé (14)

    Assistant à la réalisation :

    André Cerf

    Auteur de l'œuvre originale :

    Léon Tolstoï

    Scénaristes :

    Marcel L'Herbier, T.H. Robert

    Ingénieur du son :

    Robert Teisseire

    Directeur de production :

    Simon Schiffrin

    Décorateurs :

    Eugène Lourie, Guy de Gastyne

    Chorégraphe :

    Serge Lifar

    Dialoguiste :

    Jean Sarment

    Producteur :

    Gregor Rabinovitch

    Directeur de la photo :

    Armand Thirard

    Cadreur :

    Louis Née

    Monteur :

    Victor De Fast

    Auteur de la musique :

    Jean Wiener

    Costumier :

    Georges Annenkov

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Thèmes :

    Justice

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1937

    Sortie en France :

    16/04/1937

    Durée :

    1 h 38 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    1826

    Visa délivré le :

    21/09/1939

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,37

    Format son :

    Mono