En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Hurlevent

Hurlevent

Un Long métrage de Jacques Rivette

Produit par La Cecilia

Sortie en France : 09/10/1985

    Synopsis

    Un drame dont la trame est tissée à travers les sentiments de la vie, la haine, l'amour, la vengeance et les vices. Bien qu'amoureuse de Roch, un enfant trouvé jadis par ses parents, Catherine épouse Olivier. De retour, Roch, dont la haine est restée aussi forte que son amour pour Catherine, décide pour se venger du frère de celle-ci qui l'a toujours détesté, et de Olivier, son rival, de précipiter le premier dans l'alcoolisme et de séduire la jeune sOur du second, provoquant ainsi un affrontement sanglant. Leur rêve d'enfance est brisé, Catherine va en mourir.

    Acteurs (8)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    La Cecilia

    Exportation / Vente internationale :

    Celluloid Dreams

    Coproduction :

    Renn Productions

    Distribution France :

    AMLF

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Hurlevent est une transposition des premiers chapitres des Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë en 1931, dans un sud de la France (les Cévennes) écrasé sous le poids du protestantisme. Le revoir aujourd'hui, c'est découvrir un Rivette presque impudique, sans doute parce que plus centré qu'à l'accoutumée sur deux personnages; le couple Fabienne Babe/Lucas Belvaux infusant au film une sensualité permanente, laquelle ne saurait se tarir à l'approche du climat de colère qui, le long du récit, finit par prendre des allures de tragédie antique. Hurlevent, surtout, se distingue par un traitement anti-naturaliste des paysages : l'utilisation que fait Rivette du pays cévenol est celle d'une scène de théâtre en plein air, de théâtre antique : c'est la dimension tragique du décor qui est exploitée, en adéquation totale avec le jeu des comédiens, ne recherchant jamais un quelconque naturalisme, ou le traitement intérieur de la lumière, non exempte d'artificialité. C'est ce jeu des tensions, des affrontements qui aujourd'hui marque physiquement de son empreinte ce film, parmi les plus linéaires et romanesques de son auteur.

    Film mal-aimé à sa sortie, « un des rares Rivette à être passé totalement inaperçu » se souvient Pascal Bonitzer dans l'entretien qu'il donne ici en bonus. Longtemps tenu par les rivettiens comme une oeuvre à part à l'intérieur de sa filmographie, Hurlevent est une transposition des premiers chapitres des Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë en 1931, dans un sud de la France (les Cévennes) écrasé sous le poids du protestantisme. Le revoir aujourd'hui, c'est découvrir un Rivette presque impudique, sans doute parce que plus centré qu'à l'accoutumée sur deux personnages; le couple Fabienne Babe/Lucas Belvaux infusant au film une sensualité permanente, laquelle ne saurait se tarir à l'approche du climat de colère qui, le long du récit, finit par prendre des allures de tragédie antique. Hurlevent, surtout, se distingue par un traitement anti-naturaliste des paysages : l'utilisation que fait Rivette du pays cévenol est celle d'une scène de théâtre en plein air, de théâtre antique : c'est la dimension tragique du décor qui est exploitée, en adéquation totale avec le jeu des comédiens, ne recherchant jamais un quelconque naturalisme, ou le traitement intérieur de la lumière, non exempte d'artificialité. C'est ce jeu des tensions, des affrontements qui aujourd'hui marque physiquement de son empreinte ce film, parmi les plus linéaires et romanesques de son auteur.

    Note d'intention de Jacques Rivette :
    « Heathcliff, Catherine, Edgar Linton et sa soeur Isabelle n'ont, dans la partie principale du récit, pas vingt ans. Hindley Earnshaw (le frère de Catherine et l'ennemi mortel de Heathcliff) n'en a pas trente. Quant à la narratrice-témoin Nelly Dean, elle a le même âge que lui. Les personnages principaux du film seront des adolescents. L'action se déroulera dans le centre ou le sud de la France, non en plein hiver mais en plein été, dans une région desséchée, écrasée de soleil, craquelée et désolée comme certaines parties du Causse noir dans les Cévennes, ou des Hautes-Pyrénées (rappelons que l'action ne demande que trois décors : Hurlevent, la Croix des Grives, et l'étendue désolée qui les sépare. Cela suppose, bien entendu, un film en couleurs où la lumière joue un rôle important. Cette localisation (sud-est de la France) nous permet, par contre, de conserver deux composantes essentielles du roman : l'atmosphère puritaine, liée au protestantisme le plus rigide, qui marque tous les protagonistes (les transgressions des héros n'ont de sens que par rapport à une loi morale impérieuse) et la configuration géographique, où de vastes espaces sauvages séparent des fermes ou des de petits châteaux isolés. L'action est centrée sur la lutte passionnelle des quatre protagonistes principaux : Heathcliff, Catherine, Hindley, Edgar. L'histoire sera donc ramassée dans le temps, et s'achèvera au moment culminant du drame : la mort de Catherine. »

    Source : cineclubdecaen.com

    Générique détaillé (19)

    Productrice déléguée :

    Martine Marignac

    Dialoguiste :

    Pascal Bonitzer

    Scénaristes :

    Jacques Rivette, Pascal Bonitzer, Suzanne Schiffman

    Directeur de la photo :

    Renato Berta

    Assistant son :

    Thierry Jeandroz

    Directeur de production :

    Daniel Chevalier

    Assistante monteuse :

    Cristiana Tullio-Altan

    Auteurs de la musique :

    Pilentze Pee, Tratina Angelika, Polegnalae Pschenitza

    Costumière :

    Laurence Struz

    Régisseur général :

    Gilles Loutfi

    Assistants à la réalisation :

    Pascal Deux, Suzanne Schiffman

    Auteur de l'œuvre originale :

    Emily Bronte

    Coproducteur :

    Claude Berri

    Ingénieure du son :

    Alix Comte

    Assistants opérateurs :

    Guillaume Schiffman, Jean-Paul Toraille

    Monteur :

    Nicole Lubtchansky

    Scripte :

    Lydie Mahias

    Chef décorateur :

    Emmanuel de Chauvigny

    Mixeur :

    Claude Villand

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Adaptation littéraire, Drame

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1985

    Sortie en France :

    09/10/1985

    Durée :

    2 h 10 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    59.356

    Visa délivré le :

    20/05/1985

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Mono

    Interdiction :

    Aucune