En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
La Princesse de Clèves

La Princesse de Clèves

Un Long métrage de Jean Delannoy

Produit par Silver Films, Cinétel

Sortie en France : 22/03/1961

    Synopsis

    Le soir du mariage de Mademoiselle de Chartres avec le Prince de Clèves, un grand bal est donné à la cour du Louvres. Au cours d'une figure de danse, la jeune princesse se retrouve sans cavalier. Le roi (Henri II) lui donne un gage : inviter le premier arrivant. Celui qui entre alors est le Duc de Nemours, le plus brillant et jeune seigneur de la Cour. Madame de Clèves apprend bien vite quel est cet homme qui l'a troublée. Elle le reverra souvent, à travers cette vie fastueuse de la cour, au jeu de paume, au tournoi, à la chasse. Le Vidame de Chartres, cousin de la Princesse et ami de Nemours, a perdu une lettre d'amour. Si elle parvient entre les mains de Catherine de Médicis, les jours du Vidame sont comptés. Un perfide bouffon persuade la Princesse de Clèves que cette lettre est adressée au Duc de Nemours. Le chagrin de la princesse est visible. Nemours tente de se justifier. S'il accepte de passer pour le destinataire de la lettre, c'est pour sauver le Vidame. Ensemble, ils brûlent la lettre dangereuse. Mais Catherine de Médicis exige cette lettre. Le Prince de Clèves lui-même oblige la princesse et Nemours à composer une nouvelle lettre. Enfermés dans un cabinet, ils réinventent les mots d'amour, les phrases brûlantes ; jeu dangereux, aveu bouleversant. Au château de Coulommiers, la Princesse avoue à son mari qu'elle ne veut plus retourner à la cour parce qu'elle y est en péril d'amour. L'assurant de son innocence et de sa fidélité, elle le conjure de la protéger. Un concours d'indiscrétions persuadera le Prince de Clèves, mari malheureux et jaloux, que son épouse l'a trahi. Il en meurt de chagrin. Fidèle à la mémoire d'un mari tendrement respecté et aimé, la Princesse de Clèves repousse l'amour du Duc de Nemours qu'elle rend responsable de la mort de son mari. Ce n'est que sur son lit de mort, dans sa retraite de Coulommiers, que le Duc de Nemours pourra la revoir une dernière fois.

    © Fiches du Cinéma

    Acteurs (22)

    Production et distribution (4)

    Productions Déléguées :

    Silver Films, Cinétel

    Exportation / Vente internationale :

    Tamasa Distribution

    Productions Étrangères :

    Enalpa Film, Produzioni Cinematografiche Mediterranee

    Distribution France :

    Cinédis

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    La Princesse de Clèves est un film franco-italien de Jean Delannoy, sorti en 1961, d'après le roman éponyme paru en 1678

    Marina Vlady : « Pour La Princesse de Clèves, ce sont plusieurs mois d'intense travail et de plaisir quotidiens, ponctués d'évanouissements liés aux extrêmes contraintes des costumes d’époque : corset plat écrasant la poitrine, enserrant la taille et les hanches à étouffer, fraises montées sur baleines étranglant le cou et à la longue creusant des plaies autour de la gorge, poids des robes chargées de bijoux atteignant dans les trente kilos, mais aussi jouissance de la danse réglée par Léone Mail, de l'Opéra de Paris, euphorie du texte mâché pendant des heures pour en faire ressentir la pureté classique et ressortir les beautés profondes. Que dire de partenaires plus émouvants les uns que les autres. […] De la rigueur de Jean Delannoy, glacé, retenu, mais bouillonnant intérieurement, semblable à la princesse qui meurt de passion contenue et de désir inassouvi, Jean Delannoy si injustement décrié, méconnu, qui sut guider sans concession cette aventure de seize semaines de création orgueilleuse. […] Ce film pour lequel nous obtînmes le plus grand succès public des années 60, plusieurs prix dans les festivals, un prix d'interprétation Femina Belge pour le rôle-titre, fut littéralement assassiné par la grande majorité de la critique parisienne. En province et à l'étranger, nous ne recevions que des éloges. Dans la capitale du « bon goût », une cabale de snobs s'attaqua à Jean Delannoy d'une manière inique, comme si le talent se devait d'être toujours inversement proportionnel à la satisfaction des spectateurs. Qu'importe : le film a résisté à l'épreuve du temps et ceux qui l'ont dénigré ne sont déjà plus de ce monde... Bien après nous, il restera comme l'une des adaptations les plus achevées du premier roman psychologique à la française. »

    Source : Wikipedia

    Photos (10)

    Générique détaillé (21)

    Assistant à la réalisation :

    Alain Boudet

    Dialoguiste :

    Jean Cocteau

    Producteurs :

    Robert Dorfmann, Robert Gascuel

    Directeur de la photo :

    Henri Alekan

    Assistants son :

    Jacques Gérardot, Guy Maillet

    Cadreur :

    Henri Tiquet

    Monteur :

    Henri Taverna

    Scripte :

    Claude Vériat

    Assistant décorateur :

    Pierre Tyberghein

    Costumiers :

    Marcel Escoffier, Pierre Cardin

    Régisseur général :

    Eric Geiger

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Jean Cocteau

    Auteur de l'œuvre originale :

    Madame de Lafayette

    Scénaristes :

    Jean Cocteau, Jean Delannoy

    Ingénieur du son :

    Jacques Lebreton

    Assistants opérateurs :

    René Chabal, Raymond Menvielle

    Directeur de production :

    Léon Carré

    Assistante monteuse :

    Arlette Lalande

    Décorateur :

    René Renoux

    Auteur de la musique :

    Georges Auric

    Photographe de plateau :

    Marcel Dolé

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Historique

    Thèmes :

    Amour

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1961

    Sortie en France :

    22/03/1961

    Durée :

    1 h 41 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    23710

    Visa délivré le :

    31/01/1961

    Agrément :

    Inconnu

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    2,35

    Format son :

    Mono

    Affiches (7)

    Réalisateur