En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Ce jour-là

Ce jour-là

Un Long métrage de Raoul Ruiz

Produit par Gemini Films

Sortie en France : 04/06/2003

  • Sommaire

Acteurs (19)

Production et distribution (5)

Production Déléguée :

Gemini Films

Production Étrangère :

Light Night

Distribution France :

Gemini Films

Coproduction :

France 3

Exportation / Vente internationale :

The Bureau Sales

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (9)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Mon premier est une invitation au ravissement …
Qui est fou ? Celui est croit ou celui qui sait ? Qui sait….
Les gueux et les manants feront les frais de ce conte helvétique, où la belle, sensuelle et cruelle, protège son innocence.
Pointpoirot, un Emil en émoi, complice de toutes les beautés, fulgurantes ou impassibles, saura gagner sa liberté en égayant le banquet d’un festin des damnés.
Mon second est une fable politique …
Dans une Suisse de nulle part, où les militaires sont partout, l’héritière est contente, la famille intrigue, et l’Etat complote.
L’innocence et la folie sont les instruments de la manipulation.
L’année prochaine en Suisse si tout va bien….
Mon troisième est un film policier …
Une jeune fille pense que demain sera le plus beau jour de sa vie. Par inadvertance, elle massacre toute sa famille, qui, au-delà des convenances, avait engagé un tueur – fou libéré de l’asile – pour exécuter la belle. Deux inspecteurs décident d’attendre.
Tout est écrit, tout est voulu, ils mouront tous sous le regard complice d’une docile police, qui des anges ou des démons ne voit que la trace.
Mon tout est … « Ce jour-là ».

Propos

Point de vue

Ce jour-là, dans la fatalité qu'induit son titre, déploie les artifices d'un théâtre de l'humour macabre, d'une pièce grinçante au cours de laquelle les cadavres s'accumulent joyeusement et inexorablement. Et, pourtant, en s'amusant délibérément à faire perdre pied au spectateur, Raoul Ruiz retrouve la veine exclusive d'un baroque surréalisant dont il s'est fait le maître. La mise en scène est à la fois somptueuse de précision et d'hétérogénéité surprenante, détruisant tout danger de théâtralité gesticulante tout en s'autorisant avec jubilation diverses gestuelles burlesques à base de courses-poursuites et de manutention de cadavres. Aux jeux sur les reflets, à l'élégante dramaturgie des espaces, succèdent des gros plans de visages en champ/contre-champ, faux modèles d'une impossible investigation psychologique, à moins que d'improbables objets en amorce de l'image (un marteau ensanglanté qui se balance, des aliments au bout d'une fourchette, une boule de billard marquée du chiffre 13) ne s'imposent à l'oeil sans raison apparente. La recherche, à la fois narrative et formelle, du sens s'épuise dans la perception d'une implacable loi des causalités devenues irrationnelles à force de rationalité apparente ou d'une détermination ramenée à une expression récurrente et commode énoncée par divers protagonistes : "C'est Dieu qui décide." Le personnage central du film est sans doute le langage lui-même, soumis à une expérimentation toute particulière. Les mots et les expressions, détachés de tout naturel ou alors à ce point collés à celui-ci qu'ils s'en excluent radicalement, vivent une vie autonome et déterminante. Du babil enfantin des deux malades mentaux aux paradoxes énoncés par les deux policiers, formidablement joués par Jean-Luc Bideau et Christian Vadim ("Crampe ? - Crampe" est appelé à devenir un véritable gimmick), c'est le bavardage qui, souvent, donne une tonalité ironique aux événements et aux situations. Car si celui-ci évite avec bonheur les mots d'auteur, c'est pour mieux se fondre, au contraire, dans une banalité étrange, une bizarrerie familière. S'y exprime souvent une fausse logique s'incarnant dans une succession d'énoncés inoubliables. "Je ne comprends rien. Je suis trop dedans. Contemporain, vous dis-je", se plaint le commissaire de police censé comprendre les raisons de l'évasion du malade mental. "Cette fois-ci, c'est pas moi", geint l'assassin, à qui une crise cardiaque vient de ravir une de ses futures victimes. L'aspect le plus miraculeux du film est sans doute la manière dont les personnages, pourtant supposés incarner des figures échappant aux conventions psychologiques, atteignent un poids concret d'humanité et de sensualité, de drôlerie et d'émotion tangible.

© Jean-François Rauger, "Le Monde", 17/05/2003.

Photos (3)

Générique détaillé (17)

Producteur délégué :

Paulo Branco

Productrice :

Patricia Plattner

Directeur de la photo :

Acacio de Almeida

Directeur de production :

Nicolas Picard-Dreyfuss

Monteuse :

Valeria Sarmiento

Scripte :

Pupa Riva

Auteur de la musique :

Jorge Arriagada

Mixeurs :

Gérard Rousseau, Hans Kunzi

Régisseur général :

Alexandre Meliava

Assistant à la réalisation :

Gilles Sionnet

Scénariste :

Raoul Ruiz

Ingénieurs du son :

Henri Maïkoff, Georges-Henri Mauchant

Attaché de presse (film) :

Bruno Barde

Monteuse son :

Béatrice Clérico

Décorateur :

Bruno Baugé

Costumière :

Claire Gérard-Hirne

Photographe de plateau :

Didier Doussin

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie dramatique

Langue de tournage :

Français

Origines :

Suisse, France

EOF :

Oui

Nationalité :

Majoritaire français (Suisse, France)

Année de production :

2003

Sortie en France :

04/06/2003

Durée :

1 h 45 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

105.567

Visa délivré le :

06/06/2003

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,85

Format son :

Dolby SRD

Affiches (2)

Réalisateur

Actualités

Sélections en festivals (7)

Festival International du Film de Göteborg - 2004

Festival International du Film de Göteborg (Suède, 2004)

Sélection

Section longs-métrages

Festival international du film de Cannes - 2003

Festival international du film de Cannes (France, 2003)

Sélection

Sélection officielle long-métrage

Délégations (2)