En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Mon oncle Benjamin

Mon oncle Benjamin

Un Long métrage de Édouard Molinaro

Produit par Gaumont

Sortie en France : 28/11/1969

    Synopsis

    Sous le règne de Louis XV, Benjamin Rathery (Jacques Brel) est médecin de campagne, principalement des pauvres de la région. C'est également un ripailleur perpétuel et un coureur de jupons invétéré, mais une seule fille, dont il est follement amoureux, lui résiste : Manette (Claude Jade), la fille de l'aubergiste. Mais celle-ci n'entend céder au médecin qu'au prix d'un contrat de mariage en poche. Manette est surveillée par son père, qui fait tout pour protéger la virginité de sa fille, qu'il appelle son "petit capital". Sa jolie frimousse, son espièglerie, ses sourires font fondre Benjamin ; mais, loin d'être une écervelée, Manette est une fille qui a du caractère et qui sait ce qu'elle veut et cela se voit. Le franc-parler de Benjamin, et son sentiment d'être égal aux nobles, vont valoir au roturier quelques petits ennuis.

    Acteurs (27)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Gaumont

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Production Étrangère :

    Euro International Film (EIA)

    Distribution France :

    Gaumont

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue

    C’est Jacques Brel qui, le premier, s’intéresse à ce personnage de libre penseur narquois qui heurte les esprits et éveille les sens des femmes, qui place le plaisir au dessus de toute autre considération. Le film à sa sortie fleurait bon la libération des mœurs et choqua les esprits étriqués par une grivoiserie salutaire. Edouard Molinaro, trop vite catalogué comme un petit artisan tout juste capable de trousser quelques comédies racoleuses (La Cage aux folles) savait faire preuve d’un véritable sens du rythme qu’il mettait avec brio au service du polar (Un témoin dans la ville) ou de la comédie (L’Emmerdeur). Car si Mon oncle Benjamin nous enchante toujours autant, on ne le doit pas à la seule interprétation du grand Jacques, mais aussi à l’efficacité de Molinaro qui insuffle à ce récit picaresque un tempo soutenu, enchaînant avec délectation des saynettes réjouissantes et enlevées. Avec sa galerie de seconds rôles, de "trognes" comme Paul Préboist, Robert Dalban ou Bernard Blier, et le plaisir évident pris à ruer dans les brancards, Mon oncle Benjamin est une petite merveille où la satire le dispute à une certaine mélancolie.

    Source : tvclassik.com

    Générique détaillé (11)

    Assistant à la réalisation :

    Philippe Monnier

    Producteurs :

    Roger Debelmas, Alain Poiré

    Directeur de la photo :

    Alain Levent

    Directeur de production :

    Robert Sussfeld

    Auteurs de la musique :

    Jacques Brel, François Rauber

    Costumier :

    Jacques Fonteray

    Auteur de l'œuvre originale :

    Claude Tillier

    Scénaristes :

    André Couteaux, Jean-François Hauduroy, Édouard Molinaro

    Ingénieur du son :

    Jean Labussière

    Monteurs :

    Robert Isnardon, Monique Isnardon

    Chef décorateur :

    François de Lamothe

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie

    Thèmes :

    Histoire

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1969

    Sortie en France :

    28/11/1969

    Durée :

    1 h 30 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    34384

    Visa délivré le :

    18/11/1969

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Format son :

    Mono

    Interdiction :

    Aucune