En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Thérèse Desqueyroux

Thérèse Desqueyroux

Un Long métrage de Georges Franju

Produit par Filmel

Sortie en France : 21/09/1962

    Synopsis

    Thérèse Desqueyroux, accusée d'avoir tenté d'empoisonner son mari Bernard, obtient un non-lieu, gr ce au témoignage de la victime. Pendant le voyage qui la ramène à Argelouse, leur domaine, Thérèse essaie de préparer une confession totale qu'elle estime devoir à Bernard. Mais "où est le commencement de nos actes ?" Quel chemin l'a menée de son adolescence perdue jusqu'à cette mort lentement administrée à son mari ? Ce n'est certes pas pour hériter de l'immense propriété qu'elle a versé un peu trop de liqueur de Fowler dans le verre de son mari. Alors, pourquoi ? Elle évoque les multiples raisons qui ont pu déterminer son geste - de l'amité ou de la jalousie que lui inspirait Anne, l'amie de jeunesse, à l'assurance autoritaire de son mari dans le cadre étouffant du clan familial. Thérèse arrive à Argelouse, retrouve Bernard qui n'a jamais songé à comprendre ou à pardonner. Il n'a agi que pour l'honneur du nom ; il menace, il dicte ses ordres ; aux yeux du monde, Thérèse devra paraître innocente, mais sera, en fait, séquestrée dans sa chambre, et privée de la garde de sa petite fille Marie.....Après le mariage d'Anne, quand tout est en ordre, Bernard rend à sa femme sa liberté...

    Acteurs (11)

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    Filmel

    Distribution France :

    Fox France

    Exportation / Vente internationale :

    Editions René Château

    Propos

    Prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Venise pour Emmanuelle Riva.

    ---

    Point de vue

    "On peut considérer Thérèse Desqueyroux comme le modèle de l'adaptation d'un roman à l'écran", écrit à son tour Alain Pontaut, en accord avec tous les critiques. A part un léger  changement d'époque — le roman datait de 1927 — et la suppression de quelques scènes qui auraient surchargé le scénario, tout était déjà dans le roman et tout le roman passe dans le film. La progression dramatique a été scrupuleusement respectée ; les personnages sont les mêmes quoique plus sympathiques parce qu'ils s'incarnent devant nous ; les dialogues répètent souvent des phrases entières du roman et les images visualisent de nombreuses indications qui y sont inscrites ; enfin les décors et la musique restent fidèles à Mauriac. Evidemment, celui-ci a veillé au film de près. Où donc est la part créatrice de Franju ?
    L'originalité du cinéaste se situe, me semble-t-il, à trois niveaux : sa sensibilité, sa vision, son  univers. Artiste sensible, Franju n'a pas fait oeuvre de commande ; il s'est assimilé le roman pour le transformer en images empreintes de poésie, d'insolite, de transparence, selon son propre style. Visionnaire, Franju rejoint avec sa caméra la nudité des êtres et des choses : son regard perçant traverse les masques, les écrans et le quotidien pour révéler l'horreur qui se cache derrière eux; ici à peine quelques images, mais combien explosives dans leur simplicité, ont servi à peindre un milieu et les êtres qui y vivent. Créateur, Franju a édifié un univers  personnel sur ce regard et pour ce style ; mais les dimensions de son monde restent humaines et la portée du film n'atteint pas ces résonnances mystiques que Mauriac a données à son roman. La Thérèse Desqueyroux de Franju est disponible à quelque chose qui n'est pas cetnée par la Grâce. Franju libère Thérèse joyeuse dans Paris ; Mauriac l'abandonait aux tempêtes et déjà elle devait payer sa liberté.

    © Gisèle Tremblay, "Séquences : la revue de cinéma" n° 40, 1965, p. 27-34.

    Générique détaillé (14)

    Assistants à la réalisation :

    Georges Casati, Antoine Jacquet

    Producteur :

    Eugène Lepicier

    Directeurs de la photo :

    Raymond Heil, Christian Matras

    Assistant son :

    Yvan Dacquay

    Cadreur :

    André Domage

    Scripte :

    Andrée François

    Photographe de plateau :

    Gaston Thonnart

    Auteur de l'œuvre originale :

    François Mauriac

    Scénaristes :

    Claude Mauriac, Georges Franju

    Ingénieur du son :

    Jean Labussière

    Assistants opérateurs :

    Pierre Ginet, Ernest Bourreaud

    Monteur :

    Gilbert Natot

    Chef décorateur :

    Jacques Chalvet

    Régisseur général :

    André Chabrol

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame, Adaptation littéraire

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1962

    Sortie en France :

    21/09/1962

    Durée :

    1 h 49 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    26022

    Visa délivré le :

    29/08/1962

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Mono

    Affiches (2)

    Réalisateur

    Sélections en festivals (2)

    Rendez-Vous With French Cinema à New York - 2013

    Rendez-Vous With French Cinema à New York (Etats-unis, 2013)

    Sélection

    Films français sélectionnés

    Mostra internationale de cinéma de Venise - 1962

    Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1962)

    Sélection

    Compétition Officielle