En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
La Femme intégrale

La Femme intégrale

Un Long métrage de Claudine Guillemin

Sortie en France : 30/07/1980

  • Sommaire

Acteurs (6)

Production et distribution

Distribution France :

Audi Film

Synopsis

Elisabeth prend le train à Paris pour rejoindre à Rome Jacques, son mari, artiste-peintre. Un Italien l'aborde dans le train. Durant le repas qu'ils prennent ensemble, il la gifle. Ce qui n'empêche nullement Elisabeth d'éprouver le désir de faire l'amour avec Leonardo. Dans le compartiment qu'ils partagent, elle se donne, seule, du plaisir devant Leonardo qui la scrute minutieusement avec une lampe électrique. A Rome, Jacques l'attend. Les jours suivants, Leonardo relance sans succès Elisabeth. Cependant, lassé de la peinture, Jacques décide de retourner à Paris pour faire du cinéma. Là, dans un café, Elisabeth rencontre Cyrille, assistant-réalisateur qui lui cache qu'il est marié. Elle veut absolument le revoir et fait tout pour cela. Tergiversations, rendez-vous manqués: Elisabeth découvre enfin le pot-aux-roses. Cependant, Elisabeth revoit Cyrille pour lui annoncer qu'elle est enfin enceinte de Jacques qui, jusque-là, s'était dérobé. Néanmoins, elle embrasse Cyrille et lui calme son amour. Las! Celui-ci a sa vie ailleurs. Par hasard, Elisabeth rencontre un vieil amant, Louis, avec lequel elle fait l'amour en se donnant en spectacle à un autre homme qui les regarde faire. Enfin, plus tard, Elisabeth finit par accoucher: c'est un garçon...

© Fiches du Cinéma

Propos

Une femme intégrale, c'est ce qu'espère devenir un jour Elizabeth, par opposition à la femme chatrée, à l'eunuque femelle ou à la femme domestiquée et réduite à la maternité. Apparemment Elisabeth jouit de tous les attributs extérieurs de ce qu'on appelle l'indépendance. Elle a tous les appétits et qualités de la jeunesse, elle se sent pourtant une femme en souffrance, presque une fausse jeune fille, comme si sa jeunesse était un leurre, un simulacre. Elizabeth pose une question fondamentale : les femmes ont acquis l'égalité des droits avec les hommes. D'où vient que cette conquete si importante ait eu si peu d'effets tant au niveau politique et social qu'au niveau individuel, dans les rapports les plus intimes entre les hommes et les femmes ? C'est en regardant vivre Elizabeth que l'on trouvera une réponse à ce paradoxe : la femme est divisée, elle n'a pas le sentiment d'avoir un corps propre, dans tous les sens du terme (propreté et propriété). Elle est expropriée de son propre corps. Le film est le récit de son effort pour le reconquérir et pouvoir enfin s'assimiler à un sexe auquel on a voulu la réduire. Profondément consciente de cette dissociation, Elisabeth se fait la théoricienne d'un nouveau féminisme, tout en sachant très bien qu'elle porte cette théorie plus qu'elle n'est portée par elle. (Claudine Guillemin)

Générique détaillé (5)

Productrice déléguée :

Claudine Guillemin

Directeur de la photo :

Erwin Huppert

Directeur de production :

CROMBEZ Evelyne

Scénariste :

Claudine Guillemin

Ingénieurs du son :

Philippe Quinsac, François Waledisch

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Thèmes :

Féminité

Langue de tournage :

Français

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Année de production :

1979

Sortie en France :

30/07/1980

Durée :

1 h 40 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

50471

Visa délivré le :

22/08/1979

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur