En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Un monsieur de compagnie

Un monsieur de compagnie

Un Long métrage de Philippe de Broca

Produit par Les Films du Siècle, Productions et Éditions Cinématographiques Françaises (PECF)

Sortie en France : 04/11/1964

    Synopsis

    Antoine a été élevé par un grand-père très riche dans le culte du moindre effort. Aussi, quand il perd cet admirable vieillard dont la fortune a fondu, il ne cherche pas de travail. A Montmartre, il fait la connaissance de Balthazar, le glacier, et de Nicole sa maîtresse ; son charme et sa bonne humeur le feront aimer par l'une et aider par l'autre ; mais au moment où il faut faire effort, il disparaît. Il est alors recueilli par un jeune prince qui ne s'intéresse qu'aux trains miniatures. Promu chef de gare, il ne peut se fixer auprès de cet esprit dérangé, et il saute dans un vrai rapide : il est à Rome. Tour à tour modèle dans un atelier de dessin et amant d'une restauratrice, il réussit à se fixer quelque temps chez un avocat dont il prétend avoir connu le fils, mort récemment. Obligé de quitter précipitamment son hôte, il débarque en Angleterre. Chez Sotheby, il fait la connaissance de Darius Socratos, le multimillionnaire, qui le ramène en France. Las de vivre aux crochets des puissants de ce monde, il s'attache à Isabelle, employée d'usine : et, ô surprise, il se retrouve ouvrier dans la métallurgie. Mais il se réveille, péchant à la ligne près de son grand-père. Le cauchemar n'a guère duré.

    © Fiches du Cinéma

    Acteurs (35)

    Production et distribution (3)

    Production Étrangère :

    Ultra Film

    Propos

    Point de vue

    Il semble que Philippe de Broca ait voulu retrouver le cimat onirique et gentiment farfelu du Farceur dans ce Monsieur de compagnie aux aventures cocasses. Si cela est vrai, le résultat est décevant, car on a beau nous dire que cette folle série d'événements n'est qu'un rêve, on a beaucoup moins l'impression de rêver que dans Le Farceur, qui, sans se prétendre réaliste, se présentait néanmoins comme vécu. Cela ne veut pas dire que le film est sans intérêt ; il y a au contraire des trouvailles irrésistibles de drôlerie, comme l'épisode trop court où Antoine devient chef de gare d'un réseau miniature. Le début, par contre, est un peu lent, et le film ne trouve guère son rythme propre qu'à partir du moment où Antoine fait du photo-shop. De même, l'aventure romaine manque de dynamisme, et de n'est qu'à Londres que le film retrouve à nouveau toute sa verve. Peut-être l'idée de départ était-elle trop ténue pour animer un long métrage ? Je crois plutôt que notre insatisfaction provient d'un manque de rigueur dans la conduite du film (il aurait fallu le tourbillon de L'Homme de Rio) et surtout d'un mauvais emploi de la couleur. Trop réalistes, parfois franchement laides, les couleurs sont celles d'un magazine illustré quand il aurait fallu créer une sorte d'univers parallèle, où tout devient possible. C'est peut-être à cause de ces couleurs que ce film d'évasion ne permet pas vraiment l'évasion. Il reste néanmoins un excellent film de divertissement, qui ne nous décoit que dans la mesure où l'on attend beaucoup désormais de l'auteur du Farceur et de L'Homme de Rio. Un Français auteur de bonnes comédies, ni pontifiantes, ni moralisatrices, ni vulgaires, ce serait vraiment trop dommage de le perdre !

    © Guy Gauthier, "La Saison Cinématographique 1965".

    Générique détaillé (11)

    Dialoguistes :

    Henri Lanoé, Philippe de Broca

    Producteur :

    Julien Derode

    Directeur de la photo :

    Raoul Coutard

    Monteuse :

    Françoise Javet

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Directeur artistique :

    Pierre Duquesne

    Auteur de l'œuvre originale :

    André Couteaux

    Scénariste :

    Philippe de Broca

    Ingénieur du son :

    Jacques Carrère

    Scripte :

    Sylvette Baudrot

    Costumière :

    Jacqueline Moreau

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie sentimentale

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1964

    Sortie en France :

    04/11/1964

    Durée :

    1 h 34 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    28815

    Visa délivré le :

    02/10/1964

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,33

    Format son :

    Mono

    Affiches (1)

    Réalisateur