En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Les Enfants désaccordés

Un Court métrage de Philippe Garrel

Année de production : 1964

    Synopsis

    Deux adolescents en marge de la société et en rupture avec leur famille font une fugue. Leurs parents sont interviewés, alors que les enfants sont filmés dans leur désoeuvrement à la campagne.

    Acteurs (5)

    Propos

    « Il y a eu ces trois influences : mon père, Godard, la peinture... Mais pour être tout à fait sincère, quand on est adolescent et qu'on fait du cinéma, c'est aussi pour attraper les filles. Ce qui est amusant, c'est que ça ne marche pas. Quelques-unes sont éblouies, mais en général ce ne sont pas celles que l'on vise. Christine, mon actrice des Enfants désaccordés, que j'avais rencontrée au Bus Palladium, c'était la croix et la bannière pour la faire tourner. Le cinéma, pour elle, était un art plein de poussière. Elle préférait de loin le rock'n roll. C'est de là, je pense, de cette difficulté que j'ai eue à la filmer, qu'est venue ma manière avec les femmes : je préfére toujorus les filmer en improvisant, donner, alors que je compose sur l’homme, une sorte d'actualité du sujet féminin, telle femme à telle époque de sa vie. » (Philippe Garrel)


    19 ans, premier film, et déjà Garrel se montre de face dans ce court-métrage fiévreux et magnifique. Tout y est déjà, avec en plus cette frontalité précieuse qu'il ne saura pas toujours conserver dans sa filmographie future, souvent trop cérébrale. Il s'agit de l'escapade, de la fuite même pourrait-on dire, de deux adolescents : ayant subitement quitté leurs familles, un garçon et une fille vivent quelques instants loin de tout, entre perte de repères, désillusion et derniers feux d'une enfance joueuse. Le futile et le grave y sont intimement liés en une suite de petites séquences onirico-poétiques du meilleur effet. Sous influence godardienne encore un peu étouffante (on dirait même que Garrel préfigure Pierrot le Fou, l'humour en moins), le film se moque de la continuité, de la vraisemblance, voire de la construction : il s'agit plutôt d'un acte d'urgence, absolument suicidaire et désespéré, d'un jeune homme sincèrement malheureux, qui "crève d'ennui" à l'image de son héros, qui finit réellement par mourir à force d'espoir frustrés. Le monde que traversent ces jeunes gens est une succession de touches impressionnistes, vagues et froides, qui mêlent la grande culture classique (par des inspirations gothiques, et surtout romantiques au sens historique du terme) et une patine très Nouvelle Vague, en tout cas très contemporaine (les références habituelles qui ne cesseront d'apparaître dans le cinéma de Garrel, de Godard, donc, à Eustache en passant par Cocteau). Le tout prend un aspect souvent macabre (la danse glaciale dans une grande pièce d'un château abandonné, le fantasme de massacre à la hache), mais toujours si près de l'os, si à fleur de peau, que ce qui en résulte est une prodigieuse tristesse qui vous serre les tripes. Garrel ne trouve pas d’échappatoire à son mal de vivre, conscient de vivre, dès son plus jeune âge, au bord du gouffre ; même ses adultes, montrés dans d'intelligents cadres documentaires, sont hantés par ce spleen, conscients de leurs imperfections face à la jeunesse, mais jamais fustigés ou ridiculisés par Garrel. Pas de conflits de générations ici : juste le constat terrible que vivre en ce monde est chose impossible, et que les rêves de l'enfance se heurtent à l'ennui terrible d'exister. On se demande comment Garrel est encore vivant aujourd'hui, vu l'état de son mental à cette époque. Si Goethe ou Novalis avaient eu accès à une caméra, ils auraient sûrement commis quelque chose de très proche des Enfants désaccordés. Une merveille de désespoir à la limite de l'attitude punk.

    Source : shangols.canalblog.com

    Générique détaillé (3)

    Scénariste :

    Philippe Garrel

    Monteur :

    Maurice Garrel

    Directeur de la photo :

    André Weinfeld

    Mentions techniques

    Court métrage

    Genre(s) :

    Expérimental

    Thèmes :

    Errance, Adolescence, Liberté

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1964

    Durée :

    15 min

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc