En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Les Nuits de la pleine lune

Les Nuits de la pleine lune

Un Long métrage de Éric Rohmer

Produit par Les Films du Losange, Compagnie Éric Rohmer, Les Films Ariane

Sortie en France : 29/08/1984

  • Sommaire

Acteurs (9)

Production et distribution (3)

Exportation / Vente internationale :

Les Films du Losange

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (6)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Louise est stagiaire dans une agence de décoration à Paris, Rémi est architecte à Marne-la-Vallée où Louise et Rémi vivent ensemble. Louise aime Rémi, mais elle aime surtout être aimée de Rémi. Pas trop cependant car elle tient aussi à son indépendance. Rémi est un sportif et il aime le tennis. Louise aime voir du monde, sortir. Ainsi Louise est-elle souvent couche-tard alors que Rémi est lève-tôt. Pour arranger sa vie comme elle l'entend, Louise aménage donc un studio qu'elle possède à Paris pour y passer la nuit quand elle en a envie et être seule quand ça lui plaît. Rémi ne comprend pas bien mais finit par accepter. Comme il a accepté que Louise sorte avec Octave parce que lui n'aime pas sortir. Octave est un ami de Louise, garçon marié, père de famille, mais amoureux d'elle depuis toujours. C'est un brillant causeur dont Louise aime la compagnie. Un jour où elle est avec lui dans un café, elle aperçoit Rémi sans qu'il la voie. Etrange rencontre qui, les suppositions d'Octave aidant, installe le doute en elle. Plus tard, dans une soirée elle aperçoit Bastien. Elle est séduite; Octave se montre jaloux. Ce qui n'empêche pas Louise de revoir Bastien et de passer une nuit chez elle avec lui. Mais, au petit matin, elle se sent bien seule. Elle rentre alors à Marne-la-Vallée où... Rémi ne se trouve pas. Quand il rentre, il lui révèle qu'il a découvert Marianne, la femme de sa vie. Louise pleure. Louise téléphone à Octave avant de s'en aller.

© Fiches du Cinéma

Propos

"Qui a deux femmes perd son âme, Qui a deux maisons perd sa raison" proverbe champenois. Quatrième film de la série Comédies et proverbes. Louise (imprévisible, irrésistible Pascale Ogier) et Octave (Fabrice Luchini) discutent interminablement des choses de l'amour. Ils se croient sincères et ils mentent. Ils parlent de "mecs", de "gars" et de "nanas". Et pourtant leurs dialogues ressemblent à ceux du XVIIIe siècle. Aussi beaux, précis, élégants. Et drôles (Octave dissertant sur "l'animalité pathétiquement bestiale" de son rival Rémi).

Pour Claude-Marie Trémois, ce film - le plus beau de la série - ressemble à une sonate de Mozart. En gris et bleu. Si Marne-la-Vallée est bleu et blanc, la chambre de Louise, à Paris (décorée par Pascale Ogier) est grise. Et les écharpes changent de couleur au gré des sentiments. Car, au fil de quatre mois (de novembre à février, un acte par mois), les sentiments évoluent. Quand l'un s'éprend, l'autre se déprend. A trop badiner avec l'amour, le hasard vous joue des tours.

Le succès du film, en particulier auprès d'un public jeune, comporte une part de malentendu : le goût et les aspirations contradictoires d'une époque ont provoqué l'adhésion au personnage de Louise, à son comportement et surtout son décor.

L'univers Rohmérien tend de plus en plus à une dimension cosmique, dépassant les simples déterminations sociales. Le rôle constant des couleurs et des saisons, comme ici la fable du peintre et des nuits de la pleine lune, nous introduisent à une dimension nouvelle, de type fantastique. On y retrouve la naiveté de Perceval, comme l'astrologie du Signe du lion. De moins en moins pervers, les héros rohmériens se raprocchent du monde de l'enfance et du rêve.

Source : cineclubdecaen.com

---

Point de vue

Illustration de : «Qui a deux femmes perd son âme / Qui a deux maisons perd la raison» qui est, paraît-il, un «dicton champenois». Le contenu manifeste de sa première partie est sexuellement inversé : c’est une héroïne qui «a deux maisons». Le contenu manifeste inquiétant de sa seconde partie est inversé lui aussi mais temporellement : c’est quand Rémy et Louise vivent ensemble dans une seule maison qu’ils se comportent comme des fous sado-masochistes. Rohmer ne se contente pas de poser ces deux éléments d’interaction avec le proverbe qu’il illustre. Son film est bien globalement placé sous le signe de la pleine lune, La nuit du loup-garou donc, comme le savent bien les cinéphiles fishériens, mais aussi une nuit que les psychiatres savent redoutable pour nombre de patients internés. Certes, le film de Rohmer n’est ni fantastique, ni psychiatrique (encore que… le fantastique y affleure régulièrement même si discrètement) mais il nous livre néanmoins une surprenante peinture de la folie auto-destructrice, désespérante et plus d’une fois désespérée. Tout comme l’un des chefs-d’œuvre de Fisher auquel nous faisions allusion, même si pour d’autres raisons et dans un autre registre ! Jamais la catégorie de «comédie dramatique» n’aura aussi bien justifié son sens. Le film s’approche d’ailleurs plus d’une fois du «drame psychologique» le plus noir.

Sorti à Paris le 29 août 1984, Les nuits de la pleine lune a bénéficié d’une préparation d’une année entière et de sept semaines de tournage en dépit d’un budget qui était à peu près la moitié de celui d’un film français de fiction de l’époque. Pascale Ogier (1958-1984) fut récompensée par le Prix d’interprétation féminine du Festival de Venise 1984 et elle est effectivement étonnante de réalisme, de vigueur et régulièrement pathétique. Elle avait conçu elle-même, en collaboration avec Rohmer, la décoration de sa «garçonnière» et de certaines parties de l’appartement qu’elle occupe avec Rémy. Elle connaissait la boutique «d’antiquités modernistes» des années 30 où elle achète une théière pour Rémy. Elle a donné beaucoup d’elle-même à ce rôle et le film nous en paraît d’autant plus étouffant voire insupportable. Est-ce parce que, rétrospectivement, on ne peut s’empêcher de penser à la mort prématurée de l’actrice des suites d’une crise cardiaque ? Aussi bonne actrice que sa mère Bulle Ogier, Pascale aura eu le temps de tourner près de dix films et téléfilms en quelques années et d’imposer son talent qui était grand. Le climat des années 1980-1985 et le désespoir qu’elles diffusaient inexorablement transparaissent tragiquement dans ce film. Il y avait un romantisme trop lucide, trop brûlant sous des dehors glacés à cette époque. Ce n’est pas un hasard si une discothèque du Boulevard Strasbourg, conçue pour ouvrir cent vingt nuits, s’était baptisée aussi «Les 120 Nuits» et qu’on l’évoque brièvement dans le film. Allusion évidente, pied de nez dérisoire à l’œuvre majeure de Sade, Les 120 journées de Sodome qu’on lisait aussi beaucoup dans sa réédition U.G.E.-10/18. Une critique sociale et morale objective d’une rigueur absolue de ces années : c’est, pour qui les vécut au même âge que les personnages du film, ce qu’offre globalement Les nuits de la pleine lune.

L’œuvre, découpée temporellement des mois de novembre à janvier, suit la ligne dynamique toute flaubertienne d’un piège dont tous les mécanismes se referment sur celle qui l’a imaginé sans qu’elle ait conscience de sa nature. De l’expérience de l’impossibilité de vivre en couple à celle de la liberté, de celle-ci à celle de l’amour puis à la peur (scène remarquable du café) et, enfin, à celles du désespoir et du néant. La surprise du retournement final fait basculer là précisément le personnage de Louise à l’issue de trois mois et d’une nuit de pleine lune. Le personnage «démoniaque» d’Octave interprété par Luchini rappelle évidemment ceux joués par Fédor Atkine antérieurement dans les films précédents de Rohmer mais il est lui-même ambivalent : «deus ex machina» suprême ou instrument dépersonnalisé du destin ? Qui peut le dire ? Ce qui est certain c’est que pour lui aussi, comme pour Louise pendant tout le film, l’amour est impossible. Et s’il le devient à la suite de l’action finale, on ne nous le montre pas. Le couple Octave-Louise est démoniaque car la réalité que leur démon esthétique comme psychologique veut contredire et donc modeler est incarnée par tous les autres : le conflit est d’abord dans cette opposition entre ce non-couple maudit métaphysiquement et tous les autres personnages, y compris les autres couples dont celui constitué par Rémy et Louise qui est, lui, maudit pour des raisons purement réalistes et psychologiques. De cette opposition naît un sentiment de malaise parfois proche de l’angoisse. Angoisse qui finit d’ailleurs par submerger l’héroïne. Le Rémy composé par Tcheky Karyo – l’un des meilleurs acteurs français de ces vingt dernières années – est très étonnant. C’est celui à qui le spectateur contemporain s’identifiera le plus naturellement. Sa violence initiale lui paraîtra légitime, ses réticences morales aussi et sans lui le film perdrait son effet de réel. Le génie du scénario comme du casting est d’avoir rendu Rémi amoureux de Louise : ils sont aussi mal assortis que bien des couples réels le sont et leur amour n’est pas moins authentique. Autre suprême maîtrise du scénario : le rôle apparemment effacé des personnages féminins (hormis Louise) qui s’avère, sous des dehors neutres, déterminant dans l’évolution de l’intrigue : ils sont dotés d’une puissance sournoise car silencieuse. Cet effacement était déjà celui de Dussolier dans Le beau mariage avant le retournement «actif» du personnage in extremis et il était aussi celui de l’adolescente de Pauline à la plage. Le séducteur composé par Christian Vadim est lui aussi bouleversant : l’amour lui échappe sans qu’il le sache pendant qu’il dort. Cette alternance dramaturgique initiée par la veille et le sommeil était déjà prégnante dans La femme de l’aviateur. Quant au personnage du dessinateur incarné par Laszlo Szabo, il rappelle un peu, par sa fonction réflexive et distancée, le personnage du philosophe Brice Parain (dans son propre rôle) qu’Anna Karina interrogeait dans le génial Vivre sa vie de Godard sauf qu’ici c’est l’inverse : c’est Louise qui est interrogée et se confie à cet étrange dessinateur qui tire pour elle une sorte de leçon «cosmologique» et universelle à partir du récit d’un dérèglement particulier.
La continuité thématique est donc évidente du premier volume des Comédies et Proverbes à ce quatrième volume constitué par Les nuits de la pleine lune. Elle rappelle quelque peu les exemples de certaines œuvres d’écrivains romantiques allemands de la fin du XVIIIe siècle, une littérature que Rohmer connaît bien puisqu’il avait déjà adapté La marquise d’O. La mise en scène dans son ensemble est admirable de nervosité et de précision. Les déplacements circulaires puis concentriques des personnages dans l’espace deviennent obsédants, angoissants. Le montage est extrêmement serré et il ne faut rater aucun plan. La disposition spatiale des acteurs est particulièrement soignée et les tableaux de Mondrian sont effectivement un beau symbole de la fausse impression d’équilibre et de liberté que croient parfois ressentir les personnages. Non seulement, peut-être, ce film de Rohmer est le plus absolument sincère du point de vue de la restitution historique de l’histoire des mentalités dans la société contemporaine française mais il représente en outre une réflexion morale qui vire à la psychologie la plus virulente des profondeurs.

Source : paperblog.fr

Videos

20/11/2014

Les Nuits de la pleine lune

Bande annonce (française)

Photos (5)

Générique détaillé (15)

Productrice déléguée :

Margaret Menegoz

Directeur de la photo :

Renato Berta

Assistant son :

Gérard Lecas

Cadreur :

Jean-Paul Toraille

Monteuse :

Cécile Decugis

Décoratrice :

Pascale Ogier

Bruiteur :

Jonathan Liebling

Mixeur :

Dominique Hennequin

Scénariste :

Éric Rohmer

Ingénieur du son :

Georges Prat

Assistant opérateur :

Gilles Arnaud

Directeur de production :

Jean-Marc Deschamps

Assistante monteuse :

Lisa Heredia

Auteurs de la musique :

Jacno, Elli Medeiros

Costumière :

Pascale Ogier

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie sentimentale

Thèmes :

Danse

Langue de tournage :

Français

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français (France)

Année de production :

1984

Sortie en France :

29/08/1984

Durée :

1 h 45 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

57.963

Visa délivré le :

29/06/1984

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,37

Format son :

Mono

Interdiction :

Aucune

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals (4)

Golden Horse Film Festival de Taïpei - 2010

Golden Horse Film Festival de Taïpei (Taiwan, 2010)

Sélection

Hommage à Eric Rohmer

Festival du Film Francophone de Grèce - 2010

Festival du Film Francophone de Grèce (Grèce, 2010)

Sélection

Hommage à Eric Rohmer

Les César du Cinéma Français - 1985

Les César du Cinéma Français (France, 1985)

Sélection (5)

Meilleur scénario original : Éric Rohmer

Meilleur réalisateur : Éric Rohmer

Meilleur acteur dans un second rôle : Fabrice Luchini

Meilleure actrice : Pascale Ogier

Meilleur film

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1984

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1984)

Sélection

Compétition Officielle

Palmarès (2)

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1984

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1984)

Prix

Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine : Pascale Ogier

Prix Méliès - 1984

Prix Méliès (1984)

Prix

Prix Méliès