En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Farceur

Le Farceur

Un Long métrage de Philippe de Broca

Produit par Ajym Films

Sortie en France : 20/01/1961

    Synopsis

    Edouard Berlon (Jean-Pierre Cassel) ne compte plus ses conquetes, allant de l'une à l'autre sans jamais s'attacher, insoucieux des complications créées. Il s'éprend d'Hélène (Anouk Aimée), femme du financier André Laroche (François Maistre)) qui la délaisse pour ses affaires. Il réussit à la convaincre à venir chez lui et lui présente son frère Guillaume (Georges Wilson), sa belle-soeur Pilou (Geneviève Cluny), son oncle Théodose (Palau), la servante Olga, tous d'aimables fantaisistes. Hélène se laisse séduire par la prévenance et l'optimisme d'Edouard. Leur première journée d'amants sera la dernière car si Hélène supporte mal la chambre d'auberge sordide, Edouard, lui, l'a déjà oubliée, tout occupé à séduire la servante de l'auberge.

    Acteurs (15)

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    Ajym Films

    Distribution France :

    Les Films Fernand Rivers

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue

    Avec ce deuxième film, Philippe de Broca et son scénariste Daniel Boulanger peaufinent leur héros-type, affirment leur prédilection pour les gentils marginaux. Le personnage joué par Palau est comme une première mouture de celui de Guiomar dans L’incorrigible. Le farceur est donc un film PERSONNEL.

    Malheureusement ce n’est pas pour autant un bon film car le trait est trop épais. Par exemple, le dépit amoureux du personnage de Jean-Pierre Cassel donne lieu à une tentative de suicide à laquelle on ne croit pas puisqu’elle est, comme quasiment tout le reste du film, traité sur un mode comique. Cette séquence à l’exagération hystérique est typique de quelques mauvais films de de Broca. C’est que l’opposition entre la famille de gentils artistes et le mari qui s’offusque quand sa femme danse sur du jazz est trop schématique pour être intéressante; les auteurs n’en tirent pas grand-chose en termes narratifs et le tout reste trop superficiel. Du coup, les séquences ouvertement fantaisistes tel que les numéros de claquettes de Cassel sentent à plein nez le volontarisme très Nouvelle Vague du jeune metteur en scène qui se veut décalé. Elles apparaissent comme un cheveu sur la soupe. Dans le même ordre d’idées, ajoutons que les dialogues de Boulanger sont surchargés d’intentions poético-anarchistes et rarement crédibles.

    Enfin, il faut bien dire que le noir&blanc ne sied guère à l’univers de Philippe de Broca et qu’il a fallu la couleur pour que sa fantaisie s’épanouisse pleinement à l’écran. Reste la fascinante beauté d’Anouk Aimée (Le farceur restera malheureusement sa seule collaboration avec le réalisateur) et quelques fulgurances stylistiques tel que la fin. Le plan bref, érotique, pudique et discrètement cruel sur Anouk Aimée qui remet son porte-jarretelle est typique des qualités d’un cinéaste qui décidément s’avère attachant même dans ses mauvais films.

    Source : films.nonutc.fr

    Générique détaillé (17)

    Producteur délégué :

    Claude Chabrol

    Dialoguiste :

    Daniel Boulanger

    Producteur exécutif :

    Roland Nonin

    Directeur de la photo :

    Jean Penzer

    Assistant son :

    Yvan Dacquay

    Cadreur :

    Pierre Lhomme

    Monteuse :

    Laurence Mery-Clark

    Scripte :

    Andrée François

    Chef décorateur :

    Jacques Saulnier

    Assistant à la réalisation :

    Georges Pellegrin

    Producteur :

    Claude Chabrol

    Scénaristes :

    Philippe de Broca, Daniel Boulanger

    Ingénieurs du son :

    Vartan Karakeusian, Jean Labussière

    Assistants opérateurs :

    Gilbert Duhalde, Alain Levent

    Directeur de production :

    Tonio Suné

    Assistante monteuse :

    Nina Companeez

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie sentimentale

    Thèmes :

    Danse

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1960

    Sortie en France :

    20/01/1961

    Durée :

    1 h 28 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    23343

    Visa délivré le :

    08/11/1960

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Mono

    Affiches (1)

    Réalisateur