En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Fantômas se déchaîne

Fantômas se déchaîne

Un Long métrage de André Hunebelle

Produit par Gaumont, Production Artistique et Cinématographique (PAC)

Sortie en France : 08/12/1965

  • Sommaire

Acteurs (31)

Production et distribution (5)

Productions Déléguées :

Gaumont, Production Artistique et Cinématographique (PAC)

Production Étrangère :

Da Ma Produzione

Distribution France :

Gaumont

Production Associée :

Story Films

Exportation / Vente internationale :

Gaumont

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Le vaillant commissaire Juve vient d'être décoré de la Légion d'honneur. Une seule tâche au tableau : Fantomas lui annonce le jour même une prochaine reprise de ses activités. Et, de fait, le professeur Marchand, savant atomtate, est enlevé en plein jour et en plein Saclay. Le journaliate Fandor et son inséparable Hélène subodorent immédiatement d'où vient le coup. Mais, logiquement, le compagnon de travail de Marchand, le professeur Lefèvre, devrait subir le même sort. Et, de sa propre initiative, Fandor décide de tendre un piège à Fantômas en se substituant au savant. De fait, il est enlevé lors d'un congrès à Rome ; mais l'apparition du véritable professeur Lefèvre, qui a décidé de partir aussi, ainsi que celle de Fantômas grimé en professeur Lefèvre, vient jeter le désordre complet. On ne sait plus qui chasse qui. Mais Fantômas reprend la situation en mains et s'empare d'Hélène qu'il veut confisquer en tant qu'égérie involontaire. Fandor, Juve et leurs amis tombent dans un piège et tout va être perdu lorsque, grâce à un « gadget » de Juve, la situation se retourne. Gadgets des défenseurs de l'ordre contre gadgets de Fantômas, celui-ci, vaincu, s'enfuit dans une D.S. transformable en avion à réaction, rien de moins ! Et il échappe une fois de plus, le fripon !

© Fiches du Cinéma

Propos

 Autour du film

    Avant que le titre Fantômas se déchaîne ne soit officiel, il a failli se nommer La Vengeance de Fantômas ou Fantômas revient.
    Au départ, Louis de Funès ne devait pas jouer dans le second Fantômas. En effet, pendant le tournage du premier, une suite a été écrite sans de Funès. Toutefois, entre le tournage du premier et du second, Louis de Funès est devenu une superstar grâce à trois films, Le gendarme de Saint-Tropez (7 millions d'entrées), Fantômas (4,5 millions d'entrées) et Le Corniaud (12 millions d'entrées). André Hunebelle et Jean Halain décidèrent donc de créer un autre scénario avec le commissaire Juve, alias Louis de Funès.

    Max Douy, créateur et décorateur de l'extravagant repaire du génie du mal, deviendra plus tard le décorateur d'un des épisodes de James Bond, Moonraker, en 1979.
    Pendant le tournage, à l'occasion de son cinquante et unième anniversaire, De Funès reçut une panoplie complète d'agent secret.

    C'est la première centrale nucléaire française (Chinon A1 mise en service en 1963 et qui produira de l'électricité jusqu'en en 1973) qui servit de décor aux méfaits de Fantômas. Une partie de ce site est maintenant visitable puisque cette centrale, rapidement surnommée la Boule à cause du réacteur et des échangeurs installés dans un bâtiment sphérique en acier de 55 mètres de diamètre, abrite le musée de l'atome de Chinon depuis 1986. C'est à l'intérieur de cette boule que le professeur Marchand travaille alors que Fantômas surgit pour l'enlever. D'autres plans du film ont également été tournés à Chinon, notamment le plan où le criminel inspecte une armée de laborantins affairés dans son repaire secret.
    Les scènes d'éruptions volcaniques du Vésuve, lieu du repaire de Fantômas, sont extraites du film documentaire Les Rendez-vous du diable d'Haroun Tazieff.
    Olivier de Funès, fils de Louis, apparaît pour la première fois à l'écran dans ce film. Il jouera au total six fois aux côtés de son père, avant de devenir pilote de ligne.

Cascades

    Pour une des premières fois de sa carrière au cinéma Jean Marais se fera doubler, lors de la vertigineuse et mémorable séquence finale du film, par Gil Delamare (spécialiste des effets spéciaux réputé à son époque et cascadeur hors-pair de son temps). Ce dernier régla cette séquence filmé pour la première fois par le caméraman homme-volant Jean-Jacques Dubourg. Quant à Louis de Funès, il se fera doubler pour la même séquence, par Henri Violin.

    Gil Delamare, travaillera et collabora pour les films Le Jour le plus long, La Grande Vadrouille ou encore L'Homme de Rio. Il décèdera en 1966, lors d'une cascade consistant à faire une tête à queue, pour le film Le Saint prend l'affût, réalisé par Christian-Jaque avec Jean Marais également en vedette du film. De ce fait c'est le célèbre Rémy Julienne (qui fut engagé par Delamare lors du premier Fantômas pour pouvoir réaliser des acrobaties en motos), qui prit sa succession, et accepta de prendre tous les contrats pour d'autres films, déjà signé par Gil avant son décès.
    Pour les trois volets, les bagarres et autres scènes d'actions seront réglèes par Claude Carliez et son équipe, qui travaillera entre autres beaucoup aux cotès de Jean-Paul Belmondo et participera même à quelques James Bond dans les années 80. Il sera responsable de cascades et de combats pour les films : La Grande Vadrouille, Peur sur la ville, Le Coup du parapluie, Le Capitan, ou encore Moonraker.
    Tout comme pour les deux autres volets, Jean Marais, refusa de se faire doubler pour les cascades physiques, hormis pour la séquence finale de ce film.

Source : Wikipedia

Générique détaillé (20)

Adaptateurs / Dialoguistes :

Jean Halain, Pierre Foucaud

Auteurs de l'oeuvre originale :

Pierre Souvestre, Marcel Allain

Scénaristes :

Jean Halain, Pierre Foucaud

Directeur de la photo :

Raymond Lemoigne

Assistants opérateurs :

Roger Delpuech, Henri Raichi, Bernard Noisette, Yves Agostini, Michel Lebon

Attachée de presse (film) :

Paulette Andrieux

Assistants monteurs :

Henri Sonois, Jacques Douy

Décorateur :

Max Douy

Cascadeur :

Gil Delamare

Photographe de plateau :

Roger Corbeau

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie, Policier

Thèmes :

Mystère

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1965

Sortie en France :

08/12/1965

Durée :

1 h 34 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

30269

Visa délivré le :

03/12/1965

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

Scope

Format son :

Mono