Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Pierrot le Fou

Pierrot le Fou

Un Long métrage de Jean-Luc Godard

Produit par Les Productions Georges de Beauregard, Rome-Paris Films, Société Nouvelle de Cinématographie (SNC)

Sortie en France : 05/11/1965

  • Sommaire

Acteurs (17)

Production et distribution (4)

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (6)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Ferdinand Griffon est un homme qui vit avec sa femme et ses enfants. Il est un peu désabusé car il vient de perdre son emploi à la télévision. Un soir, alors qu'il revient d'une désolante soirée mondaine chez ses beaux-parents, il se rend compte que la baby-sitter qui était venue garder ses enfants est un ancien flirt, Marianne. Il décide de tout quitter et de partir avec elle vers le Sud de la France, dans un grand périple où se mêleront trafic d'armes, complots politiques, rencontres incongrues, mais aussi des pauses bucoliques et des déchirements amoureux.

Source : Wikipedia

Propos

Pierrot le Fou est un road-movie franco-italien réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1965.

Bande originale et chansons du film
Jean-Paul Belmondo et Anna Karina chantent eux-mêmes deux chansons dans le film : Jamais je ne t'ai dit que je t'aimerais toujours, ô mon amour et Ma ligne de chance (deux chansons de Serge Rezvani, alias Cyrus Bassiak, que Godard omit de faire figurer au générique du film). Anna Karina dit : « Jean-Luc adorait 'Le tourbillon'. Il savait par François Truffaut que Bassiak était un auteur-compositeur terriblement original.»
Pendant la phase de repérage du film, au volant de sa grosse voiture américaine, il se rendit un jour à 7 heures du matin chez Serge Rezvani, et en repartit avec ces chansons.

Casting
Les rôles principaux devaient au départ être tenus par Michel Piccoli et Sylvie Vartan, mais cette dernière refusa. Le cinéaste décida donc de changer de couple et fit appel à Jean-Paul Belmondo ainsi qu'à Anna Karina, sa première femme, qui collabora pour la sixième fois avec son mari.

Lieux de tournage
Le tournage s'est déroulé à Paris, sur l'île de Porquerolles, dans le Var, ainsi qu'au pont de Bonpas et sur les bords de la Durance.

Analyse
Sur le thème éternel de l'amour et de la mort, Jean-Luc Godard signe un film éclatant, coloré et poétique. Coloré... au sens propre : les couleurs rouge et bleu sont fréquemment associées dans les décors, ou sous forme de filtres colorant certaines scènes. Des objets tricolores (bleu, blanc, rouge) sont parfois aussi donnés à voir (un drapeau, une enseigne de cinéma apparaissant fugitivement entre deux scènes...). Les associations de formes et de couleurs sont souvent évidentes. Et si on a parlé de film poétique, c'est entre autres parce que des pages de poésie en prose, de réflexions littéraires et autres calligrammes apparaissent périodiquement.

Le rejet de la société de consommation, le droit au bonheur et au rêve sont rendus à travers une cavale de Paris vers la Méditerranée. Paradoxalement toutefois, les deux protagonistes utilisent cette société de consommation qu'ils semblent rejeter. Les références à la peinture, la littérature et la bande dessinée sont nombreuses - et on reconnaît aussi nombre de slogans publicitaires de l'époque dans les dialogues. La surprise est au bout de chaque séquence et le finale s'avère explosif.

Bien qu'il ne soit jamais nommé, Arthur Rimbaud est constamment présent à travers les citations («Une saison en enfer», «L'amour est à réinventer», «La vraie vie est ailleurs», etc., ainsi que la citation finale). Arthur Rimbaud apparaît également dans un portrait en noir et blanc (citation cinématographique), orné de voyelles de couleurs. Enfin, l'attitude de certains personnages rappelle celle de Rimbaud (Ferdinand et Marianne, désargentés, se refusent à travailler ; Fred fait du trafic d'armes en Afrique, leur fuite vers le Sud, etc.). Louis-Ferdinand Céline apparaît à travers la citation cinématographique de ses deux romans : Guignol's Band et Le Pont de Londres. Ferdinand (dont le prénom à lui seul rappelle Céline) évoque un voyage « au bout de la nuit »... Le personnage de Pierrot le fou fait également référence à la vie du peintre abstrait Nicolas de Staël, dont de nombreux tableaux sont « interprétés » par le chef opérateur Raoul Coutard, Pont-Neuf, Rouge, jusqu'à son suicide, dans le film avec des bâtons de dynamite de couleurs primaires.

Réception critique
Dans son article Qu'est-ce que l'art, Jean-Luc Godard ?, Louis Aragon est très élogieux : «Pendant que j'assistais à la projection de Pierrot, j'avais oublié ce qu'il faut, paraît-il dire et penser de Godard. Qu'il a des tics, qu'il cite celui-ci et celui-ci là, qu'il nous fait la leçon, qu'il se croit ceci ou cela... enfin qu'il est insupportable, bavard, moralisateur (ou immoralisateur) : je ne voyais qu'une chose, une seule, et c'est que c'était beau. D'une beauté surhumaine.»

Autour du film

  • L'histoire du film est librement inspirée d'un roman policier de Lionel White (Titre original « Obsession », en français « Le démon d'onze heures »).
  • L'histoire est sans rapport avec celle de Pierre Loutrel.
  • Malgré ce que Jean-Luc Godard a essayé lui-même de faire croire, le scénario de ce film ne s'est pas écrit au jour le jour, mais était depuis longtemps pensé par le cinéaste.
  • Lors de sa sortie, Pierrot le fou fut interdit aux moins de dix-huit ans pour "anarchisme intellectuel et moral".
  • Le film est à l'origine de la vocation de cinéaste de Chantal Akerman, qui a su vouloir faire du cinéma après avoir vu ce film à 15 ans.


Hommages et références au film

  • En clin d'œil au film, Mathieu Kassovitz a intitulé son premier film : Fierrot le Pou.
  • Dans la scène de voiture de Sin City (film de Robert Rodriguez) qu'il a réalisé, Quentin Tarantino utilise le même procédé que Jean-Luc Godard pour évoquer le défilement de la route. Des spots de différentes couleurs passent alternativement de chaque côté du pare-brise.
  • Leos Carax fait de nombreuses références à Pierrot le fou dans Les Amants du Pont-Neuf.
  • Laurent Baffie fait sans doute un clin d'œil à Pierrot le fou dans son film Les Clefs de bagnole en commandant systématiquement deux demis. Ferdinand-Pierrot ayant la même habitude dans le film de Godard, explique qu'il aime, après en avoir fini « un », qu’il lui en reste « la moitié ».
  • Le groupe de Metal français Hypno5e a intégré certains passages vocaux du film dans ses compositions.
  • Un épisode de Cowboy Bebop s'appelle aussi Pierrot le Fou.
  • C'est également en référence à son titre, que le blog de Pierre Ménès est intitulé Pierrot le Foot.

Source : Wikipedia

Photos (12)

Générique détaillé (12)

Assistants à la réalisation :

Jean-Pierre Léaud, Philippe Fourastié

Producteur :

Georges de Beauregard

Directeur de la photo :

Raoul Coutard

Directeur de production :

René Demoulin

Décorateur :

Pierre Guffroy

Chefs opérateur :

Jean Garcenot, Georges Liron

Auteur de l'œuvre originale :

Lionel White

Scénariste :

Jean-Luc Godard

Ingénieurs du son :

Antoine Bonfanti, René Levert

Monteuse :

Françoise Collin

Auteur de la musique :

Antoine Duhamel

Photographe de plateau :

Georges Pierre

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie, Comédie dramatique, Drame, Thriller, Comédie musicale, Romance

Thèmes :

Meurtre

Langue de tournage :

Français, Anglais

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1965

Sortie en France :

05/11/1965

Durée :

1 h 45 min

Etat d'avancement :

Numéro de visa :

29.397

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

2,35

Format son :

Mono

Affiches (10)

Réalisateur

Actualités (2)

Sélections en festivals (6)

Festival international du film de Shanghai - 2015

Festival international du film de Shanghai (Chine, 2015)

Sélection

Retrospective Jean-Luc Godard

CoLCoA - 2010

CoLCoA (Etats-unis, 2010)

Sélection

Col-Coa Classics

Golden Horse Film Festival de Taïpei - 2009

Golden Horse Film Festival de Taïpei (Taiwan, 2009)

Sélection

Sélection officielle

BAFTA - 1965

BAFTA (Royaume-Uni, 1965)

Sélection

Meilleur acteur : Jean-Paul Belmondo

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1965

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1965)

Sélection

Compétition Officielle

Palmarès