En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Corniaud

Le Corniaud

Un Long métrage de Gérard Oury

Produit par Les Films Corona

Sortie en France : 24/03/1965

    Synopsis

    Antoine Maréchal, modeste représentant de commerce, se prépare à partir en vacances lorsque, en plein Paris, sa 2 CV est mise en morceaux par la Bentley d'un prestigieux homme d'affaires nommé Saroyan. Qu'Importe ! Saroyan a justement besoin d'un aide pour aller chercher en Italie une Cadillac laissée par un de ses amis, et qu'il faut convoyer jusqu'à Bordeaux. Grassement payé au surplus, Antoine fera l'affaire. et passera ainsi des vacances inespérées. Oui, mais. Saroyan est en réalité chef d'un gang de trafiquants et la « Cad » est bourrée de denrées diverses dont la plus innocente est une charge de cent kilos d'héroïne. De plus, une bande rivale voudrait s'approprier le tout. Ce qui rend les vacances d'Antoine un peu mouvementées. Moins naïf qu'il n'y paraît (heureusement !) celui-ci comprend peu à peu toute l'histoire. Et il réussira à faire coffrer les deux bandes. après une poursuite haletante.

    © Fiches du Cinéma

    Acteurs (29)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Les Films Corona

    Exportation / Vente internationale :

    StudioCanal Films Limited

    Production Étrangère :

    Explorer Films 58

    Distribution France :

    Valoria Films

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Autour du film


        Après la projection des épreuves (rushes) des deux premières semaines de tournage, de Funès trouvant qu'il n'était pas assez présent à l'écran fera une « grève du masque» pendant près de 24 heures. Gérard Oury indique dans ses mémoires qu'il reconnait dans le film l'endroit où de Funès effectue cette « grève », mais le réalisateur reste muet sur l'instant précis dans le film. Oury imagine alors la célèbre scène de douche, où l'acteur compare sa musculature avec celle d'un « grand balèze », l'ex-catcheur Robert Duranton. L'idée lui est inspirée par une rencontre étonnante faite lors d'un voyage en Italie « ... J'avais rencontré à Capri un couple étrange, lui : un homo maigrichon américain, ridaillé mais milliardaire, elle : un colossal biquet français culturiste ! L'opposition physique entre ces deux êtres dépassait les limites de la bouffonnerie ».
        L'aventure de La Grande Vadrouille commence ... sur le tournage du Corniaud où Gérard Oury raconte aux deux comédiens le scénario du film à venir.
        La 2CV était équipée de 250 boulons électriques afin qu'elle se disloque au moment voulu. Cette scène, la dernière tournée le 7 décembre 1964 sur la place Sainte-Geneviève à Paris, fut peut-être inspirée à Oury par sa « rencontre » cinématographique avec Bourvil sur le tournage du Miroir à deux faces. Dans ce film dramatique d'André Cayatte réalisé en 1958, Bourvil au volant de sa 2CV est percuté par Gérard Oury, acteur mais aussi co-scénariste du film, au volant d'une grosse américaine.
        Lorsque Bourvil/Maréchal dit « elle va marcher beaucoup moins bien, forcément », juste après l'accident de la 2CV, on voit de Funès baisser la tête pour rire. Cette réplique n'était pas prévue et cette scène aurait difficilement été rejouable, ce qui aurait dû être le cas si de Funès n'avait pas eu la présence d'esprit de se dissimuler le visage. On remarque également qu'au moment où la 2CV de Bourvil se disloque, ce dernier tire plusieurs fois sur le volant pour qu'il se décroche de son axe et ainsi assurer le gag et surtout la continuité de la scène.
        Le scénario du Corniaud s'inspire de la mésaventure d'un présentateur de la télévision française, Jacques Angelvin, qui fut arrêté aux États-Unis en 1962 au volant d'une Buick provenant de France et dans laquelle plus de cinquante kilogrammes d'héroïne pure avaient été dissimulés. Lors de son arrestation, la voiture ne contenait plus la drogue et Angelvin clama d'abord son innocence en prétendant avoir été dupé, d'une manière semblable au héros du Corniaud. Il fut pourtant prouvé que la voiture du Français avait bien servi à transporter la drogue depuis Marseille jusqu'aux États-Unis et qu'il avait touché dix mille dollars pour cela. Plaidant coupable lors de son procès, le présentateur de Paris-Club fut incarcéré pendant cinq ans. Cette arrestation est un des épisodes du démantèlement de la « French connection » qui a inspiré les films du même nom (French Connection et French Connection 2).
        Le cachet de Bourvil pour ce film est trois fois plus important que celui octroyé à de Funès.
        La Cadillac conduite par Bourvil est un modèle DeVille de 1964, qui ressemblait beaucoup aux modèles Series 62 convertible 1963 ou à l'Eldorado Biarritz 1963. La signature Deville est visible dans la scène du garage.
        no 1 au box-office en 1965 et énorme succès : 11,74 millions d'entrées.
        Lors du Festival de Cannes 1965, Oury et son producteur se voient proposer par des Américains de réaliser et produire un remake avec Dean Martin et Jack Lemmon. Malgré une offre importante (« Budget doublé, salaires versés en Suisse, promesses de deux autres films dans les cinq ans. Énorme »), les Français ne donneront pas suite.

    Source : Wikipedia

    Générique détaillé (13)

    Assistants à la réalisation :

    Serge Vallin, Gérard Guerin

    Producteur :

    Robert Dorfmann

    Producteur étranger :

    Bruno Turchetto

    Assistant opérateur :

    Vladimir Ivanov

    Monteur :

    Albert Jurgenson

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Photographe de plateau :

    Victor Rodrigue

    Adaptateurs / Dialoguistes :

    Gérard Oury, Marcel Jullian, André Tabet, Georges Tabet

    Scénariste :

    Gérard Oury

    Directeur de la photo :

    Henri Decaë

    Directeurs de production :

    Yves Laplanche, Jacques Juranville

    Décorateur :

    Robert Giordani

    Cascadeur :

    Yvan Chiffre

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie

    Thèmes :

    Escroquerie

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    Italie, France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (Italie, France)

    Année de production :

    1964

    Sortie en France :

    24/03/1965

    Durée :

    1 h 30 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    29466

    Visa délivré le :

    12/03/1965

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    Scope

    Format son :

    Mono