En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Merci pour le chocolat

Merci pour le chocolat

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par MK2 Films (ex MK2)

Sortie en France : 25/10/2000

    Synopsis

    André, pianiste virtuose et Mika Muller, PDG des chocolats Muller, se remarient à Lausanne après une première et très brève union des années auparavant. André avait alors épousé Lisbeth dont il a eu un fils, Guillaume. Le jour de l’anniversaire de ses six ans, alors qu’ils étaient de passage en Suisse chez Mika, Lisbeth se tue dans un accident de voiture. La jeune Jeanne Pollet, qui prépare le concours de piano de Budapest, apprend incidemment qu’elle a failli être échangée le jour de sa naissance avec Guillaume Polonski. A la recherche de ses origines et d’un mentor, Jeanne va pénétrer dans une famille qui n’est pas la sienne.

    Acteurs (12)

    Production et distribution (5)

    Production Déléguée :

    MK2 Films (ex MK2)

    Productions Étrangères :

    Cab Productions, RTS - Radio Télévision Suisse

    Distribution France :

    MK2 Films (ex MK2)

    Coproduction :

    France 2 Cinéma

    Exportation / Vente internationale :

    MK2 Films (ex MK2)

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (32)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue

    "Que répondez-vous aux gens qui prétendent que Claude Chabrol n’a plus fait de bon film depuis 1995 (date de sortie de La Cérémonie) ?" "Que ce sont des cons ! Vous êtes des cons !", avait répondu le réalisateur, avec son humour habituel, dans la fameuse « boite à questions » de l’émission "Le Grand Journal".

    Force est de reconnaître que Merci pour le chocolat fait partie des films qui feraient clairement mentir les défenseurs de cette thèse douteuse. Douteuse, car si on est en droit de ne pas être personnellement touché par les derniers Chabrol – par les histoires qu’ils racontent, du moins – il est indéniable qu’ils reflètent tous, à leur manière, le sommet de son art, témoignant, du premier au dernier plan, d’une maîtrise absolue.

    L’histoire de Merci pour le chocolat est en totale osmose avec l’univers du réalisateur ; on y retrouve en effet plusieurs de ses thèmes fétiches : le mensonge, l’ambiguïté, le mystère. Mais c’est surtout, de son propre aveu, une œuvre sur la perversité, le mal.

    Chabrol orchestre avec une précision géniale cette valse – ou cette marche funèbre, comme celle de Litz dont André enseigne toutes les nuances à Jeanne dans le film – étrange et ambigüe entre des personnages tous emmenés, plus ou moins inconsciemment, dans une mécanique aussi insondable que glaciale. Il met tout son art à en décrire les rouages inquiétants, derrière des apparences calmement trompeuses. A rendre compte, également, des relations entre les différents personnages, avec un sens du cadre et de la nuance qu’on lui connaissait déjà depuis longtemps mais qui atteint ici une perfection remarquable

    Les prestations des comédiens y sont pour beaucoup dans la réussite du film. Chabrol, s’il donnait volontairement très peu d’indications, était à sa manière – les acteurs et actrices qui ont travaillé avec lui l’ont unanimement rappelé, à l’occasion de sa récente disparition – un remarquable directeur d’acteurs. Merci pour le chocolat a ainsi révélé Anna Mouglalis (même s’il s’agissait de son quatrième rôle au cinéma), qui a d’ailleurs évoqué le tournage du film pour un dossier de "Télérama" : "Plutôt que de diriger les acteurs, il aimait les mettre face à face et les laisser mariner. [...] Un jour, par exemple, il me semblait avoir eu une intonation très fausse, presque absurde. J’ai expliqué à Chabrol que je voulais refaire la prise en lui expliquant que j’avais parlé faux. Il m’a répondu que j’avais eu, au contraire, une intonation rare".

    Dans le film, le personnage interprété par Anna Mouglalis, sa venue à Lausanne et son apparition dans la vie des Polonski, a une forte portée symbolique. Son « intrusion » dans le quotidien fait de mensonges et d’apparences de la famille du grand pianiste joué par Jacques Dutronc va provoquer de profonds – et irréversibles – bouleversements, que Chabrol souligne très bien à travers ses choix de réalisation.

    Le début de Merci pour le chocolat est un modèle de construction, à la fois simple et efficace : le film s’ouvre sur un gros plan sur le visage d’Isabelle Huppert (parti pris logique, vu son influence et son importance au sein de l’histoire) ; puis, passée la scène du mariage, viennent les plans sur un bateau s’approchant de Lausanne, tandis que le générique défile. Apparaissant d’abord au loin, il est ensuite cadré de de profil, avant d’apparaître en arrière plan tandis que la caméra cadre la mère de Jeanne dans un café près du port. On ignore le lien entre ce bateau et les personnages du film – probablement n’y en a t-il aucun de concret. On peut y voir, en revanche, un symbole : le bateau figure quelque chose qui vient de loin (du passé) et dont la venue apporte quelques changements encore inconnus ; ce qui résume très bien la base de l’intrigue du film. Il évoque aussi l’idée d’un voyage, et du retour ; or les différents personnages vont tous être amenés à se tourner vers leur passé.

    Jacques Dutronc est parfait dans le rôle du musicien aussi inspiré et sympathique que distrait et (étrangement) aveugle. Il livre ici une de ses meilleures compositions, avec son rôle de Van Gogh dans le film éponyme de Maurice Pialat (autre immense metteur en scène français disparu). Et que dire d’Isabelle Huppert… Merci pour le chocolat est sa sixième collaboration avec Claude Chabrol, qui lui avait déjà offert des rôles superbes dans (chronologiquement) Violette Nozière, Une Affaire de Femmes, Madame Bovary, La Cérémonie et Rien ne va plus. Revoir ces films permet de mesurer le talent et les possibilités de cette immense actrice, tant elle y joue des partitions aussi inspirées que très différentes les unes des autres. Ici elle incarne Mika, personnage central du film, puisque tout – et tous – tournent, d’une certaine façon, autour d’elle ; c’est donc logiquement que dans de nombreuses scènes, la réalisation s’attache, très habilement, à rendre compte de son point de vue, de ses émotions, de ses secrets. Huppert exprime le mystère et les subtilités de son personnage dans la moindre de ses intonations et de ses regards – inspirant tour à tour la perplexité, le malaise, la peur et une certaine forme de compassion. Chabrol, qui comprenait mieux que beaucoup d’autres réalisateurs comment mettre sa caméra au service de l’émotion et des idées, saisit parfaitement celles qu’Isabelle Huppert exprime dans les différentes scènes, jusqu’au magistral dernier plan rythmé par la marche funèbre de Litz. Merci pour le chocolat est un exemple saisissant de l’échange profond qui peut s’opérer entre un metteur en scène et son actrice, dont la composition fut justement récompensée par le prix d’interprétation féminine du Festival de Montréal, en 2000.

    La réalisation de Chabrol n’est pas de celles dont on peut aisément remarquer les effets ; totalement dénuée d’artifices, elle parait témoigner d’une simplicité aussi trompeuse que les apparences bourgeoises qu’il aimait tant filmer. En réalité, la position de la caméra et ses mouvements (souvent discrets) étaient soigneusement pensés et calculés en fonction de l’impression qu’il voulait communiquer dans chaque séquence. Par exemple dans Merci pour le chocolat, lorsque Jeanne rejoint Guillaume (Rodolphe Pauly) dans la cuisine après que celui-ci ait été ébouillanté du fait d’une « maladresse » de sa belle-mère Mika, la caméra est volontairement inclinée, avant de redevenir « droite », comme initialement (avant l’arrivée de Jeanne) ; ce bouleversement discret des perspectives, ce déséquilibre suggéré par la position intermédiaire (inclinée) de la caméra symbolise un élément perturbateur, celui qu’incarne le personnage de Jeanne, qui ébranle le monde d’apparences et de mensonges dans lequel vit la famille Polonski.

    Le film est truffé de plans significatifs, qui soulignent le sens de l’histoire et les rapports entres les personnages. Ils se font parfois écho les uns les autres ; ainsi le premier regard entre Jeanne et Mika a lieu à travers une vitre, qui prend ici une dimension symbolique (comme un miroir séparant deux réalités, le présent et le passé). Plus tard, lorsque Mika s’approche du tableau de Lisbeth, celui-ci évoque clairement le plan sur le visage de Mouglalis.

    Chabrol filme souvent Mika en arrière plan : dans la scène où Jeanne explique la raison de sa venue à André Polonski, elle apparait derrière le visage, filmé en gros plan, de la jeune femme ; plus tard, tandis qu’André et Jeanne jouent au piano, on l’aperçoit passer d’une pièce à l’autre, comme une présence qui rôde. A chaque fois, l’objectif est de souligner son omniprésence, son ressenti et son point de vue sur les événements. A d’autres moments la caméra se resserre uniquement sur elle, sur sa solitude et sur ses pensées (obscures) ; il y a notamment ce zoom glacial sur son visage aux yeux grands ouverts, lors de ses nuits sans sommeil.

    L’harmonie parfaite entre l’interprétation et la mise en scène de Merci pour le chocolat évoque un peu les parties de piano à quatre mains que jouent les personnages incarnés respectivement par Jacques Dutronc et Anna Mouglalis, dans des scènes qui rappellent d’ailleurs, à leur manière, les liens profonds unissant la musique et le cinéma.

    Un film aussi fin et nuancé que le toucher d’une grand pianiste, qui constitue l’une des preuves les plus saisissantes du génie de son auteur.

    Source : citizenpoulpe.com

    Générique détaillé (19)

    Producteur délégué :

    Marin Karmitz

    Adaptateurs / Dialoguistes :

    Claude Chabrol, Caroline Eliacheff

    Directeur de la photo :

    Renato Berta

    Assistant opérateur :

    Jean-Paul Toraille

    Directeur de production :

    Yvon Crenn

    Monteuse :

    Monique Fardoulis

    Scripte :

    Aurore Chabrol

    Auteur de la musique :

    Matthieu Chabrol

    Costumière :

    Élisabeth Tavernier

    Photographe de plateau :

    Jérémie Nassif

    Assistantes à la réalisation :

    Cécile Maistre, Isabelle Vossart

    Auteur de l'œuvre originale :

    Charlotte Armstrong

    Ingénieur du son :

    Jean-Pierre Duret

    Cadreur :

    Michel Thiriet

    Attachée de presse (film) :

    Monica Donati

    Assistants monteurs :

    Rodolphe Molla, Florence Poulain, Sylvie Lager

    Décorateur :

    Ivan Niclass

    Bruiteur :

    André Naudin

    Mixeurs :

    Claude Villand, Pascal Vuillemin

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame psychologique

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    Suisse, France

    EOF :

    Oui

    Nationalité :

    Majoritaire français (Suisse, France)

    Année de production :

    2000

    Sortie en France :

    25/10/2000

    Durée :

    1 h 39 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    99.295

    Visa délivré le :

    13/10/2000

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,85

    Format son :

    Dolby SRD

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Actualités (12)

    Sélections en festivals (14)

    Festival du film francophone de Vienne - 2011

    Festival du film francophone de Vienne (Autriche, 2011)

    Sélection

    Sélection de films français

    Festival du Film français en Israël  - 2011

    Festival du Film français en Israël (Israel, 2011)

    Sélection

    Hommage à Isablle Huppert

    FIFF - Festival international du film francophone de Namur  - 2008

    FIFF - Festival international du film francophone de Namur (Belgique, 2008)

    Sélection

    Coup de cœur à Isabelle Huppert

    Journées du film français de Budapest - 2001

    Journées du film français de Budapest (Hongrie, 2001)

    Sélection

    Longs-métrages sélectionnés

    Festival du Film d'Istanbul - 2001

    Festival du Film d'Istanbul (Turquie, 2001)

    Sélection

    FROM LITTERATURE TO SILVER SCREEN

    Festival du Film Francophone d'Athènes  - 2001

    Festival du Film Francophone d'Athènes (Grèce, 2001)

    Sélection

    Longs-métrages sélectionnés

    Festival International du Film de Mar Del Plata - 2001

    Festival International du Film de Mar Del Plata (Argentine, 2001)

    Sélection

    Sélection officielle - hors compétition

    Les Lumières - 2001

    Les Lumières (France, 2001)

    Sélection

    Films français

    Festival international du film de Rotterdam - 2001

    Festival international du film de Rotterdam (Pays-bas, 2001)

    Sélection

    Sélection officielle long-métrage

    Acapulco - Festival du Film Francais - 2000

    Acapulco - Festival du Film Francais (Mexique, 2000)

    Sélection

    Longs Métrages français

    TIFF - 2000

    TIFF (Canada, 2000)

    Sélection

    Masters

    Festival des films du monde de Montréal - 2000

    Festival des films du monde de Montréal (Canada, 2000)

    Sélection

    Compétition internationale

    Palmarès (2)

    Les Lumières - 2001

    Les Lumières (France, 2001)

    Prix

    Meilleure Actrice : Isabelle Huppert

    Festival des films du monde de Montréal - 2000

    Festival des films du monde de Montréal (Canada, 2000)

    Prix

    Prix d'interprétation féminine : Isabelle Huppert

    Délégations (4)

    Les Lumières - 2001

    Les Lumières (France, 2001)

    Equipe

    Site internet