En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

La Rosière de Pessac

Un Long métrage de Jean Eustache

Produit par Moullet et Cie

Année de production : 1969

    Synopsis

    Printemps 68 dans la petite ville de Pessac, où est né Jean Eustache. On va procéder à l'élection de la 72ème Rosière. Cette coutume perpétue la volonté d'un bourgeois de la fin du 19 ème qui avait décidé de reprendre un usage créé par Saint Médard en 525 : il s'agissait d'un prix récompensant les qualités morales d'une jeune fille faisant honneur à la communauté de Pessac tout entière...

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    Moullet et Cie

    Exportation / Vente internationale :

    Mercure Distribution

    Coproduction :

    O.R.T.F.

    Propos

    Semblant être une fiction par la multiplicité audacieuse de ces points de vue dû à une disposition efficace et planifié des caméras, «La Rosière de Pessac» (France, 1968) et «La Rosière de Pessac 79» (France, 1979) n'en sont pas moins un documentaire, dans le sens où le réel est capté dans un environnement naturel. Les deux «La Rosière de Pessac» touche par la particularité de sa tradition et la codification de son déroulement. Mais ce diptyque signé Jean Eustache prête à rire par les failles humaine perlant tendrement au sein des codes préétablis. Dans «La Rosière...» de 68, lorsque le maire, démagogue et incarnation humaine pleine de son rôle de politicien, dans son discours final dérive inconsciemment mais pour la première fois vers une exposition véritable de ces sentiments, le film dégage une tendresse vraie. Et le film, dans sa trouble identité de documentaire hanté par la fiction pose au passage la question du documentaire, question encore irrésolue de nos jours. Mais «La Rosière...» de 79 et de 68, dans cet ordre voulu par Eustache lui-même, illustre une tradition rurale. La vision des deux épisodes dans leur chronologique inverse permet tant de constater de l'irréversibilité de l'évolution des moeurs que de fouiller à l'origine. Allant de 79, temps dénué de travailles, à 68, temps de révolution juvénile, en quelques instants, le moment de passer d'une bobine à une autre, Eustache nous donne donc là à voir un constat fulgurant, touchant et drôle puisque la caméra et notamment ce qu'en produit le montage donne à voir avec nostalgie. «La Rosière de Pessac» de 68 et 79, documentaire hors pair dans l'expérience qu'il donne à vivre, possède en plus de ça une âme depuis oublié par le sensationnel des documentaires contemporains.

    Source : Allociné

    Générique détaillé (5)

    Assistante à la réalisation :

    Françoise Lebrun

    Directeur de la photo :

    Philippe Théaudière

    Monteur :

    Jean Eustache

    Producteur :

    Luc Moullet

    Ingénieurs du son :

    Jean-Pierre Ruh, Alain Sempé

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Documentaire

    Thèmes :

    Féminité, Adolescence

    Langue de tournage :

    Français

    Autre pays coproducteur :

    France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français (France)

    Année de production :

    1969

    Sortie en France :

    Durée :

    1 h 5 min

    Etat d'avancement :

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    16 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,37