Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Un coeur en hiver - Poster France

Un coeur en hiver

Un Long métrage de Claude Sautet

Produit par F Comme Film, Ciné@

Sortie en France : 02/09/1992

  • Sommaire

Acteurs (18)

Production et distribution (3)

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (17)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Stéphane et Maxime sont amis depuis longtemps... depuis ces jours de leur jeunesse où ils préparaient ensemble le conservatoire de musique. Mais peut-être que le métier qu'ils partagent - la lutherie - et l'habitude des jours les a séparés sans qu'ils le sachent, comme s'ils n'attendaient plus rien l'un de l'autre, aucune surprise, aucune douleur. Camille Kessler, la jeune violoniste douée et puritaine, va entrer dans leur vie pour en bouleverser la routine. Maxime et Camille s'aiment. Mais Stéphane n'y croit pas. En quoi croit-il encore, dans la vie fermée sur elle-même qu'il s'est patiemment construite ? A la musique, oui, "parce que c'est du rêve". Mais pas aux sentiments amoureux, cet état qui le dépayse. Sans que même il l'ait concerté, comme malgré lui, contre Maxime, il va se livrer à un jeu qui capte peu à peu l'attention de la jeune fille. Dès lors, c'est Stéphane lui-même qui est en danger...Et l'aventure va jeter sur ce coeur en hiver une lumière violente et nouvelle... Pourra-t-il toujours dire alors : "Je ne vous aime pas" ?...

Propos

Point de vue

Le mystère du film réside dans l'énigme de son personnage. Excepté Monsieur Hire et Jacques Bonnaffé dans le film de Renaud Victor Le Meilleur de la vie, il n'y a peut-être pas d'exemples dans le cinéma français d'une figure masculine aussi résolument et jusqu'au bout énigmatique, vraiment incompréhensible. A lui seul, il signifie les limites des mots et des images qui viennent buter sur un réel infrangible. A défaut de cerner son intériorité, on ne peut que constater son apparence et avancer quelques hypothèses forcément sans profondeur. Proche de l'autisme, Stéphane – qui entretien aussi quelque rapport d'étrangeté avec le Martial de Quelques jours avec moi – est un être malade, un infirme du toucher dès qu'il quitte le monde des objets, incapable d'approcher l'autre, d'exposer sa nature et son corps. Incapable alors de sortir de lui-même et dans un cas exceptionnel (l'amour en est un), de changer. Stéphane essaye en vain de passer de l'ombre à la lumière (Daniel Auteuil est d'une blancheur de visage qui l'inscrit d'emblée au registre des morts-vivants). Trajet troublant qu'on peut lire comme celui d'un réalisateur faisant l'effort d'un film différent de ses précédents, mais hantant aussi les mêmes lieux, n'évitant pas non plus, faute de pouvoir être complètement un autre, toutes les ornières d'un cinéma traditionnel par ailleurs revendiqué dès la scène d'ouverture (un artisan au travail). Finalement, Un coeur en hiver est un objet imprenable parce que l'énigme de son personnage renvoie au mystère du film.

© Bernard Bénoliel, "la Saison Cinématographique 1992".

Générique détaillé (21)

Producteurs délégués :

Jean-Louis Livi, Philippe Carcassonne

Scénaristes :

Claude Sautet, Jacques Fieschi, Jérôme Tonnerre

Directeur de la photo :

Yves Angelo

Assistant son :

Denis Carquin

Attaché de presse (film) :

Claude Davy

Monteuse son :

Marie-Thérèse Boiche

Scripte :

Geneviève Cortier

Auteurs de la musique :

Maurice Ravel, Philippe Sarde

Costumière :

Corinne Jorry

Mixeur :

Jean-Paul Loublier

Régisseur général :

Francis Barrois

Assistants à la réalisation :

Natalie Engelstein, Nils Hoffet, Frédéric Jardin, Yvon Rouve

Coproducteur :

Raphaël Berdugo

Ingénieur du son :

Pierre Lenoir

Directeur de production :

Gérard Gaultier

Monteuse :

Jacqueline Thiedot

Assistants monteurs :

Christine Grenet, Dorian Rigal-Ansous

Décorateur :

Christian Marti

Bruiteur :

Jérôme Lévy

Exportateur :

Raphaël Berdugo

Photographe de plateau :

Benoît Barbier

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Drame psychologique

Langue de tournage :

Français

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français (France)

Année de production :

1992

Sortie en France :

02/09/1992

Durée :

1 h 45 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

77978

Visa délivré le :

22/07/1992

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Affiches (4)

Réalisateur

Sélections en festivals (2)

Les César du Cinéma Français - 1993

Les César du Cinéma Français (France, 1993)

Sélection (9)

Meilleur son : Pierre Lenoir, Jean-Paul Loublier

Meilleure photo : Yves Angelo

Meilleur scénario original ou adaptation : Jacques Fieschi, Claude Sautet

Meilleur réalisateur : Claude Sautet

Meilleure actrice dans un second rôle : Brigitte Catillon

Meilleur acteur dans un second rôle : André Dussollier

Meilleure actrice : Emmanuelle Béart

Meilleur acteur : Daniel Auteuil

Meilleur film

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1992

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1992)

Sélection

Compétition Officielle

Palmarès (3)

Les César du Cinéma Français - 1993

Les César du Cinéma Français (France, 1993)

Prix (2)

César de la meilleure réalisation : Claude Sautet

César du meilleur acteur dans un second rôle : André Dussollier

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1992

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1992)

Prix (4)

Prix Pasinetti : Emmanuelle Béart

Prix Fipresci

Ciak d'or spécial

Lion d'argent du meilleur réalisateur

Prix Méliès - 1992

Prix Méliès (1992)

Prix

Prix Méliès