En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Histoire d'Adèle H.

L'Histoire d'Adèle H.

Un Long métrage de François Truffaut

Produit par Les Productions Artistes Associés

Sortie en France : 08/10/1975

    Synopsis

    Le film relate l'histoire d'Adèle Hugo (Isabelle Adjani), deuxième fille de Victor Hugo. Ce dernier, obnubilé par la mort accidentelle de son aînée, Léopoldine Hugo, avait délaissé la cadette. Adèle connaît par la suite un amour passionné, voire obsessionnel, pour le lieutenant britannique Pinson (Bruce Robinson) qui ne la paye pas de retour. Elle termine sa vie dans la déchéance et la folie.

    Source : Wikipedia

    Acteurs (15)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    Les Productions Artistes Associés

    Exportation / Vente internationale :

    MK2 Films (ex MK2)

    Coproduction :

    Les films du Carrosse

    Distribution France :

    United Artists

    Sorties à l'international (3)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Ce film est une exploration romantique et douloureuse des souffrances de la fille de Victor Hugo, sa quête sans espoir de nier ce père envahissant et de vivre de manière autonome. Le souvenir de la mort tragique de sa sœur Léopoldine Hugo et l'indifférence d'un officier anglais qu'elle croit aimer accentuent son glissement vers la folie. La musique composée par Maurice Jaubert, lui-même précocement mort en 1940, souligne la tragédie et en même temps rend hommage à Jean Vigo qui avait déjà retenu ces thèmes pour L'Atalante.

    À propos de L'Histoire d'Adèle H., Truffaut écrit : «  En établissant le script de L'Enfant sauvage d'après les Mémoires du Docteur Jean Itard, nous avions découvert, Jean Gruault et moi, le grand plaisir qui consiste à organiser une histoire de fiction à partir d'événements réels en s'efforçant de ne rien inventer, et de ne pas altérer la vérité du matériel documentaire. S'il est difficile de construire une intrigue unanimiste, mêlant une dizaine de personnages dont les actions s'entrecroisent, il est presque aussi difficile d'écrire un film intimiste mettant en scène un seul personnage sur l'écran. Je crois pourtant que c'est cet aspect solitaire qui m'attirait le plus dans ce projet ; ayant tourné des histoires d'amour à deux personnages et à trois personnages, j'avais l'impression de tenter une expérience passionnante, dévoré par une passion à sens unique.  »

    Source : Wikipedia

    ---

    Analyse

    La tentative folle et suicidaire d'une jeune fille de construire par l'écriture un lien vers un père dont elle se sent rejetée.

    Le seul trait commun entre la pâle fantoche qu'est Pinson et le grand Victor Hugo est que ni l'un ni l'autre ne veulent d'elle. Adèle court après le fantôme d'un père auquel elle a retiré toute réalité pour ne conserver que le trait qui l'a détruite: l'absence d'amour. En lui préférant sa soeur, Victor Hugo a aliéné l'identité de sa fille cadette. Si le titre du film occulte son patronyme, ce n'est pas tant pour laisser planer un mystère sur l'identité d'Adèle, que pour refléter ce manque fondamental d'identité. Le seul ressort dramatique du film va être de montrer comment l'imagination fertile d'Adèle va lui permettre de survivre dans cette situation intenable. Quand la folie aura gagnée, il s'arrêtera.

    Peu de scènes sont reliées entre elles par un lien de cause à effet ou par une quelconque continuité temporelle. De nombreux fondus au noir viennent au contraire isoler les séquences les unes aux autres. Le temps ne passe pas; il se répète. Sur les 73 segments du film, vingt huit se passent la nuit; dix neuf sont muets et onze n'ont pour seul accompagnement sonore que le texte du journal ou des lettres d'Adèle. Cette triple absence d'enchaînement temporel, de lumière et de dialogues vient suspendre le cours de la logique diurne pour soumettre le déroulement du récit aux courts circuits de l'imaginaire.

    Séquence remarquable : Pinson et Adèle s'éloignent d'une soirée dansante et se dirigent vers un cimetière où il lui dit qu'il ne l'épousera jamais. Puis une scène montre la jeune femme en larmes devant un petit autel sur lequel trône une photo de Pinson encadrée de noir et de bougies. L'amour est devenu culte religieux d'un objet défunt. Pourtant, sur ce cérémonial du désespoir, s'enchaîne une somptueuse mise en scène: on voit un gros plan du visage d'Adèle qui annonce son mariage a ses parents, tandis qu'en surimpression se dessinent les côtes de l'Océan que sa lettre va traverser. On suivra les parcours de celle-ci grâce à une suite de fondus enchaînés sur les cartes de l'Amérique, des vues de l'Atlantique, une carte d'Europe où se détache le nom de Guernesey et, finalement, une grande maison qui est celle de Victor Hugo. Une vieille femme en noir en sort, une lettre à la main, poursuivant le motif du deuil, et va au siège du journal de Guernesey pour y faire publier l'annonce du mariage. La musique accompagne à la fois la scène du rituel funèbre et celle du voyage de la lettre, marquant le lien qui unit l'idée de mort à ce passage lyrique. Car ce merveilleux épisode, s'il marque le triomphe d'Adèle pour imposer sa parole au monde et donner force de vérité à son fantasme consacre aussi sa rupture avec le réel. On voit d'abord le lieutenant Pinson se faire tancer vertement par son supérieur. Puis, aussitôt après, ce sera Adèle que la voix paternelle condamnera et accusera de mensonge.

    © Anne Gillain, "François Truffaut, le secret perdu", ed. Hatier, 1991.

    Photos (7)

    Générique détaillé (13)

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Frances Vernor Guille

    Directeur de la photo :

    Nestor Almendros

    Assistants opérateurs :

    Florent Bazin, Dominique Le Rigoleur, Jean-Claude Rivière

    Monteurs :

    Martine Barraqué, Yann Dedet

    Scripte :

    Christine Pellé

    Auteur de la musique :

    Maurice Jaubert

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Thèmes :

    Histoire, Littérature

    Langue de tournage :

    Français, Anglais

    Autre pays coproducteur :

    France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français (France)

    Année de production :

    1975

    Sortie en France :

    08/10/1975

    Durée :

    1 h 36 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    37630

    Visa délivré le :

    28/08/1975

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Mono

    Affiches (3)

    Réalisateur

    Sélections en festivals (3)

    Golden Horse Film Festival de Taïpei - 2014

    Golden Horse Film Festival de Taïpei (Taiwan, 2014)

    Sélection

    A tribute to François Truffaut

    Oscars du Cinéma - 1976

    Oscars du Cinéma (Etats-unis, 1976)

    Sélection

    Nomination Oscar de la Meilleure actrice : Isabelle Adjani

    Palmarès

    Prix Méliès - 1976

    Prix Méliès (1976)

    Prix

    Prix Méliès