En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Jours tranquilles à Clichy

Jours tranquilles à Clichy

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par ItalFrance Films, AZ Films Productions, Direkt Film

Sortie en France : 09/05/1990

  • Sommaire

Acteurs (25)

Production et distribution (4)

Productions Déléguées :

ItalFrance Films, AZ Films Productions, Direkt Film

Exportation / Vente internationale :

LCJ Editions & Productions

Coproduction :

Istituto Luce

Distribution France :

Pathé Distribution

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (7)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Alors que la Mort se rapproche à grands pas, un homme très âgé, sur lequel veille une nymphette nue, se souvient de sa jeunesse… Henry Miller, jeune apprenti-écrivain new-yorkais qui se fait appeler Joey, débarque à Paris au milieu des années 30 pour oublier un mariage raté et une vie médiocre. Au contact de Carl, un photographe anglais qui partage le même amour de Proust et une propension à l’oubli dans l’alcool et les femmes, Joey découvre la vie parisienne des bordels et des salons d’artistes. Installés chez Manouche, une prostituée décédée dans l’oubli de tous, Carl et Joey font la rencontre de sa petite-fille Colette, timide adolescente provinciale qui arrive à Paris pour y trouver du travail. Autant Carl, qui la fait poser pour ses photographies, se méfie de sa candeur, autant Joey s’attache à elle et la sort dans les lieux interlopes. Tous deux l’épousent lors d’une parodie de mariage au Melody, le cabaret tenu par la sulfureuse Adrienne. S’ensuit un « voyage de noces » sur les terres de Proust… Mais la jeune femme leur échappe, dans tous les sens du terme. Gravitent également, dans le petit monde des deux hommes, deux prostituées, Nys la charnelle névrosée et Édith la littéraire psychotique. Un jour, les parents de Colette viennent récupérer leur fille. Et déjà la guerre gronde. Carl plonge avec bonheur dans la tourmente tandis que Joey revient se réfugier dans le paradis illusoire du Melody. Ce qu’il veut désormais, c’est « jouir de la dernière minute »…

Source : "Dictionnaire des Films Français Pornographiques et Erotiques Français"

Propos

Point de vue

Le roman autobiographique de Miller avait déjà été adapté, extrêmement librement et dans une atmosphère moderne, par le Danois Jens Jørgen Thorsen en 1970. Le résultat, cheap, n’était pas extraordinaire. Ici, sous la griffe d’un Chabrol en panne de producteur fixe (avant la reprise en main par Marin Karmitz, deux ans plus tard avec Madame Bovary), c’est, a contrario, un europudding de luxe que l’on voit se déliter à l’écran. La licence pornographique de Miller est noyée dans un Himalaya de dialogues rasoir, insérés dans une suite de tableaux visuels assez somptueux inspirés du Douanier Rousseau, de Tamara Lempicka ou de Klimt. On repère vite la séquence marquante du film : une orgie géante totalement fellinienne (le film a été tourné à Cinecittà, ce qui peut expliquer cet hommage) dans un gigantesque bordel Belle Époque. Quant à la nuée de jeunes femmes qui égayent le film, elle est dominée par le personnage énigmatique – et habillé – de Colette, jouée par Stéphanie Cotta, fille de la journaliste Michèle Cotta, qui fit une carrière éclair d’actrice avant de devenir scénariste pour la télévision. Ce n’est pourtant pas elle qui figure sur l’affiche assez marquante du film (une jeune fille nue tenant un rasoir au creux de son aisselle), mais Giuditta Del Vecchio (qui incarne la muse de Miller âgé), découverte par Tinto Brass et depuis devenue photographe.

© Grégory Alexandre, "Dictionnaire des Films Français Pornographiques et Erotiques Français".

Générique détaillé (15)

Assistants à la réalisation :

Cécile Maistre, Alain Wermus

Producteur :

Antonio Passalia

Directeur de la photo :

Jean Rabier

Cadreur :

Michel Thiriet

Assistants monteurs :

Olivier Rossignol, Florence Poulain

Auteurs de la musique :

Jean-Michel Bernard, Matthieu Chabrol

Mixeur :

Maurice Gilbert

Régisseur général :

Bernard Cassus-Soulanis

Auteur de l'œuvre originale :

Henry Miller

Scénaristes :

Ugo Leonzio, Claude Chabrol

Assistants opérateurs :

Cendrine Dedise, Jean-Marc Rabier

Monteuse :

Monique Fardoulis

Scripte :

Aurore Chabrol

Bruiteurs :

André Naudin, Gadou Naudin

Photographe de plateau :

Jacques Prayer

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Adaptation littéraire, Comédie psychologique

Thèmes :

Amitié, Érotisme

Langue de tournage :

Français, Anglais

Origines :

France, Italie, Allemagne

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Minoritaire français (France, Italie, Allemagne)

Année de production :

1989

Sortie en France :

09/05/1990

Durée :

2 h

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

70319

Visa délivré le :

09/05/1990

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur