En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Dialogue des Carmélites

Le Dialogue des Carmélites

Un Long métrage de Philippe Agostini, Père Bruckberger

Produit par Champs-Élysées Production

Sortie en France : 10/06/1960

  • Sommaire

Acteurs (33)

Production et distribution (4)

Production Déléguée :

Champs-Élysées Production

Exportation / Vente internationale :

Gaumont

Production Étrangère :

Titanus Produzione

Distribution France :

Lux Compagnie Cinématographique de France

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

En mai 1789, deux jeunes filles entrent au Carmel de Compiègne. L'une est une jeune fille enjouée, se donnant joyeusement à la vie austère du Carmel, prenant en religion le nom de Soeur Constance, tandis que sa compagne, Blanche de la Force, souffrant depuis sa petite enfance d'une peur atroce de la vie et de la mort, accablée « d'une horrible faiblesse », prend le nom de Soeur Blanche de l'Agonie du Christ. A quelques jours de l'entrée des postulantes, la mère supérieure atteinte d'un mal incurable meurt dans l'épouvante et la solitude, n'arrivant pas à surmonter son atroce peur de la mort et de l'au-delà. Dans un sursaut de lucidité, elle offre cette agonie misérable, « Cette très pauvre mort » en sacrifice suprême pour le salut de cette enfant qui vient de lui être confiée, la plus hasardée, la plus menacée de ses filles. Et Mère de l'Incarnation se voit confiée, au nom de la sainte obéissance, Soeur Blanche de l'Agonie du Christ. La révolution gronde aux portes du Carmel. Le commissaire du peuple a mandat de réquisition. Il inspecte les lieux, où le jeune Duc de la Force, le frère de Soeur Blanche, guidé par l'aumônier du Carmel, a reçu asile pendant une nuit. Traquées et dépossédées de leurs biens, les Carmélites mourront à Paris : Soeur Blanche, dominée par sa peur maladive, n'a pu suivre ses mères et soeurs et s'est cachée pour échapper au sort qui attend les carmélites. Mais au jour du suprême sacrifice - toutes les religieuses avaient prononcé le voeu du martyre - Soeur Blanche de l'Agonie du Christ saura surmonter son épouvante pour monter à l'échafaud, comme ses soeurs.

© Fiches du Cinéma

Générique détaillé (20)

Producteur délégué :

Jules Borkon

Adaptateurs / Dialoguistes :

Philippe Agostini, Père Bruckberger

Auteurs de l'oeuvre originale :

Gertrude von Le Fort, Georges Bernanos

Directeur de la photo :

André Bac

Assistants opérateurs :

Jean Castagnier, Valéry Ivanow

Directeur de production :

Pierre Laurent

Monteur :

Gilbert Natot

Scripte :

Madeleine Santucci

Auteur de la musique :

Jean Françaix

Photographe de plateau :

Jean-Louis Castelli

Assistant à la réalisation :

Fernand Marzelle

Dialoguistes :

Philippe Agostini, Père Bruckberger

Producteur étranger :

Goffredo Lombardo

Ingénieur du son :

Antoine Archimbaud

Cadreur :

Jean-Marie Maillols

Attaché de presse (film) :

Richard Balducci

Assistante monteuse :

Colette Leloup

Décorateur :

Maurice Colasson

Costumière :

Anne-Marie Marchand

Régisseuse générale :

Margot Capelier

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Adaptation littéraire

Thèmes :

Religion

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Année de production :

1959

Sortie en France :

10/06/1960

Durée :

1 h 52 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

22576

Visa délivré le :

06/05/1960

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Coul.& n&b

Cadre :

Scope

Format son :

Mono