Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Le Solitaire

Le Solitaire

Un Long métrage de Jacques Deray

Produit par Sara Films, Editions René Château, Cerito Films

Sortie en France : 18/03/1987

  • Sommaire

Acteurs (29)

Production et distribution (3)

Productions Déléguées :

Sara Films, Editions René Château, Cerito Films

Distribution France :

AMLF

Exportation / Vente internationale :

StudioCanal

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Le commissaire Stan et son collègue et néanmoins ami l'inspecteur Simon, décident de démissionner de la police pour partir vivre aux Antilles. Mais un soir, dans une boîte de nuit, les deux compères "logent" Schneider, un redoutable truand. Ils décident de l'intercepter. Mais Simon se fait abattre dans les toilettes de l'établissement. Stan reste dans la police et est promu patron de l'OCRB. Parrain de Christian, le fils de Simon, il prend en charge l'éducation du gamin qui vit tantôt en pension, tantôt chez lui. Deux ans ont passé lorsque les indics de Stan lui signalent le retour de Schneider. Une longue traque commence, jalonnée par les hold-up sanglants du truand et par la dure rivalité entre les différentes polices. Menaces, chantages, coups de poings, Stan sort le grand jeu pour localiser l'ennemi public n° 1. Il organise même l'évasion d'un truand pour piéger Schneider; ça fonctionne; mais l'arrivée inopportune de la mondaine fait capoter l'opération. En cachant de la drogue chez elle, Stan arrête Sandra, la compagne du truand. Celui-ci est furieux et menace de s'en prendre à Christian. Enfin, un renseignement conduit Stan dans un vieil hôtel; il coince Schneider et le tient en joue. L'abattre serait trop doux: vingt ans de vieillissement sous les barreaux seront bien plus durs.

© Fiches du Cinéma

Propos

Anecdotes

Box-office : 918 000 entrées

Il s'agit du dernier film dans lequel Jean-Paul Belmondo incarne un personnage de « superflic ». Les résultats financiers du film constituent un échec selon les critères habituels des films interprétés par Belmondo. Pour l'acteur, le Solitaire était « le polar de trop. J'en avais marre et le public aussi ». Il s'agit, en outre, du dernier film d'action pure contenant des cascades effectuées par Bebel lui-même, puisqu'il sera victime d'un grave accident quelques mois après, en essayant, pour une émission de télévision, de se poser à pleine vitesse sur le toit d'un 4×4 en étant accroché au train d'atterrissage d'un avion.

Après ce film, Jean-Paul Belmondo tournera — dans un registre très différent — Itinéraire d'un enfant gâté de Claude Lelouch l'année suivante qui lui permettra de renouer avec le succès, de renouveler son image et de remporter le César du meilleur acteur (prix qu'il refusera cependant, en raison des critiques faites par le sculpteur César, auteur de la statuette de la cérémonie, envers son père Paul Belmondo, lui aussi sculpteur). Il se consacrera ensuite davantage au théâtre qu'au cinéma.

Ce film marque également la dernière collaboration entre Belmondo et Jacques Deray, après trois collaborations ensemble (Par un beau matin d'été en 1965, Borsalino en 1970 et Le Marginal en 1983).

Dans la scène de la boite, aux toilettes, en sortant, Michel Creton récite une partie de la tirade du sketch de l'addition, utilisé dans Les Bronzés, lorsque la discussion vient à porter sur l'ouverture d'un restaurant dans les iles.

Source : Wikipedia

Générique détaillé (24)

Assistants à la réalisation :

Bernard Bolzinger, Pascal Meynier, Frédéric Planchon

Dialoguistes :

Simon Michaël, Alphonse Boudard, Daniel Saint-Hamont

Scénariste :

Simon Michaël

Ingénieur du son :

Pierre Lenoir

Assistants opérateurs :

Ariane Damain, Bruno Delbonnel

Directeur de production :

Bernard Bolzinger

Monteur son :

Joël Beldent

Scripte :

Bénédicte Kermadec

Auteur de la musique :

Dany Shogger

Cascadeurs :

Claude Carliez, Rémy Julienne

Chanteuse :

Carlos Sottomayor

Photographe de plateau :

Vincent Rossell

Adaptateurs / Dialoguistes :

Daniel Saint-Hamont, Alphonse Boudard

Producteurs :

Alain Belmondo, Alain Sarde

Directeur de la photo :

Jean-François Robin

Assistant son :

Denis Carquin

Cadreur :

Claude Bourgoin

Monteur :

Henri Lanoé

Assistante monteuse :

Sylvie Pontoizeau

Décorateur :

Jean-Claude Gallouin

Bruiteur :

Daniel Couteau

Casting :

Romain Brémond

Costumière :

Paulette Breil

Régisseur général :

Claude Albouze

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Thriller, Action

Langue de tournage :

Français

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français

Année de production :

1987

Sortie en France :

18/03/1987

Durée :

1 h 40 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

62778

Visa délivré le :

13/03/1987

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,85

Format son :

Mono