En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

La Concentration

Un Long métrage de Philippe Garrel

Sortie en France : 28/11/1968

    Synopsis

    Deux acteurs, Jean-Pierre Léaud et Zouzou, enfermés dans un appartement scindé en deux zones, une chambre froide et une chambre chaude, qui sont tous deux des chambres de torture. Entre ces deux espaces, il y a un lit, entouré par le rail du travelling sur le chariot duquel on voit a un moment Zouzou étendue morte tandis que Leaud se tranche les veines avec un morceau de pellicule.

    Acteurs (2)

    Propos

    Un homme et une femme sont enfermés dans un appartement séparé en deux zones. La première pièce, où se trouve le lit conjugal, jouxte une chambre qui se révèle être un four crématoire. Entre ces deux espaces, le couple tente de cohabiter… En 1968, l’héritière Sylvina Boissonnas finançait la réalisation d’une dizaine de longs métrages réunis sous la bannière des « films Zanzibar ». Cette initiative permit à une douzaine de cinéastes radicaux, dont le chef de file incontesté fut Philippe Garrel, de réaliser des oeuvres en toute liberté, affranchies des contraintes économiques. La Concentration, tournée durant soixante-douze heures d’affilée dans un décor unique, est une sorte de happening sous LSD qui, mettant en scène un éden infernal, exprimait les aspirations artistiques de l’époque. Une oeuvre singulière et expérimentale, dans laquelle les apparitions de Zouzou et de Jean-Pierre Léaud, amaigris et androgynes, inquiètent et fascinent à la fois.

    Source : pariscinema.org

    Tourné en août 1968 durant 72 heures d’affilée dans un décor unique en studio, monté en une semaine, "La concentration" poursuit selon Garrel (alors âgé de 20 ans) la critique du Cinéma-Spectacle et s'apparente à un happening sous influence lysergique. Un homme et une femme tentent de cohabiter dans un espace épuré à l'architecture dramatiquement fonctionnelle : un lit autour duquel sont installés des rails de travelling, et de part et d'autre, une "chambre froide" (douche, laboratoire, hôpital psychiatrique, morgue...) et une "chambre chaude" (four crématoire, gril, chambre de torture...), concentration de toutes sortes d'angoisses et de symboles...
    En face du lit, la chambre noire de la caméra, de la salle.
    Les rails, posés en U autour du lit, sont comme un regard qui fait communiquer le "chaud" et le "froid", la caméra étant le vase communiquant.
    Machine labyrinthique, piège, maison-cinéma : le décor conditionne le film, est le film.
    Il n'y a pas de quatrième mur. Le quatrième mur est comme s'il était transparent, en verre. C'est la caméra et l'écran de la salle.

    (cette note s'inspire des propos de Philippe Garrel, s'entretenant avec Jean-Louis Comolli, Jean Narboni et Jacques Rivette, "Cerclé sous vide", Cahiers du Cinéma n° 204, septembre 1968).

    Source : monoquini.over-blog.com

    Générique détaillé (3)

    Ingénieurs du son :

    Michel Ber, Jean-Pierre Ruh

    Mentions techniques

    Long métrage

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Année de production :

    1968

    Sortie en France :

    28/11/1968

    Durée :

    1 h 30 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    36043

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur