Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Hippopotamours

Hippopotamours

Un Long-métrage de Christian Fuin

Produit par Sandmetz Films

Sortie en France : 23/06/1976

  • Sommaire

Acteurs (33)

Production et distribution (2)

Production Déléguée :

Sandmetz Films

Distribution France :

Cinemarc

Synopsis

Perdue dans les bois, une clinique privée assez particulière. Des infirmières revêches surveillent la cure amaigrissante de patientes très enrobées, également soumises à des exercices physiques. Tyrannisées par les blouses blanches, lasses de cette guerre aux lipides et plutôt épanouies dans leur embonpoint, Sylphide, Belle et Grace font le mur en empruntant l’ambulance. Première étape et première déconvenue : Grace déboule chez elle pour y surprendre son époux besognant sur le canapé une charmante et maigre personne, « Miss Cui Cui ». Elles repartent dans la 4 CV d’un horloger, dont elles démontent les portières et elles arrivent dans une auberge gastronomique en forêt. Le maître d’hôtel, guère aimable, refuse d’abord de leur servir des plats chauds puis concède : « Mais nous n’avons que du jambon, du gruyère et des cornichons. » Les portions sont gargantuesques. Elles s’en mettent plein la lampe, tandis que les autres convives s’échauffent. Gagnée par la fièvre, Grace se jette sur un officier de marine, puis les trois comparses sèment le désordre dans les chambres, découvrant un voyeur qui épie deux lesbiennes à travers un trou dans le mur. Elles font irruption dans la chambre des dames et attachent l’une d’elles au voyeur, par une corde passée à travers le trou du mur. Le personnel hôtelier, muni d’une carabine, chasse enfin les perturbatrices qui prennent la fuite dans une barque. Les voici abordant un château. Un homme s’y fait fouetter par une dominatrice professionnelle. Comme à leur habitude, elles interviennent et l’une d’elles se substitue à la fouetteuse, provoquant la colère de l’homme. Puisque c’est un juge, elles parodient un procès qui le ridiculise, et elles l’obligent à faire venir sa femme. Celle-ci s’évanouira en le découvrant travesti en sous-vêtements féminins dans une cabine téléphonique, tandis que les « trois grasses » éclatent de rire, cachées derrière un buisson avec la prostituée. C’est ensuite Sylphide qui découve l’infidélité de son époux inventeur, dans les bras musclés d’un amant noir. Les deux hommes ne l’ont pas vue. Elle convoque aussitôt la presse et le patron de son mari pour mieux les surprendre. Le scandale révélé, elles repartent dans la voiture du mari. En chemin, elles se battent avec quelques loubards dans une petite guinguette qui n’en demandait pas tant. Puis Belle décide de passer chez sa sœur, mariée à un architecte et qu’elle n’a pas revue depuis trois ans. Elles arrivent en pleine garden-party, situation idéale pour leur jeu favori : « Tu vas voir, on va leur mettre le nez dans leur merde ! ». Au moyen d’un jeu débile, elles saoulent les invités qui perdent toute retenue dans une orgie champêtre au cours de laquelle l’architecte saute sur la femme de son directeur et celui-ci sur la sœur de Belle. Le forfait consommé, les trublionnes reprennent la route. Le moteur fume et pétarade : la panne ! Un camionneur les embarque avec ses chevaux. C’est le retour à la clinique.

Source : "Dictionnaire Des Films Français Pornographiques & Érotiques De Longs Métrages" (Christophe Bier, Serious Publshing, 2011)

Propos

Ce film est une comédie érotique, sortie en France avec des inserts pornographiques.

Photos

Générique détaillé (14)

Producteurs délégués :

Philippe Khorsand, Gérard Tourmetz

Scénaristes :

Christian Fuin, Philippe Khorsand

Ingénieur du son :

Max Olivier

Cadreur :

Gilles Bonneau

Monteuse :

Elyane Vuillermoz

Bruiteur :

Jean-Pierre Lelong

Mixeur :

Jean Nény

Assistant à la réalisation :

Patrick Jaquillard

Directeur de la photo :

Guy Delattre

Assistant opérateur :

Patrick Godaert

Directeur de production :

Paul Lemaire

Auteur de la musique :

Raymond Le Sénéchal

Costumière :

Clara Lero-Samyn

Régisseur général :

Henri Jaquillard

Mentions techniques

Long-métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie

Thèmes :

Érotisme

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Année de production :

1976

Sortie en France :

23/06/1976

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

42619

Visa délivré le :

26/11/1974

Agrément :

Formats de production :

35 mm

Interdiction :

Moins de 16 ans