En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Sans titre

Un Court métrage de Leos Carax

Produit par Pola Production

Année de production : 1997

    Synopsis

    En 1997, pour le 50e anniversaire du Festival de Cannes, il est demandé à Léos Carax la création du court métrage, comme une carte postale adressée au Festival, dans laquelle le réalisateur donnerait de ses nouvelles ainsi que de son nouveau projet, Pola X.

    Acteurs (4)

    Production et distribution

    Production Déléguée :

    Pola Production

    Propos

    En 1997, le Festival de Cannes fête son cinquantième anniversaire et demande par la même occasion une "carte postale" de Leos Carax, comprendre un court "où il donnerait de ses nouvelles".
    En résulte une œuvre hybride, qui commence par un petit bout de film en noir et blanc fixant le public d'une salle de cinéma - même chose que pour Holy Motors - qui donne alors le ton : Carax n'a pas fait de films depuis Les Amants du Pont-Neuf, en 91, il revient, il n'a que huit minutes. Huit minutes, faites de fulgurances et de douleurs couchées sur l'écran, tristesse et cinéphilie, beauté et douleur terrassante : tout Carax, tout son univers ressort ici par bribes et épanchements dans sa forme la plus pur.
    La solitude mythique du cinéaste nous est présentée sans chichis, son incompréhension du monde dans lequel il vit, cette douleur, cette vision torturée et écorchée des choses, cette poésie romantique poussée dans ces derniers retranchements.
    Il est question, dans Sans titre, de bribes de films fantômes inconnus ; de la plus belle scène jamais tournée - l'escapade des enfants, La Nuit du Chasseur - ; d'esquisses étranges de son prochain film, Pola X ; de mouvements incontrôlés ; du corps de Carax himself, couché sur son lit, sur le ventre, détourné du regard de ce monde qu'il ne comprend pas, plongé dans sa nuit belle et sombre. Il y a des sons intenses, des images douloureuses, des explosions, une douleur qui tambourine et coule dans les tympans comme la lave rouge qui apparait alors. Des images déformées de Cannes, vues depuis le haut du tapis rouge, probablement filmées par un homme effrayé qui est devenu un monstre.
    Il y a le cinéma tout court et celui de son auteur, qui se mêlent, s'entremêlent ; bref, c'est tout et rien à la fois, et c'est assez chouette.

    Source : senscritique.com

    Générique détaillé (4)

    Producteur délégué :

    Bruno Pesery

    Scénariste :

    Leos Carax

    Producteur exécutif :

    Albert Prevost

    Directeur de la photo :

    Éric Gautier

    Mentions techniques

    Court métrage

    Genre(s) :

    Fiction, Expérimental

    Langue de tournage :

    Sans paroles

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1997

    Durée :

    9 min

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur et noir & blanc