Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

 

Découvrez le meilleur du jeune cinéma français, partout dans le monde !

 

MyFrenchFilmFestival, c'est parti !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Une ravissante idiote

Une ravissante idiote

Un Long métrage de Édouard Molinaro

Produit par Productions Belles Rives

Sortie en France : 13/03/1964

  • Sommaire

Acteurs (37)

Production et distribution (4)

Production Déléguée :

Productions Belles Rives

Exportation / Vente internationale :

The Bureau Sales

Production Étrangère :

Flora Film

Distribution France :

Société Nouvelle de Cinématographie (SNC)

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Harry Compton, alias Nicolas Sergueievitch Milioukine, est le fils d'une Anglaise et d'un émigré russe, employé de banque distrait et amoureux transi d'une blonde inconnue. Mis en retard par sa cour muette, il perd son travail et décide d'offrir ses services à l'espionnage soviétique. Parallèlement, l'Amirauté, en vue de démasquer le chef des espions en question, se donne un mal fou pour que de faux documents confiés à la garde de Sir Reginald Dumfrey tombent entre leurs mains. C'est précisément le travail que Bagda, espion intermédiaire, confie à l'espion novice Harry (alias Nicolas). Coup de chance : la blonde inconnue, qui se nomme Penny, obtient à grand peine que Harry lui déclare sa flamme, se révèle membre du Parti et couturière à domicile, pour le moment à la disposition de Lady Dumfrey. Il n'y a plus qu'à l'utiliser, ce qui n'offre guère de difficultés théoriques puisqu'elle est, de l'aveu général, aussi stupide que ravissante. Mais Harry (alias Nicolas) est tellement maladroit que les efforts conjugués de Lord Dumfrey, de Bagda et de Penny ont bien du mal à lui mettre en mains le fameux document qui, d'ailleurs, reviendra fidèlement à son dépositaire initial. Peu importe, l'Amirauté va publier sa disparition, afin de jeter le trouble dans le camp adverse. Les espions se liquident mutuellement en série. Nicolas est en bien mauvaise posture. Mais Penny, qui se révèle finalement la moins idiote de tous, sauve la situation. Elle et Harry auront beaucoup de ravissants « petits idiots ».

© Fiches du Cinéma

Propos

Point de vue

L'humour qui devrait régner tout au long du film est le plus souvent absent, car aucun gag ne porte, ce qui finit par créer un malaise. Perkins est charmant, sans plus ; Bardot est naïve jusqu'à la perversité, et son rire particulier au film nous enchante. Malheureusement, E. Molinaro nous la montre trop peu et trop mal. Souhaitons qu'elle ne continue pas à porter des cheveux trop longs, à se déguiser en agent de police ou en capitaine anglais, à rouler des hanches ou à se dévêtir impunément.

Toutes les idées, d'une puérilité désarmante, sont secondées par une maladresse d'exécution. Le film voudrait être une comédie d'espionnage fantaisiste, à la fois drôle et angoissante, charmante et terrifiante, gaie et tendre. Il nous fait plutôt songer à un méli-mélo sentimental à base d'espionnage et d'images d'Epinal. Molinaro a manqué son but.

© Jean-Jacques Arnault, "La Saison Cinématographique 1964".

Générique détaillé (18)

Assistants à la réalisation :

Pierre Cosson, Antoine Jacquet

Auteur de l'œuvre originale :

Charles Exbrayat

Scénaristes :

Georges Tabet, André Tabet, Édouard Molinaro, François Billetdoux

Ingénieur du son :

Robert Biard

Cadreur :

Daniel Diot

Monteurs :

Monique Isnardon, Robert Isnardon

Auteur de la musique :

Michel Legrand

Costumière :

Tanine Autré

Photographe de plateau :

Paul Apoteker

Adaptateur / Dialoguiste :

Édouard Molinaro

Producteur :

Michel Ardan

Directeur de la photo :

Andréas Winding

Assistant opérateur :

André Dubreuil

Directeur de production :

Robert Florat

Scripte :

Hélène Sebillotte

Chef décorateur :

Robert Clavel

Directeur artistique :

Jean André

Régisseurs généraux :

Jacques Pignier, Jean-Philippe Mérand

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie sentimentale

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1964

Sortie en France :

13/03/1964

Durée :

1 h 20 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

28194

Visa délivré le :

13/03/1964

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Noir & blanc

Cadre :

1,85

Format son :

Mono

Interdiction :

Aucune

Affiches (4)

Réalisateur