En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Elle a passé tant d'heures sous les sunlights

Elle a passé tant d'heures sous les sunlights

Un Long métrage de Philippe Garrel

Produit par GIE Philippe Garrel

Sortie en France : 09/10/1985

    Synopsis

    Un acteur, le film en cours de tournage dont il est l'interpète et le même acteur, "double" du réalisateur : Philippe Garrel lui-même, qui intervient devant la caméra. Chassé-croisé de fiction et de fiction-dans-la-fiction, avec pour thème le désarroi du réalisateur devant le départ de Marie, la femme aimée. A quoi se mêle un troisième niveau de fiction qu'on pourrait qualifier de "documentaire" : la rencontre avec Chantal Akerman, le souvenir et l'exemple de Jean Eustache, le dialogue avec Jacques Doillon. Ces fragments ne composent pas un récit, mais ils sont associés souterrainement avec l'obsession de la solitude de l'échec, de la drogue, et finalement de la mort. La seule chance de vie, le seul espoir, c'est peut-être l'enfant du réalisateur, mais Garrel dit ne pas oser le filmer et ne montre de lui que limage fixe, extraite de L'Enfant secret, qui les associe.

    © Saison Cinématographique 1986

    Acteurs (7)

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    GIE Philippe Garrel

    Distribution France :

    Gerick Distribution

    Exportation / Vente internationale :

    GIE Philippe Garrel

    Propos

    Mélange indistinct de cinq rêves fragmentés, ce film tente de raccorder par l'usage du cinéma deux événements majeurs qui viennent de se produire dans la vie de Garrel : la séparation d'avec Nico, sa compagne et sa muse des années 70, et la naissance de Louis, son fils. Autrement dit la mort d'un amour et la naissance d'un autre. Entre les deux se trouve une femme, la mère de l'enfant, réincarnée sous les traits de l'actrice Mireille Perrier.

    Alternants ans aucune indication spatio-temporelle scènes tournées et scènes en tournage (seules l'apparition d'un clap et l'injonction "coupez !" interviennent comme repères relatifs).

    Plus embouti qu'abouti, ...les Sunlights revendique sa mauvaise santé comme un instinct de survie capable de tout emporter, les merveilles comme les déchet. De l'informe surgit alors par intermittence une beauté inaltérable. Mireille Perrier croque en gros plan des pétales de rose et tout-à-coup c'est Chaplin qui arrive jusqu'à nous. Moment de pure grâce, d'amour du cinéma. "Non au grand art car ça laisse sans amour" dit Jacques Bonnafé dans le théâtre aux cotés de Mireille Perrier et de Lou Castel. La beauté écorchée du film se mesure à l'aune de ce cri. La recherche fébrile de l'amour à faire venir et à faire revenir cadre mal avec la grande forme.

    Source : cineclubdecaen.com

    « Il n'y a pas de narration linéaire dans les Sunlights : (...) on me voit par exemple annoncer la naissance de mon fils survenue juste avant le tournage – on voit une photographie – sur laquelle je le tiens dans mes bras – et puis il y a une autre version "rêvée" de l'événement : Bonnaffé ouvre un tiroir, y découvre un polichinelle... ça, c'est une plaisanterie, mais le film fonctionne ainsi : on suit une scène qui a un caractère, mettons, imaginaire et puis elle bifurque vers le réel ou vers le rêve... et c'est ainsi tout au long du film : il y a toujours ces trois niveaux : rêve, réalité, imaginare (disons imaginaire "écrit", scénarisé), avec parfois des points de jonction.
    (Philippe Garrel, "Une camera à la place de cœur")

    Ce film fragmenté raconte les deux événements majeurs qui viennent d'avoir lieu dans la vie du cinéaste : la séparation d'avec Nico et la naissance de son enfant, Louis . Ce film est dédié à Jean Eustache.

    Générique détaillé (7)

    Producteur délégué :

    Philippe Garrel

    Directeur de la photo :

    Pascal Laperrousaz

    Monteur :

    Philippe Garrel

    Auteur de la musique :

    Nico

    Scénariste :

    Philippe Garrel

    Ingénieur du son :

    Jean-Pierre Laforce

    Scripte :

    Brigitte Sy

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Experimental

    Thèmes :

    Amour, Cinéma

    Langue de tournage :

    Français

    Autre pays coproducteur :

    France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français (France)

    Année de production :

    1985

    Sortie en France :

    09/10/1985

    Durée :

    2 h 10 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    60.349

    Visa délivré le :

    31/12/1985

    Agrément :

    Inconnu

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    T-Mobile New Horizons International Festival (Wroclaw) - 2015

    T-Mobile New Horizons International Festival (Wroclaw) (Pologne, 2015)

    Sélection

    Retrospective Philippe Garrel