Le Sang d'un poète

Le Sang d'un poète

Un Long-métrage de Jean Cocteau

Sortie en France : 20/01/1930

  • Sommaire

Acteurs (5)

Production et distribution

Exportations / Ventes internationales :

Robur D.A., StudioCanal Films Limited

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Une cheminée d'usine s'apprête à tomber. Durant ce temps, dans la chambre d'un poète, une statue sans bras s'anime brusquement. Cette dernière l'invite à plonger dans un miroir et de découvrir un autre monde. Des lieux et des personnages étranges s'offrent à lui : un couloir d'hôtel borgne, une fumerie d'opium, une chambre où l'on donne une leçon de vol à une jeune fille, un hermaphrodite, etc. Le poète s'arrache à ses fascinations malsaines et non sans mal regagne sa chambre. Il détruit la statue, après quoi il devient statue lui-même.

Propos

Production et réception

Le vicomte Charles de Noailles est le mécène du Sang d’un poète, premier film de Jean Cocteau avec un budget d'un million de francs. Il lui commande un film d’animation, et un autre en prise de vue réelle à Luis Buñuel qui réalisera ainsi L'Âge d'or. Cependant, Cocteau, conscient des difficultés que représentent les techniques du cinéma d’animation, propose « de faire un film [en images réelles] aussi libre qu’un dessin animé, en choisissant des visages et des lieux qui correspond[ent] à la liberté où se trouve un dessinateur inventant un monde qui lui est propre ». L’âge d’or et Le Sang d’un poète, tous deux aidés par le Vicomte de Noailles, sont associés au surréalisme, ce que Cocteau a toujours rejeté pour son film. Il est également accusé par des critiques d’avoir « copié sur L’Âge d’or », ce qu’il nie complètement, allant même jusqu’à dire qu’il n’a pas vu le film de Buñuel avant d’avoir terminé son propre film. Le film n’est pas sorti dans l’immédiat car l’image qu’il donnait de la bourgeoisie n’était pas du tout apprécié par le Vicomte de Noailles et sa femme. Les critiques du film ont évolué au cours des années, arrivant aujourd’hui à le considérer comme une œuvre incontournable.

Commentaire

Le Sang d’un poète laisse entrevoir la suite des œuvres de Cocteau telles qu’Orphée ou Le Testament d'Orphée, à travers des thèmes et des symboles qui lui sont chers tels que la mort, le miroir ou les étoiles. Cocteau nous présente certainement ici son film le plus personnel, où il décrit les souffrances du poète et les affres de la création. En l’espace d’un instant, alors que s’écroule une cheminée, le film se déroule à « la manière dont les souvenirs s’enchaînent et se déforment chez l’homme qui marche et qui dort debout ». Pour Cocteau, son film « n’est qu’une descente en soi-même, une manière d’employer le mécanisme du rêve sans dormir, une bougie maladroite, souvent éteinte par quelque souffle, promenée dans la grande nuit du corps humain. » La temporalité du film est intérieure, semblable à celle d’un rêve. Les événements se déroulent comme ils peuvent le faire dans l’esprit humain, ils s’enchaînent les uns les autres dans une logique qui échappe au spectateur, en dehors de toute linéarité.

Source : Wikipedia

Photos (6)

Générique détaillé (6)

Producteur :

Vicomte Charles de Noailles

Ingénieur du son :

Henri Labrely

Auteur de la musique :

Georges Auric

Scénariste :

Jean Cocteau

Décorateur :

Jean D'Eaubonne

Chef opérateur :

Georges Perinal

Mentions techniques

Long-métrage

Genre(s) :

Fiction, Expérimental

Sous-genres :

Drame, Conte & Mythe, Fable, Fantastique

Thèmes :

Poésie, Surréalisme

Langue de tournage :

Français

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français

Année de production :

1929

Sortie en France :

20/01/1930

Durée :

55 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

31516

Visa délivré le :

21/04/1966

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Noir & blanc

Cadre :

1,37

Format son :

Mono