En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Le Grand Méliès

Un Court métrage de Georges Franju

Produit par Armor Films

Année de production : 1952

    Synopsis

    La petite fille de Méliès commente, off, la fin de vie de son grand-père, Georges Méliès et de sa grand-mère, Jeanne d'Alcy, dans une maison de retraite à Orly en 1937. "Une vie de gentillesse et de bonté qui n'aurait pas dû se terminer ainsi. Fameux magicien et pionnier du cinéma, Méliès fut oublié depuis la grande guerre et retrouvé en 1928 à la gare Montparnasse où il tenait une boutique de jouets".

    Là, Méliès (joué dans le film par son fils André Méliès) reçoit la visite de deux jeunes garçons qui souhaitent acheter une trompette. Ils n'ont pas d'argent, Méliès la leur donne, leur fait des tours de magie, leur donne des bonbons tout en leur faisant un peu peur en faisant disparaître son visage derrière un masque de fleurs.

    Quarante ans plus tôt, Georges Méliès faisait son spectacle au théâtre Robert Houdin. Ayant pris conscience immédiatement du potentiel du cinéma qui mettait le monde à portée de main, il tente vainement d'acheter son invention à Louis Lumière. Devant son refus, il fabrique une caméra et construit bientôt le premier studio de cinéma. Il triomphe en 1902 avec le voyage dans l lune puis en 1906 avec Les quatre cents farces du diable. Mais c'est ensuite l'oubli et la vie difficile comme marchand de jouets.

    En ce jour de 1953, sa femme vient fleurir sa tombe.

    Source : cineclubdecaen.com

    Acteur

    Participante

    Production et distribution

    Production Déléguée :

    Armor Films

    Propos

    Au début des années cinquante, Georges Franju réalise un court métrage sur la vie de Georges Méliès, pionnier du cinéma qui n’était pas, alors, pleinement reconnu. Ce film de 31 minutes est assez émouvant car le rôle de Méliès est tenu par son fils, André. Même s’il n’est visiblement pas un acteur, celui-ci donne un certain souffle au film, aidé par la présence de la seconde femme du réalisateur, Jeanne d’Alcy qui, à 87 ans, joue son propre rôle. Aucun texte n’est dit par les acteurs ; la narration est donnée en voix-off par François Lallement, collaborateur de Méliès à l'époque et parfois acteur. Le film retrace la vie du réalisateur dans ses grandes lignes, reconstitue la fameuse rencontre avec Louis Lumière, recrée le premier lieu de tournage en plein air, explique quelques trucages (notamment la tête qui grossit dans L’homme à la tête de choux) et la fin de Méliès comme vendeur de bonbons et de jouets à la Gare Montparnasse, le tout agrémenté d’extraits de quelques films, notamment du Voyage dans la Lune. L’ensemble est un peu austère mais constitue un bel hommage à ce grand pionnier du cinéma.

    Source : films.blog.lemonde.fr

    Générique détaillé (8)

    Assistants à la réalisation :

    Michel Worms, Roland Coste

    Ingénieur du son :

    Pierre Vuillemin

    Monteur :

    Roland Coste

    Auteur de la musique :

    Georges Van Parys

    Directeur de la photo :

    Jacques Mercanton

    Assistant opérateur :

    Max Lechevallier

    Décorateur :

    Henri Schmitt

    Participante :

    Jeanne d'Alcy

    Mentions techniques

    Court métrage

    Genre(s) :

    Documentaire

    Thèmes :

    Cinéma

    Langue de tournage :

    Français

    Autre pays coproducteur :

    France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français (France)

    Année de production :

    1952

    Durée :

    32 min

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono