En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Histoires extraordinaires

Histoires extraordinaires

Un Long métrage de Jean Faurez

Produit par Armor Films, Interfrance

Sortie en France : 27/10/1949

    Synopsis

    Dans un corps de garde, des agents de police racontent des histoires invraisemblables...

    D'après Edgar Poe et Thomas de Quincey, quatre courts métrages :

    La Barrique d'Amontillado (17')  : C’est avec le miel qu’on prend les mouches. Fortunato aurait dû se rappeler ce sage précepte lorsqu’un ami l’entraîna, à moitié ivre, dans une cave profonde afin de goûter du vin d’Amontillado. Il eut évité le désagrément d’être brusquement enchaîné puis emmuré vivant par son “ami” qui le fit délivrer par la police vingt ans plus tard… en exécution de ses dernières volontés.

    Le Cœur révélateur (14') : Si le mobile du crime conduit souvent à l’assassin, ce jeune homme bien rangé pouvait être tranquille. Qui le soupçonnerait, en effet, d’avoir tué son vieil ami dont le seul tort était d’avoir l’œil droit recouvert d’une taie qui l’effrayait et le fascinait tout à la fois.
    Mais par un étrange et juste retour des choses, comment pouvait-il supposer que le cœur de sa victime continuerait de battre pour lui seul, et si fort dans sa tête que pour tenter de s’en délivrer, il avouerait son crime ?

    Invitation à la valse (15') : Il y avait deux gorges à trancher dans ce pensionnat que Noël avait vidé de ses éléments à l’exception de deux d’entre elles.
    Aprés les avoir attirées en jouant au piano ”l’invitation à la valse”, Guillaume l’Egorgeur serait certainement parvenu à ses fins si, pour son plaisir, il n’avait prolongé inutilement l’angoisse de ses futurs victimes.
    Fatale imprudence qui fit du loup une bête traquée qui n’eut bientôt d’autre ressource que de s’ouvrir la gorge. Ce qu’il fit comme à son habitude avec le plus grand soin.

    La Résurrection de Barnabé (24') : Nul n’aurait jamais su ce qu’était devenu Barnabé, le vieil anglais, si la venue d’une caisse de bouteilles de “Château-Margaux”, commandée avant de disparaître, n’avait servi de prétexte à réunir ses amis. A la fin du repas, on ouvrit la caisse. Horreur ! Elle contenait le cadavre de Barnabé. Tous s’enfuirent à l’exception d’un seul : l’assassin, qui mourut de saisissement devant le valet de Barnabé qui avait organisé cette funèbre mise en scéne pour le confondre.

    Acteurs (24)

    Production et distribution (3)

    Productions Déléguées :

    Armor Films, Interfrance

    Distribution France :

    Association Internationale Cinématographique (AIC)

    Exportation / Vente internationale :

    Armor Films

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Générique détaillé (9)

    Producteurs délégués :

    Fred Orain, Joseph Daniloff, Jean Trillat

    Dialoguiste :

    Guy Decomble

    Directeur de la photo :

    Louis Page

    Monteuse :

    Suzanne De Troeye

    Auteur de la musique :

    Georges Van Parys

    Assistant à la réalisation :

    Pierre Chevalier

    Auteurs de l'oeuvre originale :

    Edgar Allan Poe, Thomas De Quincey

    Ingénieur du son :

    Roger Cosson

    Décorateurs :

    Henri Schmitt, René Moulaert

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Film à sketches

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1949

    Sortie en France :

    27/10/1949

    Durée :

    1 h 30 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    8879

    Visa délivré le :

    09/06/1994

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc