En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Homme de Rio

L'Homme de Rio

Un Long métrage de Philippe de Broca

Produit par Les Films Ariane, Les Productions Artistes Associés

Sortie en France : 05/02/1964

  • Sommaire

Acteurs (15)

Production et distribution (4)

Productions Déléguées :

Les Films Ariane, Les Productions Artistes Associés

Exportation / Vente internationale :

TF1 Studio (ex-TF1 International)

Production Étrangère :

Dear Film

Distribution France :

United Artists

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (2)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Permissionnaire de l'armée de l'air, Adrien arrive pour une semaine à Paris. Le même jour, une statuette indienne a été volée au Musée de l'Homme. le professeur Catalan, chef de la section, se désole et Agnès, fille de l'un de ses anciens collègues, vient le consoler. Catalan a beaucoup d'affection pour Agnès. Mais celle-cî est pratiquement fiancée à Adrien. Lequel Adrien arrive chez Agnès pour la voir enlevée à son tour. Comme il ne veut pas de ce genre d'histoires, il court après, et cela le mène jusqu'à Rio. Là, il la délivre des griffes de ses ravisseurs qui l'avaient droguée. Par elle, il apprend que le professeur aurait également été kidnappé ; que le père d'Agnès a autrefois caché dans un jardin de Rio une statuette semblable à celle qu'on a volée, et que c'est sans doute là la raison de son enlèvement. Comme il existe une troisième statuette, il n'y a pas de raison que cela s'arrête, si l'on n'y met bon ordre. Heureusement, ils retrouvent la seconde statuette. Malheureusement, ils se la font voler. Heureusement, ils retrouvent le professeur. Malheureusement, celui-ci se révèle être le chef des ravisseurs. Heureusement, ils préviennent le possesseur de la troisième statuette. Malheureusement, le professeur Catalan enlève statuette et fillette. Heureusement, Adrien suit toujours la piste. Et, après beaucoup de bagarres, de poursuites et de fatigues, cela finit comme chacun l'espérait : Catalan, qui devait grâce aux statuettes découvrir un trésor, n'en profitera jamais. Pas plus d'ailleurs qu'Adrien ni Agnès, mais ça leur est bien égal : ils s'aiment. Et Adrien sera à l'heure pour reprendre le train des permissionnaires.

© Fiches du Cinéma

Propos

Inspiration et influence

Les scénaristes n'ont pas fait mystère de s'être allègrement inspiré des Aventures de Tintin : le Musée de l'Homme inspiré du Musée ethnographique de "L'Oreille cassée" ou les fléchettes empoisonnées provenant du même album, l'échappée à flanc de façade de "Tintin en Amérique", la relation avec le jeune indigène du "Lotus bleu", le faciès et l'aspect de certains personnages féminins (comme la tante et la domestique d'Agnès, la concierge de Catalan ou la touriste américaine accompagnée de son petit chien). La chasse aux trois fétiches qui cachent trois parchemins, ceux-ci assemblés mènent au trésor de pierres précieuses. Comme dans "Le Secret de la Licorne", il faut superposer les parchemins face à une source de lumière pour voir apparaître les instructions. C'est de la lumière que viendra la lumière devient dans le film Tout vient de la lumière. Une malédiction plane sur les trois explorateurs tout comme dans "Les Sept Boules de cristal" où les sept explorateurs ayant ramené la momie sud-américaine sont également victimes d'une malédiction. Dans le même album, Tintin et Haddock ont de grandes difficultés pour installer la capote de la voiture, comme Adrien et Agnès.
    Certaines idées ont été reprises par Steven Spielberg, qui d'ailleurs ne s'en est jamais caché, pour sa trilogie Indiana Jones.
    Une autre inspiration de ce film se trouve dans les films d'Alfred Hitchcock que sont Les 39 marches et La Mort aux trousses. Bien que l'intrigue emprunte davantage à l'univers de Tintin et de Bob Morane, on y retrouve le procédé du MacGuffin, la course effrénée à la poursuite d'un objet avec des rebondissements qui soutiennent l'attention du spectateur.

Autour du film

    Au début du film, l'appartement d'Agnès où Adrien vient la rejoindre et où elle se fait enlever, se trouve sur l'île Saint-Louis, rue de Bretonvilliers.
    Le film fut nommé pour l'Oscar du meilleur scénario original à la 37e cérémonie, qu'il n'obtint pas.
    Une partie du film a été tournée à Brasilia, qui était alors en construction et quasi déserte.
    On voit dans le film une superbe séquence de décollage d'un hydravion Consolidated PBY Catalina. Dans la séquence suivante où Adrien vole un petit avion pour s'élancer à la poursuite de l'hydravion, on voit furtivement un B-17 Flying Fortress
    Belmondo a réalisé lui-même toutes les cascades et sans protection, notamment celle où il change de chambre en passant par l'extérieur de la façade de l'hôtel sur Copacabana. Ou encore celle où il passe d'un immeuble à l'autre suspendu à un câble et pendant laquelle il a eu une défaillance l'obligeant à revenir en arrière.
    Le film montre la vie quotidienne en France dans les années 60 : les appartements, trains, avions (DC-8, Douglas Constellation…), aéroport d'Orly…

Répliques culte

- Ça me rappelle Charleroi, mais dans le bon sens ! dit un général en fauteuil roulant poussé à toute vitesse par Adrien.

- De quelle couleur je veux la voiture (pour aller à Brasília) ? se demande Agnès
- Rose ! Avec des étoiles vertes ! répond Adrien énervé
…Et sur le plan suivant on voit le couple en route pour Brasília dans une voiture rose avec des étoiles vertes

- Un déserteur qui voyage dans une voiture volée avec une hystérique, de deux choses l'une : ou c'est un névropathe ou c'est un blasé. Choisis !

- Quelle aventure! (dernière réplique d'Adrien à la gare de Lyon, apprenant que son copain de chambrée Lebel a mis 3 heures pour venir de Viroflay)

Source : Wikipedia

Générique détaillé (14)

Assistant à la réalisation :

Olivier Gérard

Producteurs :

Georges Dancigers, Ariane Mnouchkine

Directeur de la photo :

Edmond Séchan

Assistants opérateurs :

Guy Delattre, Philippe Brun

Monteuse :

Françoise Javet

Scripte :

Lucile Costa

Casting :

Maurice Hartwig

Dialoguiste :

Daniel Boulanger

Scénaristes :

Jean-Paul Rappeneau, Ariane Mnouchkine, Philippe de Broca, Daniel Boulanger

Ingénieur du son :

Jacques Maumont

Cadreur :

Jean-Paul Schwartz

Assistants monteurs :

Ghislaine Desjonqueres, Nicole Gauduchon

Auteur de la musique :

Georges Delerue

Régisseur général :

Roberto Bakker

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Action, Aventure, Comédie

Thèmes :

Voyage

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1963

Sortie en France :

05/02/1964

Durée :

1 h 50 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

27543

Visa délivré le :

19/02/1964

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,66

Format son :

Mono

Interdiction :

Aucune

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals (4)