En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Entrée des artistes

Entrée des artistes

Un Long métrage de Marc Allégret

Produit par Regina Films

Sortie en France : 06/10/1938

    Synopsis

    Dans une classe d'art dramatique au Conservatoire, une intrigue sentimentale rapproche et sépare a la fois trois élèves : François, Coecilia et Isabelle. Coecilia aime François, mais celui-ci est épris d'Isabelle. Coecilia en conçoit une jalousie profonde que son talent de comédienne lui permet de dissimuler. Un soir elle retient François loin de Paris et d'Isabelle. Le lendemain, au milieu du concours où elle joue avec François une scène d'empoisonnement, Coecilia meurt réellement empoisonnée. Tout accuse François ; lorsque les aveux d'un jardinier à demi fou expliquent comment Coecilia a maquillé en crime son suicide. Le mariage de François et d'Isabelle est résolu.

    © Fiches du Cinéma

    Acteurs (34)

    Production et distribution (3)

    Production Déléguée :

    Regina Films

    Distribution France :

    Filmsonor Marceau

    Exportation / Vente internationale :

    Editions René Château

    Propos

    A propos du film

    Les interventions de Louis Jouvet auprès de ses élèves sont la seule vraie partie intéressante du film. Son discours aux parents adoptifs d'Isabelle manque singulièrement d'humanité et sacrifie aux mots d'auteurs aussi spirituels que vains. Si l'amour sincère et frémissant d'Isabelle sonne juste, on a en revanche bien du mal à croire en la sincérité de François. La fin, qui sacrifie le pulsionnel Dominique sur l'autel de l'amour bien gentil, fait triompher les sentiments les plus conventionnels... Un comble pour un film censé parler du théâtre.

    Les accessoires, la vérité du personnage et le respect du texte.

    L'intérêt du film réside donc principalement dans sa partie documentaire du cours de Jouvet au conservatoire. Il y a, d'une part, l'audition de Juliette dans une courte séquence de La mégère apprivoisée puis une grande séquence de trois répétions successives d'élèves sous l'œil caustique de Lambertin. Celui-ci enseigne trois grands principes à ses élèves : l'attention aux accessoires, trouver la vérité du personnage et le respect absolu du texte.

    Jouvet-Lambertin est souvent cruel avec ses élèves : "Son regard est stupide mais l'œil est vif. Il y a dans son regard une grande lueur d'inintelligence" (à propos de Juliette attendant avant sa scène de La mégère apprivoisée) puis à Pescani : "Tu joues mollement. Tu t'installes confortablement dans un métier où il n'y a pas de confort. Tu es bourgeois. En scène, tu fais du tricot". Il s'amuse aussi du commentaire de François, son élève préféré, sur le jeu de ses camarades, qu'il désapprouve pourtant : "Je te remercie. Tu ferais un excellent critique : tu parles fort bien de ce que tu connais mal."

    Ses conseils portent d'abord sur le respect de la vérité du lieu et des accessoires. Pescani ne devrait pas oublier de fermer la porte imaginaire... ni oublier de l'avoir ouverte avant de la fermer. Il y a aussi la façon de tenir le missel dans la troisième répétition, celle des Caprices de Marianne. "...et moi je trouve qu'elle l'a pourtant fort bien jouée sa scène. Une observation pourtant Micheline. A la fin de la tirade, tu dis que tu as un livre de messe à la main alors, observe-toi, tu ne remarques rien ? Pourquoi tiens-tu sous le bras, un livre que tu prétends tenir à la main. Penses à ce que tu dis !". "J'y pense maitre". "Alors penses à ce que tu fais : un missel, ça ne se tient pas sous le bras comme un dossier de notaire". "Je n'ai pas confiance en moi". "Qu'est-ce que ça fait si tu as confiance dans ton personnage."

    La vérité du personnage que l'acteur doit trouver a fait l'objet d'une remarque dans la première répétition : "... Mireille, mon petit, ce n'est pas mal, mais tu es un peu trop coquette. Tu as de très jolies jambes et je t'en félicite mais ton rôle n'est pas un rôle à jambes, c'est un rôle de sentiments. Il faut qu'on oublie les jambes". Il épinglera aussi cruellement Jérôme, incapable de prononcer juste son "Vous, c'est vous" car il le joue surpris et non pas amoureux. C'est peut-être cependant là l'une des limites de l'enseignement de Jouvet qui a tendance à enfermer les acteurs dans un style : personnage d'amoureux, de jeune première, de coquette... La vibrante Juliette avait pourtant évoqué la facilité à jouer des personnages qui sont très éloignés d'elle, contrairement à l'amoureuse qu'elle aimerait être mais dont elle n'a pas l'expérience qu'elle juge nécessaire."

    La seconde scène répétée, Nuit d'octobre, a pour but d'épingler les acteurs qui ne connaissent pas parfaitement leur texte. Dire "que l'on voit s'évanouir avec la rosée" n'est pas la même chose que "... qu'avec la rosée, on voit s'évanouir". Cela fait bondir Lambertin : "Il y a dans les théâtres comme dans les épiceries une honnêteté professionnelle qui consiste à ne pas tromper le public. Il faut d'abord savoir son texte. Si tu voles ici une rime, là un alexandrin, le public finira par s'apercevoir qu'il n'y a pas le poids et tu perdras ta clientèle. Et, la prochaine fois, n'oublie pas de mettre la rosée au début et l'évanouissement à la fin."

    Jean-Luc Lacuve le 06/03/2012.

    Source : cineclubdecaen.com

    Générique détaillé (12)

    Assistant à la réalisation :

    Louis Jourdan

    Scénaristes :

    Henri Jeanson, André Cayatte

    Ingénieur du son :

    Georges Leblond

    Directeur de production :

    Georges Jouanne

    Décorateurs :

    Alexandre Trauner, Jacques Krauss

    Photographes de plateau :

    Henri Pecqueux, Roger Kahan

    Adaptateurs / Dialoguistes :

    Henri Jeanson, André Cayatte

    Directeurs de la photo :

    Christian Matras, Robert Juillard

    Cadreur :

    Ernest Bourreaud

    Scripte :

    Madeleine Lefèvre

    Auteur de la musique :

    Georges Auric

    Régisseur général :

    Lucien Pinoteau

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie dramatique

    Thèmes :

    Spectacles, Théâtre

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1938

    Sortie en France :

    06/10/1938

    Durée :

    1 h 39 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    621

    Visa délivré le :

    30/09/1939

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,37

    Format son :

    Mono

    Affiches (3)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    Mostra internationale de cinéma de Venise - 1938

    Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1938)

    Sélection

    Compétition Officielle