En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Manon

Manon

Un Long métrage de Henri-Georges Clouzot

Produit par Alcina

Sortie en France : 09/03/1949

  • Sommaire

Acteurs (41)

Production et distribution (3)

Production Déléguée :

Alcina

Distribution France :

Les Films Corona

Exportation / Vente internationale :

Cinexport

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Synopsis

A bord d'un cargo qui vient de quitter Marseille, l'équipage découvre un couple de jeunes gens mêlés à une troupe d'Israélites. Conduits devant le capitaine, Robert Des Grieux et Manon Lescaut racontent leur affreuse histoire. Ils se sont rencontrés au jour de la Libération dans une ville en ruines. Manon allait payer ses complaisances avec l'occupant. Des Grieux, F.F.I., était commis à sa garde. Ce fut un jeu de le séduire et de s'évader en sa compagnie. Ce fut alors la désertion. Puis toutes sortes de compromissions. Des sommes folles gagnées sans scrupules ne purent retenir Manon qui, poussée par son frère Léon Lescaut, s'apprêtait à quitter son amant pour épouser un riche Américain, qu'elle n'aimait pas. Des Grieux, devenu enfin clairvoyant, étrangla Léon et s'enfuit. Manon le rejoignit. Ils se sont introduits nuitamment à bord du cargo. Le capitaine, écoeuré par ce récit, laisse débarquer les deux jeunes gens avec les Israélites. A terre, un douloureux exode les attend, la caravane est bientôt massacrée par des Bédouins : Manon blessée meurt. Des Grieux la suivra bientôt.

© Fiches du Cinéma

 

Propos

1949 : LION DE SAINT MARC GRAND PRIX INTERNATIONAL DE VENISE POUR LE MEILLEUR FILM

---

Point de vue

Remis en selle par le succès de Quai des Orfèvres après les remous provoqués par Le Corbeau, Clouzot enchaînait avec ce fort étrange film qu'est Manon. Si on devine que le contenu de Manon dû faire grincer quelques dent, on ressent grandement la différence avec Le Corbeau sorti sous l'Occupation où l'écho contemporain du propos sur la calomnie et la délation bien qu'explicite évitait les allusions directes au contexte. Clouzot transpose ici le roman "L’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut" dans une France au lendemain de la Libération.

L'intérêt est donc de voir en arrière-plan de la relecture du récit classique le portrait peu reluisant que le réalisateur fait du pays. Les bas-instinct et les rancœurs longtemps contenues explosent dès la sordide scène de lynchage dont réchappe Manon mais dont nous seront néanmoins témoin de la violence, à distance avec d'autres femmes du village promenée nues et tondues.

Lorsque le couple Degrieux/Manon s'enfuit à Paris, le visage de la capitale semble tout aussi vicié par le passage des allemands. Les profiteurs enrichi du marché noir circulent librement et flambent au grand jour tandis que le reste de la population végète. A l'image du personnage corrompu de Serge Reggiani, les magouilleurs à la petite semaine sont également plus préoccupés par leur réussite personnelle dans des affaires douteuse que par la reconstruction du pays.

Tous ses éléments se définissent à travers la tumultueuse relation entre Manon et Degrieux. Dès le départ, l'équilibre du couple semble ténu entre la candeur romantique et une vraie noirceur. Outre la rencontre déjà discutable où Degrieux sauve Manon du lynchage, la scène de coup de foudre est trop soudaine (et plus semblable à du désir qu'à de l'amour) et maladroite, Clouzot exprimant d'emblée la fragilité de cette relation par le regard inquisiteur des figures religieuse de l'église où a lieu cette première étreinte. Enfant de l'Occupation qui a connu la pauvreté et les privations (et dont il est sous-entendu qu'elle a frayée avec des soldats allemands), Manon (Cécile Aubry) veut désormais tout et tout de suite.

L'argent, les fêtes, les beaux appartements et la grande vie quitte à trahir plus d'une fois l'homme qu'elle aime. Degrieux représente aussi une forme de renoncement puisque ancien résistant, il reniera ses principes et tout amour propre par sa folle passion pour Manon dont il doit assurer le train de vie pour ne pas la perdre. C'est un Paris des bas-fonds, vivace avant-guerre et le seul à prospérer sans changer ses habitudes qui est montré là entre maisons closes luxueuses, séduction des uniformes au pouvoir par intérêt les officiers américain remplaçant les allemands, trafics de vin et cigarettes toujours aussi vivace. Clouzot dresse un portrait cinglant de cette population qui semble mieux accepter ce regard sans concession au vu de l'accueil critique du film, Lion d'or à Venise et lauréat du Prix Méliès en France.

Si la toile de fond est passionnante, on ne peut en dire autant de la trame principale. Le scénario ménage tout ce qu'il faut d'ambiguïté, de romantisme sincère et de cruauté mais ne captive pas la faute au manque de charisme des interprètes. Michel Auclair exprime une vraie fragilité mais son jeu est trop unilatéral et monolithique pour susciter un vrai intérêt. Pour le coup Serge Reggiani parfait en grand frère escroc aurait bien mieux su pousser la nature pathétique et humiliante de Degrieux. Pour Manon il aurait également fallut une actrice captivante capable d'égale manière d'exprimer la fragilité et l'égoïsme du personnage, détestable et attrayante à la fois.

Cécile Aubry avec son physique étrange et séduisant de femme enfant (que Clouzot exploite bien mieux que le pauvre Henry Hathaway qui ne sut qu'en faire sur La Rose Noire) est plutôt à l'aise en mauvaise fille attirée par la lumière mais trop maniérée et forcée dans les scènes sentimentales. Cela marche parfois vu le double jeu et les multiples trahisons de Manon mais hormis la belle scène où elle traverse tout un train pour retrouver Robert, pour le reste on est plus atterré qu'ému par cette romance. La narration en flashback (pour les trois quart du film) rate ainsi le coche puisque l'on a du mal à comprendre la compassion du capitaine du bateau pour le couple après un tel récit. Dans un registre voisin, Mylène Demongeot était autrement plus convaincante dans L'Inassouvie de Dino Risi, assez proche du Clouzot.

La dernière partie est à l'image des défauts et qualités de ce qui précède. Un aspect historique captivant et peu vu à l'époque avec l'arrivée de la diaspora en juive en Israël (et l'accueil sanglant qui annonce des décennies de conflits) qui perd de sa force par la présence du couple. La conclusion s'avère ainsi particulièrement interminable (malgré la beauté formelle des séquences de traversée du désert) avec un pathos bien lourd et forcé qui échoue dans sa tentative de transcender le destin des personnages.

Source : chroniqueducinephilestakhanoviste.blogspot.fr

Générique détaillé (6)

Producteur :

Paul-Edmond Decharme

Directeur de la photo :

Armand Thirard

Auteur de la musique :

Paul Misraki

Scénaristes :

Henri-Georges Clouzot, Jean Ferry

Monteuse :

Monique Kirsanoff

Chef décorateur :

Max Douy

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Langue de tournage :

Français

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français

Année de production :

1948

Sortie en France :

09/03/1949

Durée :

1 h 40 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

6974

Visa délivré le :

11/02/1949

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Noir & blanc

Cadre :

1,37

Format son :

Mono

Interdiction :

Aucune

Affiches (2)

Réalisateur

Sélections en festivals

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1949

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1949)

Sélection

Compétition Officielle

Palmarès (2)