En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Ivresse du pouvoir

L'Ivresse du pouvoir

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par Alicéleo

Sortie en France : 22/02/2006

    Synopsis

    Jeanne Charmant Killman, juge d'instruction, est chargée de démêler et d'instruire une complexe affaire de concussion et détournements de fonds mettant en cause le président d'un important groupe industriel. Au fur et à mesure de ses investigations et de ses interrogatoires, elle comprend que son pouvoir s'accroît : plus elle pénètre de secrets, plus ses moyens de pression augmentent. Mais dans le même temps, et pour les mêmes raisons, sa vie privée se fragilise.
    Et bientôt vont se poser à elle deux questions fondamentales : jusqu'où peut-elle augmenter ce pouvoir sans qu'elle ne se heurte à un pouvoir plus grand que le sien ?
    Jusqu'où la nature humaine peut-elle résister à l'ivresse de ce pouvoir ?
    Peut-être en sortira-t-elle brisée ?

    Acteurs (32)

    Production et distribution (5)

    Production Déléguée :

    Alicéleo

    Production Étrangère :

    Integral Films

    Distributions France :

    Wild Bunch Distribution, Pan-Européenne

    Coproductions :

    Ajoz Films, France 2 Cinéma

    Exportation / Vente internationale :

    Wild Bunch

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (27)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Point de vue

    Claude Chabrol refuse de classer L'ivresse du pouvoir parmi les films politiques, rappelant au passage que tout est politique (hélas !) jusqu'au choix du sujet d'un film. Il est vrai que L'ivresse du pouvoir ne dénonce rien. On n'y apprend rien de plus que ce que l'on savait déjà par les journaux sur l'affaire Elf.

    Chabrol précise qu'il s'agit de créer un espace qui n'est pas tout à fait celui du réel ni tout à fait celui de la fiction :

    "On s'est (...) arrangé pour ne nommer aucune personne réellement existante : il s'agit donc d'un univers entièrement fictif ! (...) Quand j'ai décidé de faire ce film, j'ai commencé par dresser une liste des pièges à éviter, et notamment celui de l'identification immédiate et celui de l'imaginaire absolu. Car, de toute évidence, si le film n'avait aucun rapport avec la réalité, il n'aurait guère d'intérêt... En fin de compte, ce qui m'intéressait était de prouver la vraisemblance des événements qu'on relate par une réalité proche." Le film s'ouvre d'ailleurs par un malicieux avertissement : "Toute ressemblance avec des faits réels et des personnages connus serait, comme on dit, fortuite..."

    Ce que décrit Chabrol est donc moins la vérité sur l'affaire Elf qu'une transformation de l'affaire Elf en comédie du pouvoir.

    Pour détacher les personnages de la réalité, il les affuble de noms théâtraux symboliques. La juge d'instruction s'appelle Jeanne Charmant (nom qui rappelle forcément celui d'Eva Joly, en charge du dossier Elf). Il confit le rôle du patron mis en examen à François Berléand, comédien à la barbe grisonnante, dont les traits rappellent singulièrement ceux de l'ex-PDG du groupe pétrolier Loik Le Floch Prigent (l'un comme l'autre sont d'ailleurs affectés d'une maladie de peau). Le cinéaste a confié le rôle d'un homme politique impliqué dans cette affaire à... Roger Dumas (Roland Dumas n'est pas loin...). De même, le personnage qu'incarne Philippe Duclos a pour patronyme Holéo, terme qui évoque le secteur d'activité de la société Elf. Le K de Erika vaut sans doute pour celui de Laurence Vichniewsky. Chabrol dévoile aussi le pourquoi du nom de Descart pour le sénateur du Nord. En Hauts-de-Seine, l'université financée par le département s'appelle Descartes. Or le dix-septième siècle avait deux grands esprits : Descartes et Pascal ... Pascal-Pasqua ça sonne un peu pareil non ?

    Chabrol ne dénonce pas une réalité existante, il se sert de la réalité pour proposer une bien plus universelle condamnation du pouvoir à la manière, par exemple, de Beaumarchais dans Le mariage de Figaro.

    Les juges Eva Joly et Laurence Vichniewsky qui ont condamné le film sous le prétexte qu'il banalisait la corruption en sont sans doute resté au premier niveau du scénario. Chabrol ne vise effectivement pas, comme elles l'ont remarquablement fait, à déboulonner tel ou tel dirigeant. La-dessus Chabrol pourrait paraître désabusé lorsqu'il fait dire à Jeanne à la fin du film lorsqu'elle abandonne la partie : "Après-tout qu'ils se démerdent".

    Chabrol conduit au contraire un grand film expressionniste où l'ombre s'oppose à la lumière. La lumière c'est le travail du jour accompli par Jeanne qui reçoit dans son bureau ou perquisitionne.

    L'ombre c'est lorsqu'elle quitte le bureau tard le soir, qu'elle retrouve son mari dans la pénombre de leur appartement (s'il remplace les ampoules du lustre alors que celles-ci fonctionnent encore, c'est parce qu'il sait que l'ombre menace) ou qu'elle retrouve au petit matin son bureau saccagé. L'ombre c'est aussi celle de restaurants discrets où se manigancent les corruptions (seul un air d'opéra peut les faire taire, les éloigner). L'ombre c'est enfin celle qui accueille, le soir sur la terrasse, le jeune héritier d'une banque parmi les puissants corrompus et qui traduit la prolifération infernale du mal.

    Ce combat ombre contre lumière est le même que celui mené par Cronenberg dans A history of violence ou celui de de Roméro dans Le territoire des morts. Comme ce dernier, Chabrol fait le constat de relations sociales qui n'ont plus rien d'humaines : le pouvoir dans sa dimension actuelle doit être rejetté : c'est ce que fait le neveu de Jeanne, attitude certes, comme le dit Chabrol, pas très courageuse mais humaine. Chroisir un autre terrain de combat, c'est également le sens de la dernière phrase de Jeanne.

    La modestie de Claude Chabrol empêche sa mise en scène d'être plus voyante dans son expressionnisme. Caractérisé principalement par la construction ombre-lumière, il apparait également par petites touches discrètes : les gants et le sac rouges de Jeanne ou Sibaud filmé dans la glace lors de sa première apparition.

    La première séquence commence par le ciel et descend par l'ascenseur jusqu'au rez-de-chaussée, vingt-huit étages plus bas, où Humeau se fait arrêter. Chabrol aurait pu en faire un morceau de bravoure. Mais plutôt que d'utiliser un seul plan-séquence, il préfère fractionner la séquence en plusieurs plans où interviennent trois secrétaires prêtent à prendre ses ordres. La symbolisation de la dégringolade est pourtant tout aussi efficace comme l'est le dernier plan du générique : Humeau en caleçon.

    © Jean-Luc Lacuve
    Source : cineclubdecaen.com

    Photos (8)

    Générique détaillé (18)

    Producteur délégué :

    Patrick Godeau

    Productrice exécutive :

    Françoise Galfrè

    Directeur de la photo :

    Eduardo Serra

    Assistant opérateur :

    Florent Bazin

    Attachée de presse (film) :

    Eva Simonet

    Assistants monteurs :

    Olivier Rossignol, Stanislas Moreau

    Décoratrice :

    Françoise Benoît-Fresco

    Bruiteur :

    Julien Naudin

    Mixeurs :

    Thierry Lebon, Vincent Cosson

    Assistante à la réalisation :

    Cécile Maistre

    Scénaristes :

    Odile Barski, Claude Chabrol

    Ingénieur du son :

    Pierre Lenoir

    Directeur de production :

    Michel Jullien

    Monteuse :

    Monique Fardoulis

    Scripte :

    Aurore Chabrol

    Auteur de la musique :

    Matthieu Chabrol

    Costumière :

    Mic Cheminal

    Photographe de plateau :

    Moune Jamet

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Thèmes :

    Politique, Justice

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Allemagne

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Allemagne)

    Année de production :

    2005

    Sortie en France :

    22/02/2006

    Durée :

    1 h 50 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    111.353

    Visa délivré le :

    27/12/2005

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,85

    Format son :

    Dolby SRD

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Actualités (10)

    Sélections en festivals (16)

    Chicago International Film Festival - 2014

    Chicago International Film Festival (Etats-unis, 2014)

    Sélection

    Tribute : Isabelle Huppert

    Festival international du film de Rio de Janeiro - 2009

    Festival international du film de Rio de Janeiro (Brésil, 2009)

    Sélection

    Retrospective Isabelle Huppert

    Festival des films du monde de Montréal - 2008

    Festival des films du monde de Montréal (Canada, 2008)

    Sélection

    Compétition internationale

    Mostra - Festival international du film de São Paulo  - 2006

    Mostra - Festival international du film de São Paulo (Brésil, 2006)

    Sélection

    Sélection Officielle internationale

    Festival BFI du film de Londres - 2006

    Festival BFI du film de Londres (Royaume-Uni, 2006)

    Sélection

    Sélection officielle

    Festival du film Tribeca (New York) - 2006

    Festival du film Tribeca (New York) (Etats-unis, 2006)

    Sélection

    Section Longs Métrages

    Berlinale - 2006

    Berlinale (Allemagne, 2006)

    Sélection

    Compétition officielle

    Délégations

    Berlinale - 2006

    Berlinale (Allemagne, 2006)

    Equipe (2)

    Réalisateur : Claude Chabrol

    Acteur : Isabelle Huppert

    Dossier de presse (2)

    Site internet