En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
La Tête contre les murs

La Tête contre les murs

Un Long métrage de Georges Franju

Produit par Artistes et Techniciens de l'Industrie Cinématographique Associés (ATICA), Elpénor Films, Sirius Films

Sortie en France : 20/03/1959

    Synopsis

    François Gerane est-il fou ou, plus simplement, un exemple entre autres de cette jeunesse oisive et amorale où se recrutent indistinctement les héros et les assassins ? Son père, Maître Gerane, penche sans hésitation vers la première hypothèse. Le docteur Varmont, directeur de l'asile où on enferme François, n'a guère de doute non plus. Seule Stéphanie, une jeune fille qu'il a rencontrée trop tard, continue de faire confiance au jeune homme ; peut-être a-t-il manqué d'une enfance normale, heureuse, et d'un peu d'affection Mais entre elle et François s'élèvent les murs de l'asile. A l'intérieur de ces murs, c'est la dégradation lente des aliénés qu'à tort ou à raison une certaine psychiatrie prétend irrécupérables. Un médecin de la jeune école, le docteur Emery, pourrait comprendre François et peut-être le sauver s'il disposait de plus de moyens et surtout si le docteur Varmont y consentait. Deux fois François tente de s'évader. Repris, il connaît la promiscuité de la vraie démence. Il faudra qu'un épileptique se suicide pour qu'à la faveur du trouble il réussisse enfin à s'enfuir. Il retrouve Stéphanie mais, après une nuit passée avec elle, il comprend qu'il ne peut lui faire partager sa vie d'homme traqué. Repartant seul vers son destin, il est repris et ramené à l'asile.

    © Les Fiches du Cinéma

    Acteurs (29)

    Production et distribution (3)

    Exportation / Vente internationale :

    Celia Films

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    « La tête contre les murs est un film de fou sur les fous. C'est donc un film d'une beauté folle. » (Jean-Luc Godard, "Les Cahiers du Cinéma").

    ---

    Point de vue

    C’est la première fiction réalisée par Georges Franju. Jusque-là, il a signé une série de documentaires “politiques” : Le Sang des bêtes est une violente charge contre les abattoirs, Hôtel des Invalides moque subtilement le militarisme, etc. La Tête contre les murs devait être réalisé par Jean-Pierre Mocky, qui a signé l’adaptation du roman d’Hervé Bazin, et joue le rôle principal. Mais les financiers ne croyant pas en Mocky comme réalisateur, ils lui demandent de trouver un cinéaste plus confirmé. Mocky choisit Franju. De son passé de documentariste, Franju garde la démarche : il explore l’univers oppressant et inquiétant d’un asile où s’opposent deux conceptions de la médecine, l’une autoritaire, l’autre libérale, sujet très vif à l’époque, en 1958. Mais il tire cette dénonciation en règle de la psychiatrie répressive vers la poésie insolite qui fera sa marque : un motocycliste fonce dans un ravin, une fille en maillot de bain escalade la nuit l’échelle d’une piscine de banlieue, le visage blanc et aigu d’Anouk Aimée incarne l’espoir dans la nuit noire, de gros pigeons blancs font rêver l’épileptique Charles Aznavour… Franju réunit déjà ici quelques-uns des éléments qui feront de son film suivant, Les Yeux sans visage, son chef-d’œuvre : la lumière d’Eugen Shuftan qui donne à la nuit son merveilleux fantastique, la musique presque baroque de Maurice Jarre, le corps arbitrairement massif de Pierre Brasseur, la fragilité gothique d’Edith Scob (lire ci-contre). Film de combat, La Tête contre les murs est aussi et surtout une formidable leçon de mise en scène, à la fois rigoureuse et onirique.

    © Olivier Nicklaus, "Les Inrockuptibles".

    Générique détaillé (16)

    Assistant à la réalisation :

    Jacques Rouffio

    Dialoguiste :

    Jean-Charles Pichon

    Producteur :

    Jérôme Goulven

    Directeur de la photo :

    Eugen Schufftan

    Assistants opérateurs :

    Pierre Brard, Claude Zidi

    Monteuse :

    Suzanne Sandberg

    Auteur de la musique :

    Maurice Jarre

    Photographe de plateau :

    Henri Caruel

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Jean-Pierre Mocky

    Auteur de l'œuvre originale :

    Hervé Bazin

    Scénariste :

    Jean-Pierre Mocky

    Ingénieur du son :

    René Sarazin

    Directeur de production :

    Jean Velter

    Scripte :

    Marcelle Hochet

    Chef décorateur :

    Louis Le Barbenchon

    Régisseur général :

    Roger Descoffre

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Thèmes :

    Folie

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1958

    Sortie en France :

    20/03/1959

    Durée :

    1 h 35 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    20780

    Visa délivré le :

    02/10/1958

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    Festa do Cinema Francês - 2011

    Festa do Cinema Francês (Portugal, 2011)

    Sélection

    Hommage à Anouk Aimée