En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
À nos amours

À nos amours

Un Long métrage de Maurice Pialat

Produit par Gaumont, Les Films du Livradois

Sortie en France : 16/11/1983

    Synopsis

    Suzanne a quinze ans et vit la vie d'une jeune fille de quinze ans. Elle s'est fait un cercle d'amies, lycéennes comme elle, issues d'un meme milieu familial : artisans et commerçants. Des parents qui travaillent dur, et laissent leurs enfants livrés à eux-memes toute la journée. Elle ne sont pas complices, seulement de leurs flirts, de leurs histoires, mais recréent entre elles ce qu'elles n'ont pas : une famille attentive. Après avoir abandonné ses études, Suzanne décide un jour de les reprendre, et va s'enfermer en pension pour passer son bac. Elle ne voit plus ses amies, et rencontre Jacques. Pour la première fois, elle parle. De la mort de son père, de son chagrin, de sa mère hystérique et de son frère qui la bat. Pour la première fois, elle aime. Et grace à Jacques, elle sort peu à peu, en douceur, de l'enfance.

    Acteurs (16)

    Production et distribution (4)

    Productions Déléguées :

    Gaumont, Les Films du Livradois

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Coproduction :

    France 3 Cinéma

    Distribution France :

    Gaumont

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Pour ce film, qui se révélera le plus ample de sa carrière - en ce qu'il traite à la fois des différentes strates de la famille (enfance, adolescence, couple et séparation), abordées jusque là séparément, et de l'art (Musset, Van Gogh, Bonnard et Picasso)-, Maurice Pialat obtiendra sa première grande reconnaissance publique avec le césar du meilleur film et celui du meilleur espoir féminin pour Sandrine Bonnaire en 1984.

    Le film doit son existence à la découverte de la jeune Sandrine Bonnaire par Maurice Pialat. Pour cela, il a fallu un extraordinaire concours de circonstances où les deux sœurs de Sandrine ont joué les bonnes fées. L'une répondit à une annonce de casting et envoya ses coordonnées à l'assistant de Pialat puis partit en vacances…. L'autre décida d'y aller à sa place mais insista pour que Sandrine l'accompagne . Seul, le bout d'essai de Sandrine plut à Pialat qui pensa d'abord l'engager pour Les Meurtrières, un film que ne se fit pas. Il lui demanda alors de jouer dans Suzanne, seconde version des Filles du faubourg, film qui ne se fit pas non plus mais qui devint A nos amours.

    Entre écriture et improvisation

    L'enthousiasme de Pialat pour son actrice le conduisit après beaucoup d'hésitation à interpréter lui-même le rôle du père et pour cela à étoffer le scénario de deux séquences non prévues à la toute fin du film. Celle de leur première discussion était prévue. Elle amorce même la fiction principale du film ; le départ du père. Séquence prévue mais beaucoup plus longue qu'initialement minutée. Pialat et Sandrine improvisent, se répondent et Pialat trouve cette phrase anodine : "T'en as plus qu'une !" en regardant les fossettes des joues de Sandrine Bonnaire alors qu'elle rit d'une remarque. "Oui, je sais. Elle en avait marre elle aussi, elle est partie". Cette complicité acquise dans une répétition sera ensuite reprise pour élaborer cette longue séquence de discussion. La fossette reviendra lors de la dernière séquence entre le père et la fille. "- C'est la première fois que tu ne me repousse pas", "-non c'est la seconde. Tu te souviens " lui dit le père en désignant la fossette qui se creuse sur la joue de la jeune fille quand elle rit.

    Cette improvisation, où l'attention à l'autre est mise en évidence s'oppose à celle, plus connue chez Pialat, basée sur le conflit et la tension. Pialat tournera ainsi pendant deux jours la scène d'anthologie où le père revient et déballe ses quatre vérités à chacun des invités du mariage. Ce n'est plus la fossette qui fera date mais la gifle donnée par Evelyne Ker, excédée. Surpris Pialat repousse l'actrice qui se cogne la tête contre la table avant de mettre "son mari" à la porte.

    D'un certain art de la lumière

    A nos amours s'éloigne du réalisme où la seule psychologie expliquerait le parcours des personnages. Il le fait à la fois en magnifiant la sensualité de son actrice principale, en faisant exploser toute la tension qui s'exprime dans de longues séquences mais aussi en accordant à la lumière une importance particulière. Ainsi, les scènes dans la colonie jouent d'une opposition entre la lumière solaire du plein midi qui baigne Suzanne à la proue du navire et la lumière tamisée d'On ne badine pas avec l'amour, joué le soir tard. Au tout début du film, la frémissante histoire d'amour entre Luc et Suzanne est rendue plus émouvante encore par les rais de soleil qui viennent trouer les nuages et éclairer, obscurcir puis ré-éclairer les plans en épousant les atermoiements des jeunes gens.

    Cette attention portée à la saisie de la lumière naturelle est celle d'un peintre (Pialat en est un avant d'être cinéaste). Elle se transforme en recherche d'une atmosphère poétique a avec la saisie du désarroi de Suzanne après son aventure avec l'Américain. Willy Kurent qui ne put faire qu'un bref passage sur le film, reconstitue une lumière bleue artificielle en nuit américaine dont Pialat parlera longtemps à tous ses autres chefs opérateurs. Très signifiants aussi sont les multiples contre-jours du film, photographiés par Jacques Loiseleux. Il y a celui du départ de Luc lors de la scène de rupture au retour à Paris sur le parvis des beaux-arts, celui qui saisit Suzanne lorsqu'elle vient chercher son père dans la ruelle obscure du garage. Et enfin celui qui saisit Roger, s'enfonçant dans le tunnel alors que sa fille s'en va vers San Diego. La lumière saisit la météorologie intérieure, solaire ou sombre, des personnages.

    A nos amours pour combattre la tristesse

    La tristesse n'est pas là où on l'attend comme Pialat l'exprime lui-même dans l'interprétation qu'il fait de la phrase "La tristesse durera toujours" que Van Gogh aurait prononcée sur son lit de mort. "Ça me frappait beaucoup cette phrase. Je pensais comme tout le monde. Je croyais que c'était triste d'être un type comme Van Gogh. Je crois qu'il a voulu dire que c'est les autres qui sont tristes. C'est vous qui êtes tristes. Tout ce vous faites, c'est triste..." dit Roger / Pialat en s'adressant plus particulièrement au beau-frère de son fils. Ceux qui sont tristes, ce sont ceux qui ont abandonné la lutte. Son fils qui a renoncé à travailler son talent au profit de manœuvres pour obtenir la reconnaissance, le beau-frère critique qui a renoncé à la défense de l'artiste pour le plaisir facile de la polémique (laisser attribuer un 3/20). Et la mère qui a renoncé à être heureuse et vit enfermée dans son appartement. Le père a réussi, lui, juste à temps à partir et Suzanne continue elle aussi à chercher l'amour.

    A nos Amours, le titre du film, résonne comme l'opposé de la pièce de Musset On ne badine pas avec l'amour. "Vous croyez pas qu'on puisse mourir d'amour ? " demandait Suzanne au début du film en répétant le rôle de Camille. Dans la séquence qu'elle joue le soir dans sa colonie de vacances, Rosette s'est suicidée par désespoir amoureux et Camille perd à jamais Perdican. Cette tragédie possible plane ensuite sur le destin de Suzanne qui badine avec l'amour et ne prétend pas plus à l'amour unique qu'a ce sérieux amoureux que voudrait lui voir jouer son père.

    L'initiation amoureuse de Suzanne est-elle pour autant un échec ? Certes, elle a quitté les deux garçons qui semblaient l'aimer réellement et à la fin du film, en guise de dénouement, elle s'en va pour un improbable voyage à San Diego sous les reproches de son père qui lui a fait remarquer qu'elle n'est pas aimante.

    Mais ni Luc, l'amoureux transi n'appréciant la sexualité que médiatisée par le dessin (la scène qui se déroule aux beaux-arts) ni Jean-Pierre, son trop jeune mari, n'étaient sans doute faits pour elle. Tôt ou tard, le mariage aurait probablement abouti au même besoin de fuite qu'éprouve, bien tard, son père. Le choix de Michel s'avère sans aucun doute meilleur. Le jeune homme est, au début du film, le seul qui s'intéresse à On ne badine pas avec l'amour en donnant des indications sur le phrasé qui convient. Sandrine le drague ostensiblement en lui montrant la reproduction d'un nu de Bonnard qui le trouble même si, ce soir là, accompagné d'une amie, il ne reste pas dîner. Sa complicité avec Suzanne le porte à séduire celle-ci le jour de son mariage. En s'embarquant avec Michel, Suzanne vit d'amour et c'est heureux.

    Vers la modernité des années 1990 et 2000.

    Avec A nos amours, Maurice Pialat rattrape le succès qui l'avait fui à l'époque de la Nouvelle vague et dont il aurait bien aimé faire partie 25 ans auparavant. Mais plus encore, il devient aussi le porte-étendard de la jeune génération des années 1990. Cédric Kahn dirigeant Fabienne Babe dans Bar des rails (1992), Xavier Beauvois dirigeant Chiara Mastroianni dans N'oublie pas que tu vas mourir (1995) chercheront une complicité avec leur actrice qui doit bien davantage à Pialat qu'à Claude Chabrol, François Truffaut ou Jean-Luc Godard.

    L'attention à ce qui surgit lors de la prise - sensibilité aux ressacs de la vie et aux moments de dépression, porosité à ce qui vibre dans les relations entre les gens - et la construction dramatique en grands blocs de séquences sont le propre de Pialat et de ces cinéastes. Elles seront aussi revendiquées par des cinéastes issus de l'immigration, Abdellatif Kechiche (L'esquive, 2003) ou Rabah Ameur-Zaïmeche (Bled number one, 2006). Ces cinéastes qui, à partir de 2001, vont porter un regard neuf sur la société contemporaine, s'inscrivent dans la lignée de Maurice Pialat, un cinéma de recherche où la vérité se fait jour lors du tournage.

    Jean-Luc Lacuve, 10/05/2011.
    Source : cineclubdecaen.com

    Générique détaillé (18)

    Assistants à la réalisation :

    Christian Argentino, Cyril Collard, Florence Quentin

    Productrice exécutive :

    Micheline Pialat

    Directeur de la photo :

    Jacques Loiseleux

    Assistant son :

    Julien Cloquet

    Cadreur :

    Pierre Novion

    Monteur son :

    Jean Gargonne

    Décorateur :

    Jean-Paul Camail

    Bruiteur :

    Jonathan Liebling

    Mixeurs :

    François de Morant, Dominique Hennequin

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie psychologique

    Thèmes :

    Famille, Adolescence

    Langue de tournage :

    Français

    Autre pays coproducteur :

    France

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français (France)

    Année de production :

    1983

    Sortie en France :

    16/11/1983

    Durée :

    1 h 42 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    56155

    Visa délivré le :

    24/11/1983

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,66

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals (8)

    Golden Horse Film Festival de Taïpei - 2015

    Golden Horse Film Festival de Taïpei (Taiwan, 2015)

    Sélection

    Hommage à Maurice Pialat

    CoLCoA - 2013

    CoLCoA (Etats-unis, 2013)

    Sélection

    Col-Coa Classics

    Festival International du Film de Mar Del Plata - 2012

    Festival International du Film de Mar Del Plata (Argentine, 2012)

    Sélection

    Revisiones - Sandrine Bonnaire

    Festival de Films Cinémania - 2012

    Festival de Films Cinémania (Canada, 2012)

    Sélection

    Selection officielle

    Festival international du film Molodist de Kiev - 2011

    Festival international du film Molodist de Kiev (Ukraine, 2011)

    Sélection

    Retrospective Sandrine Bonnaire

    Les César du Cinéma Français - 1984

    Les César du Cinéma Français (France, 1984)

    Sélection (3)

    Meilleur réalisateur : Maurice Pialat

    Meilleur espoir féminin : Sandrine Bonnaire

    Meilleur film

    Berlinale - 1984

    Berlinale (Allemagne, 1984)

    Sélection

    Compétition officielle

    Palmarès

    Les César du Cinéma Français - 1984

    Les César du Cinéma Français (France, 1984)

    Prix (2)

    César du meilleur espoir féminin : Sandrine Bonnaire

    César du meilleur film